Aller au contenu
forum sidasante

Nowar

Membres
  • Compteur de contenus

    268
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par Nowar


  1. Je partage ton avis, Cheminot, la vie est vraiment merveilleuse.

    A mon humble avis, ce coté merveilleux est lié à un aspect du vivant non discriminatoire.

    Il me parait évident, c'est mon avis et cela n'engage que moi, -au vu des nouvelles sporadiques que nous avons des carottages artiques et antartiques, on retrouve des virus quasiment aussi loin que l'on peut remonter dans le temps- que les virus font partie des mécanisme d'adaptation à la vie. Je les considère comme des organismes symbiotiques qui marquent une évolution potentielle de l'être humain, tant au niveau biochimique que mécanique et autres. IL me parait possible de les considérer comme des éléments de la pression environnementale, permettant une "progression" adaptative de l'être humain.

    Alors qu'aprés des siècles ou la condition humaine n'a que trés peu évolué et ou les causes de maladies apparaissaient bien définies et relativement constante, même s'il y eut des épidémies "soudaines" dont on connait une partie de l'explication, nous avons en peu de temps accéléré un processus de scission entre l'homme et son environnement naturel, ce qui se traduit par une déficience d'un certain nombre de type de défenses. Cette déficience est d'autant plus aggravée par l'augmentation de l'empreinte polluante de l'activité humaine.

    Comme tu l'as souligné:

    Un virus se transforme (et surgit) d'autant plus vite que ses incidences sur le Downjones, l'Eurostock et le CAC 40 sont importantes ...

    Il reste enfin un point d'exploration à animer, qui rapelle qu'il est plus facile d'évoquer des ennemis de l'extérieur lorsqu'on veut faire perdurer le désordre intérieur.

    Dernier point, qui laissent un brin de doute sur la validité des virus c'est la facilité de traitement les affections virales à travers des traitement aussi "virtuels" que l'homéopathie ou l'ostéopathie?


  2. Alors que l'affolement se répand, aucune mesure n'a été prise pour protéger les pulets de la grippe avaire. En france, le ministère de l'intérieur et celui de la défense nationale affichent une atonie qui inquiète sérieusement les syndicats. D'autant plus que le recrutement mis en place ne pourra couvrir les pertes en cas d'épidémie.


  3. petit taquin, quiserait raide comme la justice.

    Cher viduité je sens en tes lignes un optimisme combattif que je pense émoussé chez moi.

    Je crois volontiers à une mobilisation lente et progressive des victimes dont il me parait évidente qu'elle n'interressera les médias qu'à partir du moment ou le lobby qui en profite diminuera drastiquement son budget de communication.

    Ce n'est pas un phantame mais une certitude tellement la montée en puissance de l'inquisition médicoscientiste parait bientot pouvoir aboutir à la mise sous tutelle médicale de tout un chacun. ( Pour plus de précision, lire les posts de Vicflamme sur la puce et autres) Malheureusement, à cce moment là, il n'y aura plus de média, poru sauver la santé du monde.


  4. wallypat, ton idée me parait généreuse et ton enthousiasme nous rafraichit.

    Il semble cependant que l'hystérie HIV est une maladie directement liée à des interets économiques et extrement éloignée des considérations humanistes que chaque être humain pourrait porter à ses contemporains dans la détresse.

    Ne perds pas de vue que les tests des nouveaux produits se font dans ce pays dont notre occident stigmatise la pauvreté aprés les avoir éreinté de leur pillage, puis de la corruption pour continuer à profiter de leurs richesses sur le dos de leurs habitants.

    Le bizness$ida est une affaire qui tourne, trés bien même, et qui profite aux économies occidentales, et permet d'accroitre la corruption dans les pays pauvres. Quel juge pourrait être assez insensé pour risquer sa carriere à bousculer le premier domino de cet édifice? Je ne vois aucun avocat, même cancéreux en phase terminal, au bord de la retraite pour oser porter ne serait-ce que du bout des doigts un dossier pareil.

    Il reste le courage des dissdents, et il me semble que Mark avait envisagé des démarches juridiques voire entamées, mais je ne sais pas ce qu'il en est advenu.

    Tu nous dis que tu es juriste. Vois tu se dessiner une stratégie qui à terme puisse permettre de dénoncer ce scandale?


  5. Je partage ton opinion viduité.

    S'il est un domaine, qui n'a guère progressé depuis la nuit des temps, c'est celui qu'on investi les assoiffés de pouvoir en remarquant que la peur était le moteur le plus efficace de leur réussite.

    Il n'y a eu là finalement que des sophistications inhérente aux progrés sociaux, mais force est de constater qu'à ce fonctionnement là, nous ne pouvons qu'opposer notre mépris en acceptant quotidiennement les avantages et les inconvénients de choix libres.

    Il est nécessaire pour cela d'accepter de se voir honnetement et non pas de vouloir fonctionner dans une illusion de perfection qui par définition est inhumaine. Les choix qui en découlent sont forcément générateur d'aliénations. Et ces aliénations sont source de souffrances. La peur de ces souffrances est pire que ces souffrances, ainsi de suite. Le monde parfait est un enfer, magnifique pavé des meilleures intentions.

    Dans le tourbillon de la vie, s'en prémunir signifie la perdre. Laisser qui que ce soit la définir signifie renoncer à vivre.

    Ceux qui glosent sur les dangers de la vie sont les parasites de l'être humain, dont il est sans cesse nécessaire de s'épouiller.


  6. Débat sur le SIDA L'histoire la plus controversée que vous aurez jamais entendue

    Par Liam Scheff.

    Prologue

    En 1984, Robert Gallo, un cancérologue-virologiste gouvernemental, a convoqué une conférence de presse pour annoncer qu'il avait trouvé la cause probable du SIDA. Il affirma qu'un rétrovirus appelé VIH détruisait le système immunitaire de jeunes homosexuels et de toxicomanes, ce qui les rendait sujets à diverses sortes de maladies virales et de cancers.

    D'après le Center for Disease Control and Prevention (CDC), le SIDA n'est pas une unique maladie, mais plutôt un ensemble de 29 maladies, qui étaient déjà connues auparavant et qui n'ont aucun rapport entre elles, incluant l' herpès, les infections fongiques, les salmonelloses, la diarrhée, la fièvre, les rhumes, la tuberculose, les cancers pelviens chez les femmes, les pneumonies et les infections bactériennes. Le CDC désigne aussi comme souffrant de SIDA les personnes séropositives pour le VIH qui ne sont pas malades mais qui ont un taux de cellules T inférieur à 200 (les cellules T sont un sous-groupe des globules blancs du sang). La seule chose qui différencie une personne qui a le SIDA d'une personne qui a juste l'une des maladies citées ci-dessus est un test de dépistage du VIH positif, test lui-même fondé sur les recherches de Gallo.

    Toutefois, la théorie de Gallo sur le VIH n'était pas la seule théorie, et d 'après un nombre croissant de scientifiques, de chercheurs et d'activistes, ce n'était pas la meilleure théorie. Depuis 70 ans avant Gallo, les rétrovirus étaient connus comme étant inoffensifs et faisant partie de nos cellules. De plus, aucun virus ne peut, à lui seul, induire simultanément des maladies aussi diverses que la pneumonie, dans lesquelles des cellules sont détruites, et des cancers tels que le sarcome de Kaposi, dans lequel les cellules se multiplient rapidement.

    Ces scientifiques estiment que la théorie de Gallo sur le VIH/SIDA présente de nombreux défauts, et que le fait de traiter 29 maladies sans aucun rapport entre elles avec des médicaments contre le SIDA aussi toxiques que l 'AZT et les inhibiteurs de protéases est au mieux irresponsable, et au pire un génocide médical.

    Ils pourraient avoir raison. 94% de tous les décès reliés au SIDA aux USA sont survenus après l'introduction de l'AZT, d'après les statistiques du CDC depuis l'année 2000. Et d'après l'Université de Pittsburgh, la principale cause de décès chez les patients américains souffrant de SIDA est l' insuffisance hépatique, un effet secondaire des nouveaux inhibiteurs de protéases.

    La question se pose : Est-ce que Gallo a réellement résolu l'énigme du SIDA, et est-ce que nous traitons efficacement et humainement les personnes atteintes de SIDA ? Pour répondre à ces questions, j'ai parlé avec 3 éminents chercheurs travaillant sur le SIDA.

    Le Dr Peter Duesberg est un chimiste et un expert en rétrovirologie. Duesberg a découvert les oncogènes (gènes du cancer) et isolé le génome des rétrovirus (le VIH en est un) en 1970. Il est professeur de biologie moléculaire à l'UC de Berkeley.

    Le Dr David Rasnick est un spécialiste des inhibiteurs de protéases, et travaille dans la recherche sur le SIDA depuis 20 ans. Il mène des recherches sur le cancer et le SIDA en collaboration avec Duesberg. Rasnick et Duesberg sont tous les deux conseillers au sein du comité sur le SIDA créé par le président d'Afrique du Sud, Mbeki.

    Le Dr Rodney Richards est un chimiste qui a travaillé pour les laboratoires Amgen et Abbott, qui ont mis au point les premiers tests de dépistage du VIH à partir de la lignée cellulaire contaminée par le VIH fournie par Gallo.

    Ces interviews ont été conduites séparément, et réunies ici pour créer un dialogue. Les points de vue exprimés sont ceux de leurs auteurs.

    --------------------------------------------------------------------------------

    Liam Scheff: Comment avez-vous été impliqué dans la recherche sur le SIDA ?

    David Rasnick: Je suis chimiste spécialisé dans la recherche sur les enzymes protéases. Je conçois et je synthétise des inhibiteurs destinés à stopper la prolifération de virus et de cancers qui détruisent les tissus. Lorsque Robert Gallo a annoncé que le VIH causait le SIDA, j'ai voulu travailler sur des inhibiteurs qui pourraient agir sur ce virus. En 1985, j'étais à une rencontre scientifique lorsque le sujet du VIH a été abordé. On a demandé à un spécialiste du SIDA quelle quantité de VIH on pouvait trouver chez une personne souffrant de SIDA. On lui a demandé « Quel est le titre du VIH » ?

    LS: Qu'est-ce que le titre ?

    Rasnick: Le titre est le nombre de particules virales infectieuses dans un échantillon de tissu ou de sang. Il est facile d'obtenir un titre pour les virus vivants à partir d'un tissu spécifiquement infecté par un virus. Un échantillon d'un tel tissu contient des millions de particules virales infectieuses. Si vous avez l'herpès, l'échantillon sera prélevé au niveau d' une lésion. Si c'est la polio, il sera prélevé au niveau de l'intestin. Si c 'est la variole, ce sera une pustule. En cas de rhume, ce sera au niveau de la gorge. Lorsque vous êtes infecté par un virus, il infecte et tue environ 30% du tissu qui est sa cible spécifique avant que la personne présente le moindre symptôme. Vous pouvez déterminer le titre de n'importe quelle zone infectée, en mettre un fragment sous un microscope, et voir des millions de virus vivants. Donc, on a demandé au virologiste « Quel est le titre ? » Il a répondu : « Indétectable, zéro. » Je me suis demandé comment cela était possible ? Comment pouvez-vous être malade à cause de quelque chose qui n'est pas là ? Avec la polio, les chercheurs ont trié une centaine de virus avant de trouver le bon. Je me suis dit que Gallo avait tout simplement trouvé un virus qui n'était pas le bon, et que nous allions devoir tout recommencer. En 1987, il y avait au total 30.000 cas de SIDA. Le nombre de cas n' augmentait pas autant qu'on nous l'avait prédit. Et le SIDA était resté cantonné aux groupes à risque définis au départ. 6 ans après le premier cas de SIDA, 95% des infections étaient constatées chez des hommes, dont les 2/3 étaient homosexuels, et 1/3 des toxicomanes. De plus chacun de ces groupes à risque de SIDA avait des maladies qui lui étaient spécifiques. Les virus n'induisent pas des maladies différentes suivant le sexe masculin ou féminin, les préférences sexuelles, ou le style de vie. Les virus ont une structure génétique spécifique mais limitée, et ils induisent des symptômes limités et similaires chez toutes les personnes qu'ils contaminent. Le virus de l'herpès provoque des lésions d'herpès, mais pas une angine. Le virus de la variole induit aussi des lésions cutanées, mais jamais une paralysie. Les épidémies virales se diffusent de façon exponentielle pendant les premiers mois ou années, et tuent toutes les personnes qui ne vivent pas assez longtemps pour développer une réponse immunitaire vis-à-vis du virus causal. Le VIH ne se diffusait pas ; il restait dans sa population à risque du départ, et il causait des maladies différentes suivant les personnes. Il était clair qu'il ne se comportait pas comme un virus contagieux.

    En 1988, je suis tombé sur un article de Peter Duesberg dans la revue scientifique « Cancer Research ». Cet article était sur les rétrovirus en général, et sur le VIH en particulier. Duesberg était l'un des rétrovirologistes les plus éminents de la planète. Il avait étudié et séquencé le génome des rétrovirus dans les années 70. Les connaissances de Duesberg en matière de rétrovirus étaient inégalées. Dans cet article, il exposait, point par point, ce que sont les rétrovirus, et ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire.

    Liam Scheff: Le VIH est un rétrovirus. Qu'est-ce qu'un rétrovirus ?

    Rasnick: Les rétrovirus sont un groupe de virus qui sont dépourvus de toxicité pour les cellules. Ils ont été découverts au début du 20ème siècle. Ils ont été l'une des premières particules cellulaires identifiées. Il existe environ 3000 rétrovirus catalogués. Ils existent chez tous les animaux : chiens, chats, baleines, oiseaux, rats, hamsters et humains. Les rétrovirologistes estiment que 1 à 2% de notre ADN est constitué de rétrovirus. Les rétrovirus sont constitués d'ARN qui se copie lui-même en ADN grâce à une enzyme appelée transcriptase inverse. Les rétrovirus sont transmis de façon matrilinéaire (de la mère à l'enfant). Ils ne sont pas transmissibles sexuellement. Les animaux de laboratoire ne se transmettent pas l'un à l' autre leurs rétrovirus, quelle que soit l'étroitesse de leurs rapports. Mais les bébés ont toujours les mêmes rétrovirus que leurs mères. Les recherches actuelles indiquent qu'ils font tout simplement partie de nous. En 50 ans de recherches dans les laboratoires modernes, il n'a jamais été constaté qu'un rétrovirus pouvait tuer des cellules ou provoquer une maladie, sauf dans certaines conditions bien spéciales créées en laboratoire.

    Peter Duesberg: En 1987, j'ai été invité par « Cancer Research » à discuter de si les rétrovirus, incluant le VIH, pouvaient induire des maladies ou une déficience immunitaire. Je l'ai été en raison de mon expérience en matière de rétrovirus. En 1970, je travaillais au laboratoire de virologie de l'UC de Berkeley. Le gros programme de recherche à cette époque, auquel j'ai participé, était de trouver un virus qui causait le cancer. Il y avait aussi un gros programme gouvernemental de recherche de virus induisant le cancer au National Institute of Health. Gallo était l'un des chercheurs travaillant sur ce programme. Nous avons commencé à chercher du côté des rétrovirus à cause de leurs qualités spécifiques. Les virus typiques tuent les cellules. Leur stratégie est d'entrer dans une cellule, de la tuer, et de passer à la suivante. Toutefois, dans le cancer, les cellules ne sont pas tuées ; en fait, elles se multiplient très rapidement. Donc, un virus ne pouvait pas causer un cancer. Les rétrovirus, toutefois, ne tuent pas les cellules. Cette particularité en faisait de bons candidats en tant d'agents causals pour les cancers. En 1970, j'ai fait une découverte qui a reçu beaucoup d'attention. J'ai isolé un gène rétroviral à partir d'une cellule cancéreuse, et j'ai infecté une autre cellule avec ce gène. Les cancérologues-virologistes étaient très intéressés. Ils pensaient que c'était ce qu'ils cherchaient : un rétrovirus qui pouvait infecter d'autres cellules et causer le cancer. Je suis soudainement devenu célèbre. On m'a offert des postes, on m'a offert une chaire à Berkeley, et on m'a admis à l'Académie des Sciences. Bien sûr, si un virus, ou un unique rétrovirus, provoquait le cancer dans le monde réel, alors le cancer serait contagieux. Mais personne « n'attrape » le cancer. Le cancer ne fait pas le tour du bureau. Cependant, ces considérations fondamentales n'étaient pas venues à l'esprit des chasseurs de virus. Les chercheurs aiment les preuves qui semblent spectaculaires, quel que soit ce qui se passe dans le monde réel. Le gène cancérigène de rétrovirus était juste un artéfact de laboratoire. Il n'existait pas dans la nature, ni chez les humains, ni chez les animaux. Nous l'avions créé dans le laboratoire, et c'est là qu'il est resté. C'était juste académique. Parmi les divers travaux sur les gènes cancéreux, mes associés et moi avons séquencé le génome rétroviral. Nous avons fait les cartes qui sont utilisées aujourd'hui comme documentation de base pour tous les rétrovirus, VIH inclus.

    LS: Que font les rétrovirus ?

    Duesberg: En terme de maladie, ils ne font rien. Ils sont transcrits dans l 'ADN de quelques cellules, et ils y restent en tant que partie de notre génome pendant le reste de notre vie. Cela n'a pas empêché les chasseurs de virus cancérigènes de continuer à chercher des gènes cancéreux en utilisant la technologie que nous avions créée, et les cartes de rétrovirus que nous avions dressées.

    Rasnick: Au milieu des années 70, Robert Gallo a affirmé qu'il avait trouvé un rétrovirus cancérigène dans les cellules d'un patient leucémique. Il l' avait appelé HL23V. Il l'a découvert de la même façon qu'il a par la suite découvert le VIH, pas en trouvant le virus dans le sang, mais en recherchant des anticorps et une activité enzymatique qu'il clamait être spécifique des rétrovirus actuels. En 1980, cette affirmation a été réfutée à la fois par le Sloan-Kettering Cancer Research Center et le National Cancer Institute. Les anticorps que Gallo supposait être spécifiques du HL23V n'étaient pas induits par un virus cancérigène, mais plutôt le résultat de « l'exposition à trop de substances naturelles », qui avait induit la formation d'anticorps chez les humains. Aujourd'hui, plus personne, pas même Gallo, ne dit encore que le HL23V a jamais existé. En 1980, il a essayé de nouveau. Il a affirmé qu'il avait trouvé un nouveau rétrovirus cancérigène, appelé HTLV-1, qui induisait une sorte particulière de leucémie, dans laquelle les cellules T se multipliaient dans les fluides tumoraux. Les cellules T sont un sous-groupe de globules blancs présents dans le sang. A nouveau, les preuves étaient bien peu convaincantes. Moins de 1% des personnes qui étaient séropositives pour le HTLV-1 présentaient un jour ce type de leucémie. Ce n'était vraiment pas une bonne validation pour sa théorie.

    LS: Comment Gallo est-il passé de la recherche sur le cancer à la recherche sur le VIH ?

    Rasnick: Au début des années 80, de jeunes hommes homosexuels ont commencé à consulter dans les services d'urgence pour la présence simultanée de diverses maladies et infections. A cette époque, les revues médicales supposaient que ces maladies était corrélées à la toxicomanie. Pendant la plus grande partie des années 70, les homosexuels ont usé et abusé de produits toxiques, immunosuppresseurs voire cancérigènes, tels que les poppers, la cocaïne, les amphétamines. En 1983, Luc Montagnier, un scientifique français travaillant à l'Institut Pasteur clamait avoir trouvé un nouveau rétrovirus chez les patients souffrant de SIDA. Mais personne n'y a fait attention, parce qu'il n'avait pas isolé de virus, et parce qu'il n'avait trouvé aucun virus dans le sang - rappelez-vous, le titre était zéro, indétectable. Cherchant un soutien académique, Montagnier a envoyé un échantillon de sa culture à Robert Gallo, au NIH. Gallo a pris cette culture cellulaire que Montagnier lui avait envoyée, et l'a légèrement modifié. Ensuite, il a fait quelque chose d' étrange. Il l'a perdue. Et en 1984, Gallo affirmait à une conférence internationale avec Margaret Heckler, cher du Département de la Santé et des Services Humains, qu'il avait découvert la « cause probable » du SISA. C'était un nouveau rétrovirus appelé HTLV-III (renommé par la suite VIH). Plus tard ce même jour, il déposait un brevet sur cette culture cellulaire modifiée à partir de la lignée originale envoyée par Montagnier. Il n'avait pas publié un seul mot sur ses recherches. Robert Gallo, un scientifique employé par l'état, annonçait tout simplement qu'une épidémie à rétrovirus était en train de naître. Il a vendu la culture cellulaire au laboratoire pharmaceutique Abbott, qui l 'a utilisée pour créer les tests de dépistage du VIH. Le gouvernement français a demandé à ce que les droits liés au brevet soient rendus à Montagnier. Gallo a refusé, et affirmé que c'était sa découverte à lui seul. En 1987, Gallo et Montagnier ont été forcés par le Président Reagan et le Premier Ministre Chirac à se rencontrer dans un hôtel pour résoudre ce problème de droits sur le brevet du VIH. En 1992, Gallo a été officiellement déclaré coupable de fraude par un comité fédéral d'éthique scientifique.

    Rodney Richard: Au départ, Gallo a affirmé qu'il avait inventé tout le procédé. Aujourd'hui, il affirme que son échantillon a pu être « contaminé » par celui de Montagnier.

    Duesberg: Le NIH lui-même a mené une enquête de 2 ans sur l'affirmation de Gallo au sujet du VIH, et ils n'ont pas pu trouver la moindre preuve qu'il avait bien fait lui-même cette découverte.

    LS: Qu'a fait Abbott avec la lignée cellulaire de Gallo ?

    Rasnick: Les laboratoires Abbott ont créé les tests basés sur la recherche des anticorps anti-VIH. Abbott a encaissé des milliards grâce à la vente de ces tests, et Gallo a encaissé des millions grâce à son brevet.

    LS: Donc, quand on fait un test de dépistage du VIH, c'est sur la base de ce que Gallo et Montagnier affirment avoir découvert. Comment Montagnier a-t-il découvert le VIH ?

    Richard : D'abord, il a cherché dans le sang des patients, mais il n'a pas réussi à l'y trouver. En fait, personne n'a jamais trouvé de VIH dans le sang humain.

    LS: C'est exact, le titre était zéro - alors où a-t-il cherché ?

    Richard: Montagnier a pris du tissu provenant de ganglions enflammés provenant d'un homosexuel chez qui on suspectait un SIDA. Chez une personne infectée, on pouvait supposer que le tissu lymphatique grouillait littéralement de cellules infectées. Montagnier a essayé d'effectuer une culture cellulaire à partir de ce tissu. C'est une technique de laboratoire utilisée pour isoler des virus tels que celui de l'herpès ou de la mononucléose. Dans une culture cellulaire, des cellules infectées sont mélangées à des cellules non infectées dans une boite de Pétri. Comme le système immunitaire du corps n'agit plus, les virus qui étaient auparavant inhibés peuvent se réactiver. Ils passent des cellules infectées aux cellules non infectées par le biais du milieu de culture (le liquide dans la boite de Pétri). Les chercheurs collectent ce liquide, le concentrent, et le centrifugent dans un gradient de densité de sucrose afin d'isoler le virus. Un gradient de densité de sucrose est un tube rempli avec une solution de sucrose dont la densité varie entre le bas et le haut du tube. La solution devient de plus en plus concentrée au fur et à mesure qu'on se rapproche du bas du tube. Le milieu de culture est déposé délicatement à la surface de la solution sucrée. Le tube est ensuite placé dans une centrifugeuse pendant des heures, afin d'obliger les particules virales à descendre dans le tube. Les particules virales ont une densité bien connue. Elles descendront dans le tube jusqu'au moment où elles arriveront au niveau dont la densité est égale à la leur. Ce qu'on trouve à ce niveau sera ensuite examiné au microscope électronique. Lorsqu'on a utilisé une culture faite à partir de patients contaminés par un virus, la photo prise au microscope électronique grouille de millions de virus identiques. Ensuite, une nouvelle culture est effectuée avec les virus qui ont été isolées dans le gradient de sucrose, afin de vérifier qu'ils sont bien infectieux. A nouveau, le milieu de culture est concentré, centrifugé dans un gradient de densité, et photographié, afin de vérifier qu'on a bien affaire au même virus. C'est ce qu'on appelle l'isolation d'un virus.

    LS: C'est ce que Montagnier a fait ?

    Richards: Il a essayé de le faire, mais ça n'a pas marché. Montagnier a pris du tissu lymphatique d'un patient présumé atteint de SIDA, il l'a mélangé à des cellules sanguines provenant d'un donneur en bonne santé, et a fait une culture cellulaire. Il a prélevé le liquide, l'a centrifugé, mais n 'a trouvé aucun virus. Mais ça ne l'a pas arrêté. Montagnier a refait l' expérience, mais il a ajouté une nouvelle étape cruciale. Il a pris le tissu suspecté de contenir le virus du SIDA, et l'a mélangé dans une culture avec diverses cellules, dont des cellules de cordon ombilical. Ensuite, il a ajouté divers produits chimiques appelés mitogènes, qui obligent artificiellement les cellules à se diviser. Après 2 ou 3 semaines, il a trouvé dans le milieu une enzyme appelée transcriptase inverse, ce qui était le signe d'une possible activité rétrovirale.

    LS: Mais il n'a pas trouvé de virus ?

    Richards: Non. Il a trouvé une enzyme utilisée par les rétrovirus. Mais la transcriptase inverse existe aussi chez de nombreux microbes, et participe à l'activité de nombreuses cellules, dont les cellules ombilicales, et est impliquée dans de nombreux processus, incluant la réplication forcée. Montagnier a ensuite séparée le liquide obtenu après toutes ces manipulation, l'a mis dans une nouvelle boite avec des cellules en bonne santé, et a de nouveau retrouvé une activité de transcriptase inverse dans le milieu.

    Il a mis ce nouveau liquide dans un gradient de densité de sucrose, et a trouvé une activité de transcriptase inverse à la densité à laquelle on sait que les virus sont purifiés. Ce qu'il n'a pas trouvé, c'est un virus. Quand il a regardé ce qu'il avait à cette densité au microscope électronique, il n 'a rien trouvé. Mais cela, il ne l'a reconnu que des années plus tard. C'est ce qu'on connaît sous le nom d'isolation du VIH.

    LS: Comment cela prouve-t-il qu'un virus infectieux rendait les gens malades ?

    Richard : Ca ne le prouve pas. Ce n'est pas une preuve suffisante du fait que le VIH, ou que n'importe quel autre virus, existe, sans parler du fait qu'il peut induire une maladie.

    LS: Comment Gallo a-t-il utilisé les cellules de Montagnier pour prouver que le VIH existait et causait le SIDA ?

    Richards: Gallo a cultivé les cellules, mais il n'a même pas trouvé suffisamment d'activité de la transcriptase inverse pour le convaincre que Montagnier avait trouvé un rétrovirus. Alors Gallo a ajouté une autre étape. Il a mélangé des cellules provenant de 10 personnes atteintes de SIDA. Ensuite il leur a rajouté des cellules T leucémiques provenant d'une de ses expériences sur le rétrovirus HTLV-1. Après tout ça, Gallo a trouvé suffisamment d'activité de transcriptase inverse pour le convaincre qu'il y avait vraiment un rétrovirus. C'est comme ça qu'il a affirmé avoir trouvé le VIH.

    LS: Mais Gallo avait déjà trouvé une activité de transcriptase inverse dans les cellules leucémiques. Comment pouvait-il prouver qu'il y avait un nouveau rétrovirus, le VIH ?

    Richards: Beaucoup de scientifiques ne pensent pas qu'il l'a prouvé.

    LS: Vous dites que Gallo a utilisé une lignée de cellules T pour cultiver le VIH. Est-ce que le VIH n'est pas supposé tuer les cellules T ?

    Richards: C'est ce que Gallo a affirmé au départ, mais les laboratoires Abbott cultivent le VIH sur des cellules T leucémiques humaines. On appelle même cette lignée une lignée immortelle, parce que les cellules leucémiques ne meurent pas. A l'heure actuelle, aucun chercheur n'a montré comment le VIH tuait les cellules T. C'est juste une théorie qui permet à l'argent de continuer à couler à flots pour soutenir l'approche pharmaceutique du traitement du VIH.

    Rasnick: Gallo a déposé un brevet sur sa mixture de cellules T leucémique le même jour où il a annoncé qu'il avait découvert la « cause probable » du SIDA.

    LS: Que font les tests de dépistage du VIH ?

    Rasnick: Ils recherchent dans le sang les anticorps dirigés contre des protéines provenant de cette mixture. Votre corps produit des anticorps dirigés contre tous les éléments étrangers : les microbes, les levures, les virus, et même ce que vous mangez. Les virus sont fait d'ADN ou d'ARN enveloppé dans une capsule faite de protéines. Les anticorps s'accrochent sur ces protéines, immobilisent et détruisent le virus. Lorsque ces anticorps rencontreront par la suite d'autres protéines virales, très souvent ils vont aussi aller s'y fixer. C'est ce qu'on appelle la réactivité croisée.

    Duesberg: Les virus sont dangereux seulement la première fois que nous les rencontrons. Lorsque nous avons fabriqué des anticorps contre un virus, nous sommes immunisés pour le restant de notre vie, et ce virus ne peut plus nous rendre malades. C'est exactement le contraire de la théorie du SIDA qui dit : Vous êtes contaminés, vous ne devenez pas malade ; vous fabriquez des anticorps, et 10 ans plus tard vous devenez malade et vous mourez.

    Rasnick: Il existe 2 principaux tests de dépistage du VIH. Le premier, le test ELISA, dans lequel un lot de protéines provenant de la mixture de cellules T sont collées sur de petites membranes de plastiques sur un plaque. L'autre est le Western Blot. Pour ce test, les protéines sont séparées sur des bandes individuelles. On ajoute votre sang, et si certains anticorps de votre sang se fixent sur les protéines de la mixture, on dit que vous êtes séropositif pour le VIH.

    LS: Ils pensent que les protéines proviennent du VIH ; mais s'ils n'ont jamais isolé le VIH, comment peuvent-il dire que ces tests peuvent dépister une infection par le VIH ?

    Rasnick: Ils ne peuvent pas et ils ne le font pas. Il n'a jamais été démontré qu'une quelconque des protéines de l'ELISA ou du Western Blot était spécifique du VIH ou d'un autre rétrovirus. Pour cette raison, la FDA n'a pas approuvé un seul des tests de dépistage du VIH.

    Richards: Il existe au moins 30 tests commercialisés pour le dépistage du VIH. Aucun d'entre eux n'a été approuvé par la FDA pour affirmer la présence ou l'absence du VIH. Ni le test ELISA, ni le Western Blot, ni le test de recherche de l'antigène P24. La FDA et les fabricants disent clairement que la signification d'un résultat positif pour les test ELISA ou Western Blot est inconnue.

    Les chercheurs du SIDA admettent que les tests contiennent au moins 80% de matériel cellulaire non spécifique, ce qui signifie qu'au mieux 20% du matériel est spécifique. Mais de mon point de vue de scientifique, ils ne contiennent pas du tout de VIH. La littérature médicale fait état d'au moins 60 causes qui peuvent induire un test faussement positif pour le VIH. Ces conditions incluent la candidose, l'arthrite, les parasitoses, la malaria, les pathologies hépatiques, l'alcoolisme, la toxicomanie, le rhume, l' herpès, la syphilis, d'autres maladies sexuellement transmissibles, et la grossesse.

    Rasnick: Il est très facile de savoir comment vous pouvez avoir un faux positif. Il y a des réactions croisées. Plus vous êtes exposé à un nombre important de microbes et de virus, plus vous fabriquerez d'anticorps, et plus vous avez de risques d'avoir un résultat positif à un test non spécifique de recherche d'anticorps. Si vous vivez dans un pays où il n'y a pas d'eau potable ni de bonnes conditions d'hygiène, vous souffrirez de fréquentes infections microbiennes et parasitaires qui induiront la fabrication d'anticorps. Votre sang contient des anticorps contre tous les rhumes, microbes, virus et vaccins que vous avez jamais eus. Si une femme est enceinte, elle fabrique des anticorps qui pourront réagir avec le test ELISA d'Abbott. La grossesse est une cause connue de résultat faussement positif au test de dépistage du VIH. Les différentes races ont naturellement des taux différents d'anticorps. C' est pour cela que les noirs ont un risque 9 fois plus élevé que les blancs d 'avoir un test positif, et un risque 33 fois plus élevé que les asiatiques. Cela n'a rien à voir avec une infection ou avec la santé. Dans une tribu d' indiens d'Amérique du Sud, on a effectué un test ELISA. 13% d'entre eux étaient séropositifs pour le VIH, mais aucun n'était malade. Ils avaient juste des anticorps qui réagissaient avec le test.

    LS: Si les tests ne sont pas spécifiques et si on ne peut pas trouver le VIH dans le sang, alors c'est quoi le SIDA ?

    Richards: D'après le CDC, le SIDA est juste une définition. Si vous avez une maladie considérée comme un indicateur du SIDA, comme la salmonellose, la tuberculose, une pneumonie, de l'herpès ou une infection fongique, et que vous avez un test positif pour le VIH, alors on dit que vous avez le SIDA et on vous traite avec des médicaments toxiques contre le SIDA. Si le test est négatif ou que vous ne connaissez pas votre statut pour le VIH, vous échappez aux médicaments toxiques et vous êtes simplement traité pour la maladie que vous avez. En 1993, le CDC a étendu sa définition du SIDA pour inclure les gens qui ne sont pas malades, mais qui ont un test positif et qui on eu une fois un taux de cellules T inférieur à 200. Sur la base de ce nouveau critère, en 1997, les 2/3 de tous les cas de SIDA étaient rencontrés chez des personnes en parfaite santé. 1997 a aussi été la première année pour laquelle le CDC a cessé de dire combien de personnes étaient en bonne santé et combien étaient malades. Maintenant, ils compte toutes les personnes qui sont séropositives pour le VIH comme des personnes ayant le SIDA, qu'elles soient malades ou pas.

    LS: Laissez-moi mettre les choses au clair. Lorsqu'une personne meurt du SIDA, elle meurt en fait d'une maladie connue. Mais si son sang réagit à l'un des tests de recherche des anticorps contre le SIDA, on ne dit plus qu'elle a cette maladie, on dit qu'elle a le SIDA ?

    Rasnick: C'est comme ça que ça fonctionne. Et les personnes malades qui sont séropositives pour le VIH reçoivent les médicaments les plus toxiques jamais fabriqués et vendus.

    LS: Que dire au sujet du SIDA en Afrique ?

    Rasnick: C'est la même histoire, en pire. 50% des africains n'ont pas de système d'égouts. Leur eau de boisson est polluée par les excréments animaux et humains. Ils souffrent plus ou moins en permanence de malaria et de tuberculose, qui provoquent entre autres des symptômes tels que la diarrhée et une perte de poids, qui sont exactement les critères sur lesquels l' UNAIDS et l'OMS diagnostiquent le SIDA en Afrique. Ces gens ont besoin d'eau potable et de matériel insectifuge contre les moustiques (qui transportent le parasite responsable de la malaria), pas de préservatifs et de médicaments potentiellement mortel donnés de force aux femmes enceintes. Nous avons investi 20 ans et 118 milliards de dollar dans le VIH. Nous n' avons ni traitement, ni vaccin, et aucun progrès. A la place, nous avons des milliers de personnes qui sont devenues malades, voire ont été tuées par les médicaments toxiques contre le SIDA. Mais nous ne pouvons pas les soigner tout simplement pour les maladies dont ils souffrent, parce que si nous le faisons nous sommes traités « d'hérétiques du SIDA ». Traiter ces personnes pour les maladies dont elles souffrent serait plus humain et plus efficace que de les forcer à prendre des médicaments toxiques, et ça permettrait d' économiser des milliards de dollars. Le SIDA est une industrie multimilliardaire. Il y a 100.000 chercheurs spécialisés dans le SIDA dans ce pays (les USA). C'est une industrie aussi difficile à combattre que celle du tabac à l'heure actuelle.

    LS: Que dit Luc Montagnier de tout cela ?

    Rasnick: A la conférence sur le SIDA de San Francisco en 1990, Montagnier a annoncé que le VIH, après tout, ne tuait pas les cellules T, et ne pouvait pas être la cause du SIDA. Dans les heures qui ont suivi cette annonce, il a été attaqué par cette même industrie qu'il avait contribué à créer. Montagnier n'est pas un menteur. C'est juste un scientifique moyen qui est dépassé.

    Pour conclure

    Dans une interview donnée en 1997, Montagnier a parlé de l'isolation du VIH. Il a dit : « Nous n'avons pas purifié (isolé). Nous avons vu quelques particules, mais elles n'avaient pas les caractéristiques morphologiques (la taille) typique des rétrovirus. Elles étaient très différentes. Ce que nous n'avions pas, et je l'ai toujours reconnu, était la preuve que c'était vraiment la cause du SIDA. »

    Robert Gallo n'a pas fait de telles concessions. Il a toutefois atténué la sentence de mort qu'il avait posé pour les personnes atteintes de SIDA. Il estime maintenant qu'il est possible de vivre avec le SIDA « pendant 30 ans jusqu'à ce que vous mouriez de vieillesse », tant que vous avez un mode de vie sain et que vous évitez les produits qui ont un impact négatif sur le système immunitaire.

    En 1994, Gallo a annoncé tranquillement que la principale maladie donnée dans la définition du SIDA chez les homosexuels masculins - le sarcome de Kaposi - ne pouvait pas être expliqué par le VIH, mais que les poppers d' amylnitrate, une drogue qui avait été très populaire dans les milieux homosexuels, « pourrait être la cause principale ». Toutefois, cette déclaration n'a pas fait la une des journaux.

    Gallo a aussi dit que les recherches de Peter Duesberg sur un modèle de SIDA causé par les drogues devraient être financées. Mais les fonds accordés à Duesberg se sont totalement évaporés depuis qu'il a publiquement remis en cause le modèle actuel du VIH / SIDA.

    Traduction F.R. 2004

    Liam Scheff, 2003

    liamscheff@yahoo.com

    http://forum.amessi.org/


  7. De toute façon, me dit-il, quand ils voient ( les autochtones ) qu'il ( le malade présumé ) a les symptômes ..... ils arrêtent de le nourrir !!!!!!!!!!

    Je croyais que la seule façon de savoir si on a le vih c'etait passer un test.... reflechi.gif

    C'est bien ça qu'on nous rabache ici avec les campagne de prevention de cette été...

    En fait les gens du continenet africain meure pas du sida mais simplement de faim...

    elle est belle leur conception humanitaire... icon_rolleyes.gif

    Dans ce cas là c'est une évolution technique qui est utilisée: le test visuel


  8. Juste pour enfoncer le clou

    LAVIS DU SEXOLOGUE :

    Le sexe renforcerait nos défenses immunitaires

    Pour la sexologue Noëlla Jarrousse (1), les vertus immunologiques dune vie sexuelle épanouie sont évidentes, bien que non encore démontrées biologiquement. " Sexualité et santé sont étroitement liées, explique-t-elle. La frustration sexuelle provoque un syndrome pathogène, en particulier par contraction du petit bassin, blocage de la circulation et congestion du bas de labdomen.

    A linverse, une personne qui a bien fait lamour voit ses sécrétions dadrénaline baisser, son stress satténuer, ses reins moins se fatiguer et son système cardio-vasculaire mieux fonctionner. Parallèlement, se produit en elle une décharge dendorphine qui induit un état de calme, permettant à lorganisme de se régénérer. Lorgasme, on le sait, stimule le réseau lymphatique : les déchets séliminent mieux, on a faim, on sendort facilement, etc.

    On peut donc logiquement sattendre à ce que les défenses immunitaires soient également renforcées. Pourtant, je ne connais pas de recherches scientifiques sur ce sujet, ni à lInserm ni ailleurs. Si une institution en prenait linitiative, je serais la première à participer à un tel travail. "

    1 - Auteur de nombreux ouvrages, elle travaille notamment à comprendre les liens entre sexualité et cancer avec le Pr David Khayat, de lhôpital de La Pitié-Salpêtrière.

    Mais curieusement, ce serait ce qui rend malade icon_confus.gif

    source: Lamour est notre meilleur médecin, affirme le Dr Dean Ornish dans Love and Survival


  9. Pour autant qu'il m'en souvienne, à l'heure ou la chevrette taquine valsait avec le loup dans les boites branchées de haute provence, bercée par le chant des berger réclamant une indemnisation au prefet au ministre de l'écologie, il me semble que l'auteur ne parle pas de levrette.

    Mais également, il ne décrit pas les bruits de bottes annonciateurs de l'aube, accompagné du fracas des poubelles contre le camion de la mairie.

    Dans cette parabole, il ne décrit que les préliminaires d'un festin charnel dont il révait certainement avec une ribaude qui aurait pu lui faire oublier les mollesses hypnotique du prozac.

    Il faut convenir que s'il était sorti du thème de la parabole, cela aurait classé pervers pour l'époque


  10. ... encore que dans la Frèce antique, je me suis laissé dire qu'il ne valait mieux ne pas se pencher pour ramasser son javelot lorsqu'on était hétéro (javelot, hétéro ... la rime est riche)

    D'emblée, j'ai fui le grec pour pratiquer le rugby, qui, malgré la facheuse ressemblance du ballon, n'a rien d'une partie de cueillette des olives


  11. Franchement tout cela minterroge. Quels sont vos réponses ?

    C'est déja bien de s'interroger, le questionnement est le début du cheminement.

    3 - Le but des discussions sur « onnouscachetout » sert à quoi si cela nest pas porté au grand publique ou vers la communauté scientifique de façon scientifique ? Il y a des scientifiques ici ? des épistémologues ? des biologistes ? des médecins ?

    Il y a des personnes de ce genre, en effet ici.

    Comme tu as l'occasion de le remarquer, toute analyse contredisant la pensée unique est immédiatement disqualifiée

    Mais c'est bien, tu es dans la mouvance, chaque question contient la réponse en elle même


  12. j'ai par idéologie une sainte horreur du bruit des bottes.

    Certes Nowar ... d'ailleurs moi-même, je n'ai que peu d'enthousiasme lorsqu'on évoque la soldatesque ... Néanmoins, tu admettras le caractère "pratique" de la botte dans ce cas de figure ...

    4-ptdrasrpt.gif

    Je l'admet et le conçois, trés cher, même si pour moi l'aversion et plus puissante que la pulsion.

    Cependant, l'inquiétude pointe lorsque l'on me fait tourner chevre


  13. ... J'ai vu des contrées où les chèvres (voire même les dromadaires) étaient préférées aux insectes ... il me semble évident, en ces conditions, que le traumatisme n'en est que moins redoutable pour cette espèce ... et que dire des dromadaires pour qui ça passe comme une lettre à la poste ... selon mon analyse ... théorique ... 4-ptdrasrpt.gif

    Certes, cela fait appel à d'autres efforts musculaires, mais.......... personnellement...... j'ai par idéologie une sainte horreur du bruit des bottes. 4-ptdrasrpt.gif

    Quant au facteur... de risque, naturellement, il est probable que nombre de cerveaux ont déja envisagé une réduction du risque.

    C'est peut être pour cela que mon boucher vendait des demi chèvres. 4-ptdrasrpt.gif4-ptdrasrpt.gif

    Réduction d'(a)effectif? 3 - thermo.gif5-nonnonnon.gif5-tss.gifreflechi.gifpuni.gif4-ptdrasrpt.gif


  14. N'est pas venu encore le temps où je me plierai au "politiquement correct" ... et au "bon ton" de penser comme ceci ou comme cela ... au risque de froisser Nowar ... en interprétation abstruse ...

    ne pas se plier, c'est déja se froisser, cher ami, et me froisser, alors que je suis déja cabossé, n'est pas la goutte d'eau qui met le feu aux poudres.

    Tiens c'est marrant, j'ai déjà entendu ce genre de phrase "j'ai des amis arabes, mais ils sont très charmants vous savez", .............

    Nous avons tous nos bonnes oeuvres, et l'éternelle question de l'être humain qui gigote (quelle que soit la position, d'ailleurs) pour donner l'évidence ou l'illusion de son identité, reste et, à mon avis, restera longtemps de savoir jusqu'à quelle limite il place l'acceptation des différences.

    D'autre part, il nous faut inévitablement définir ce que nous voulons identifier, et si, ce faisant, un ton guoguenard, malicieux, froisse des susceptibilités, il nous faudra prendre des tronche de fer à repasser pour ne pas s'exposer à la vindicte de bien pensants.

    A part ça, je suis allé visiter ce blog, ça m'a gonflé, mais la liberté individuelle est une denrée précieuse, même si elle s'arrête là ou commence celle des autres. Si problème il y a ou aura, c'est dans l'interprétation des lecteurs, et c'est à l'aune de leurs revendication que nous en connaitrons l'humanité.

    Donc glissons 4-ptdrasrpt.gif


  15. ben oui je suis sterile.....est ce que je l ai ete avant la tri ?? qui sait ??.....si les tri etaient castratrices, comment cela se fait il que des seropos puissent avoir des enfants apres *lavage*du sperme ??....à moins que l on en file dun autre sans leur dire........j ai pas compris d aileurs cette technique de lavage ?? .....ils nettoies les residus d antibios ??;

    pour ma part je ne souhaite pas d enfants, je ne faisais que repondre aux post ci dessus.

    Terry, il s'agissait plutôt d'une saillie moqueuse de ma part. Je te présente mes excuses si je t'ai blessé

    Il serait encore plus ignoble que les tris soient castratrices, bien que par nature la reproduction des homos entre eux soit peu envisageable.

    Plus sèrieusement, il est fort possible que pour toi ce fut le cas auparavant, mais avnt ce n'est pas quelque chose que tu aurai vérifié, je pense.

    Babo et moi n'avons que 2 à 3 jours/nuits par semaine pour concevoir un enfant, ce qui est très très juste.

    Faites en la joie du plaisir de vos retrouvailles, l'enfant en sera le témoin 4-bisou.gif1-calin.gif


  16. Sait-on jamais ! ...

    4-ptdrasrpt.gif

    Aprés plus ample analyse mais sans essai préalable, il convient de remarquer que les risques sont essentiellements traumatologiques.

    Bien qu'il ne faille pas oublier dans ce domaine, l'inévitable répercussion de ce genre de pratique sur le chiffre d'affaire des fabricant d'insecticide.

    C'est bien connu, à commencer par la mouche, on finit par avoir le bourdon, et j'en passe


  17. Ma compagne (Babo) et moi essayons de concevoir un enfant depuis janvier de cette année... sans succès. De son côté, nous savons que tout va bien; aussi, j'aurais aimé savoir si 10 années de trithérapie derrière moi seraient peut-être responsables de ce fait. En somme, est-ce que les antirétroviraux pourraient altérer la qualité des spermatozoïdes?

    Si je vous demande ça à vous c'est parce-qu'il ne nous est pas possible d'en parler à un toubib qui estime que de vouloir concevoir un enfant ensemble est de la pure inconscience, Babo étant "séronégative".

    Contrairement à une idée malheureusement répandue, on ne fait pas un enfant comme on fait une voiture ou d'autre bien de consommation.

    Un enfant nait d'une union entre deux êtres. Ce que mon expérience m'a appris, c'est que tous ceux que j'ai vu s'échiner à faire des enfant on vécu douloureusement les affres de la thérapie conceptive qui s'est enrichie sur leur dos , leurs frustrations et leurs souffrances.

    Aimez vous, et ne laissez pas votre esprit et votre union être pollués par les rumeurs infondées qui courent sur la séropositivité.

    Quant à toi, Kinipou, es tu sur qu'au fond de toi il n'existe aucune rétention ou inquiétude quant la nature de l'être que votre union pourrait concevoir?

    moi perso, apres 18 mois de tri, j ai plus un spermatozoide qui se promene dans le sperme.....enfin, dix ans de tri !! ouf tu es sur !! bravo !! c est le seul mot qui me vient à l esprit !.

    C'est la fonction de ton organisme de les produire, la question qui se pose est de savoir

    -> si la tri est également une traitement castrateur?

    -> si tu es vraiment motivé pour en produire?


  18. au fait , j ai toujours un tube de vitamine c m ayant causé des desagrements...je l avais achete en pharmacie car il me semble que dans ces la, les fabricants sont obligés de detailler tous les excepients ( à la difference de ce que l on trouve dans certains magasins bio)..:

    sorbitol.carbonate acide de sodium.vitamine c.acide citrique.polyethylene glycol.saccharine.silice.jaune orangé.

    une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs.

    voilà si tu as des infos...

    Le problème vient peut-être du fait qu'il s'agit d'une molécule frabriquée chimiquement et non pas d'une molécule acide ascorbique naturelle 4-spamafote.gif


  19. (Bisounours @ Jeudi 22 Septembre 2005, 09:04)

    Je voudrais poser une question ...

    Personnellement, je ne suis pas spécialiste en la matière , mais mon père pense que le sida, c'est une idée des américains. Qu'ils l'ont transmis aux noirs (on connait tous les "sentiments" qu'ont les américains pour les noirs ).

    Je ne sais que trop penser de son arguments meme si ça ne m'étonnerait pas vraiment.

    Et vous, qu'en pensez vous ?

    Si tu suis bien les explications de Cheminot, et les campagnes de vaccinations menées sur le continent africain, tu verra que la transmission du "virus est plus à remettre en question que les effets nuisible des conflits régionaux entretenus par nos grand pays philantropiques, nos merveilleuses ONG médicales, et le spectre de la famine qui règne sur ces régions pillées.

    Un autre exemple : le terrorisme.

    Qui est un outil essentiel dans les mains de nos dirigeants icon_tresfache.gif


  20. (Bisounours @ Mercredi 21 Septembre 2005, 12:40)

    Mais quand on parle du sida, c'est quelque chose qui est censé vraiment exister. Donc faudrait pas comparer ce qui ne l'est pas. Enfin, ça reste mon avis.

    Bisounours

    C'est plutôt un dogme fondée sur des croyances scientifiques.

    Nous sommes donc sur un conflit théologique, qui , comme tous les conflits rend l'être humain objet de la sollicitude ou de l'abandon d'entités supérieures.

    Que les zélotes du dogme économique le plus rentable s'appuie sur le fait que des ampoules à la mains ne soient pas susceptibles de favoriser une immunosuppression est une trouvaille exceptionnelle que le Nobel devrait récompenser.

    L'évidence qui est apparue au cours de ces pages de posts passionés loin de tout phénomène de croyance est que les éléments servant à définir le dogme sont foireux et que les inquisiteurs de la santé devraient bruler sur le bucher auquels ils condamnent les victimes de leur incompétence.

    Si l'on rajoute à la cuisson un peu de papaye, ça ne dervrait pas être mauvais à bouffer 4-ptdrasrpt.gif


  21. Cela résulte d'une approche humaniste et scientifique financée par les heureux bénéficiaires des créneaux à prendre.

    Pignarre l'explique clairement dans son livre, et il est comique de voir que les méthodes, même devenues publiques soient toujours les mêmes utilisées.

    C'est peut être le moment de pousser la papaye 4-ptdrasrpt.gif

×
×
  • Créer...