Aller au contenu
forum sidasante

aixur

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    1 275
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    13

Messages posté(e)s par aixur


  1. c'était conseillé par son homéopathe...c'était à avaler dilué dans de l'eau

    le pépin de pamplemousse je le diluais dans de l'eau pour lui laver la bouche

    Ouai, à mon avis, il est fort possible que la spagyrie de giroflier contienne en fait encore des substances actives. Du coup, peut-être bien qu'il y a eu un phénomène de yoyo aussi avec ce produit. Si c'est le cas, ça devait se passer comme ça. Quand il le prenait, ton fils allait mieux. Et quand il l'arrêtait, il perdait de l'appétit et avait envie de dormir. A voir quand ces symptômes sont apparus (pendant la prise du médicament ou après l'arrêt).

    Sinon, pour l'extrait de pépin de pamplemousse, bien sur, c'est utilisé dilué pour les applications locales. Sinon, ça serait beaucoup trop puissant. Ca aurait créé des brulures graves. Mais même dilué, ça provoque le phénomène que j'ai décrit (ça décape les muqueuses). Le produit tue les champignons, mais en même temps, ça agresse les muqueuses et ça crée donc plein de débris cellulaires. Donc, comme les champignons prolifèrent sur les débris cellulaires, dès qu'on arrête d'en mettre, ils reviennent.


  2. Sinon, Etienne de Harven ne peut pas dire ou faire grand chose de plus que ce qu'il a dit. Dans la mesure où ton enfant est totalement dans les mains des médecins actuellement, impossible de rien faire. Et dès que tu diras quelque chose d'un peu dissident, ça sera pris comme une attaque ou une attitude irresponsable. Donc, pour l'instant à part faire profil bas, il n'y a pas grand chose à faire. Par ailleurs, de Harven n'est pas médecin. Je crois qu'il est juste chercheur.


  3. Eh oui, je me disais bien que pour que la candidose continue, il devait y avoir utilisation d'un truc style huile essentielle ou extrait de pépin de pamplemousse.

    L'extrait de pépin de pamplemousse entretient en fait le phénomène de muguet buccal. Ce qu'il y a, c'est que ça décape les muqueuses. Alors, tant qu'on l'utilise, le muguet disparait. Mais dès qu'on arrête de le faire, il revient, parce que sur toutes les cellules mortes qu'a engendrées l'application de ce produit, les champignons vont proliférer (ils se nourrissent de cellules mortes). Donc, il y a un yoyo régulier d’arrêt et de retour du muguet lié à la prise et à l'arrêt de l'extrait de pépin de pamplemousse.

    Ce qu'il faut voir, c'est que l'extrait de pépin de pamplemousse est un produit puissant. Et en réalité, c'est la même chose qu'un antibiotique. Donc, mettre ça directement sur une muqueuse, ça aboutit à la décaper complètement. Les partisans des médecines douces disent que c'est sans aucun effet secondaire, que c'est une panacée. C'est totalement faux. C'est un produit qui est tout aussi dangereux qu'un antibiotique qui serait sous forme liquide.

    L'idée du bicarbonate de soude est a priori une bonne idée. Mais, est-ce que ça ne ralentit pas d'une certain façon la régénération des cellules ? Normalement, ça doit plutôt aider, mais je serais partisan de laisser la bouche se réparer seule (on ne sait jamais). En quelques mois, il n'y aura plus de problèmes. Bref, pour que ça disparaisse, il ne faut rien faire.

    Sinon, l'utilisation de la mycostatine et du bactrim a clairement fait augmenter la charge virale (qui n'est en réalité qu'une mesure de la quantité de déchets cellulaires) et diminué la quantité de cd4 (en les désagrégeant). C'est pour ça qu'ils ont découvert une charge virale aussi importante et un taux de cd4 légèrement bas (mais pas au niveau du stade sida, s'il était à 300).

    Donc, en soignant le bébé pour la candidose et l'inflammation sanguine, ils ont créé la charge virale élevée et le taux de cd4 bas. Ton bébé n'a aucun problème naturel d'immunodéficience (je ne crois pas en l'immunodéficience, mais j'adopte ici les termes de l'orthodoxie). Celle-ci est créée artificiellement par les médicaments.


  4. Et la gravité même de la pneumonie est liée à l'appartenance à un groupe à risque. Il y a déjà le diagnostic en lui-même qui est lié clairement à l'appartenance à une catégorie à risque. Mais ensuite, à l'intérieur de ce diagnostic de pneumonie, les médecins vont dire que la pneumonie est plus ou moins grave en fonction de l'échelle de catégorie à risque.

    Par exemple, on considère qu'un nourrisson est à risque de pneumonie, parce que son système immunitaire n'est pas mature. Donc, une toux peut entrainer un diagnostic de pneumonie pour un nourrisson. Mais, à moins de symptômes très importants, ça sera généralement considéré comme une pneumonie bénigne. Mais si le nourrisson est considéré comme séropositif, d'un seul coup, avec les même symptômes (et même souvent avec des symptômes beaucoup moins graves), on dira que c'est une pneumonie grave.


  5. Ah oui, d'accord, comme ça, je comprends mieux.

    Tel que tu avais expliqué les évènements, j'avais compris que le scanner avait été fait avant qu'ils apprennent ta séropositivité. Là, ça change tout.

    Donc, avant qu'ils n'apprennent ta séropositivité, ils ont fait une radio. Et ils ont trouvé : RIEN.

    Ils ont examiné les poumons au stéthoscope et là encore, ils ont trouvé : RIEN.

    Donc, à ce moment-là, en accord avec l'absence de symptômes pulmonaires ou symptômes graves par ailleurs, pour les médecins, concernant la pneumonie, il n'y avait RIEN.

    Puis, tout d'un coup, ils apprennent que tu (Daddou) es séropositive. Les tests montrent que l'enfant l'est aussi. Et là, du coup, surprise, le scanner (qu'ils n'auraient jamais pratiqué sinon) est positif ! Ben voyons.

    C'est vraiment les diagnostics complètement bidons et à la tête du client.

    S'ils avaient quand même fait un scanner, mais sans savoir pour ta séropositivité, ils auraient considéré celui-ci comme négatif. C'est clairement uniquement la découverte de ta séropositivité, puis de la sienne, qui a entrainé ce diagnostic de pneumonie.

    Donc, le diagnostic de pneumonie est complètement bidon. Il a été intubé, mis sous sédation, et on lui a donné des antibiotiques pour rien.

    Par ailleurs, on peut penser que la charge virale a été influencée par les médicaments contre le muguet pris au début de l'hospitalisation. On lui a donné quoi exactement contre ce problème ? D'ailleurs, ça semblait être un problème qu'il a eu peu après sa naissance. Toi-même, tu semblais le soigner contre ça. Tu lui donnais quoi ? Est-ce qu'il y a des produits, en dehors de l'homéopathie pure que tu lui donnais, comme des huiles essentielles, de l'extrait de pépin de pamplemousse, etc.. ?


  6. Bonjour et bienvenu sur le forum,

    Il y a un truc que je ne comprends pas. Tu as déjà fait un test, suite à ta diarrhée ? Si ce n'est pas le cas, n'en fait pas. Il ne faut pas s'amuser à aller chercher un test positif. Parce qu'ensuite, les médecins savent être très convaincants pour te faire prendre une trithérapie. Le moindre symptôme de rhume se transforme en diagnostic de pneumonie, une diarrhée, en infection grave du système digestif, une migraine en diagnostic de toxoplasmose, etc... Et là, pour résister au diagnostic posé, il faut être un dissident hardcore.

    Sinon, pour la façon de réagir des intervenants sur les forums médicaux connus, il faut avoir conscience qu'il y a des gens qui sont rémunérés pour intervenir sur ces forums. C'est nécessaire pour les propriétaires de ces sites, parce que ça permet de faire croire que le site est très fréquenté. Avec 10 personnes qui postent chacun seulement 100 messages par jour, en un peu moins de 3 ans, ça fait 1 million de messages sur le forum. Carrément intéressant pour le site en question. Du coup, plein de réponses sont en réalité faites par ces employés. Et forcément, comme ils n'ont pas le temps, ils vont faire des réponses bateaux, à savoir conseiller systématiquement à la personne d'aller chez le médecin. Bien sur, ce genre de réponse se défend dans beaucoup de cas. L'idée, c'est qu'ils n'ont pas les outils pour faire un diagnostic. Mais c'est trop systématique pour être honnête. Le but, c'est aussi empêcher que les gens réfléchissent par eux-mêmes. En les réorientant systématiquement vers un médecin, et en coupant court à tout début de réflexion, on empêche le grand public de se forger une opinion sur tel ou tel problème médical. D'où l'utilité des trolls (eux aussi des employés) qui vont systématiquement pourrir les sujets intéressants.

    Sur les forums d'ado (genre jeux-vidéo.com), là aussi, il doit y avoir des types rémunérés pour intervenir et grossir de façon artificielle le nombre de messages. Et là aussi, ces employés sont payés pour troller, afin de pourrir tous les sujets intéressants, faire en sorte qu'aucune réflexion un peu intelligente ne parvienne aux oreilles des ados qui fréquentent le site et maintenir un état d'esprit complètement débile. Cela dit, sur les forums d'ado, il doit y avoir aussi un certain nombre de débiles véritables. Mais on pourrait les bannir pour faire remonter le niveau. Si les responsables du site ne le font pas, c'est parce qu'ils cherchent à abaisser le niveau.


  7. A mon avis, ça doit être un simple anti-inflammatoire. Du coup, ça entraine une vasoconstriction et un épaississement du sang ; donc, mécaniquement une baisse de la charge virale. Le sang étant plus concentré, les débris cellulaires s'agrègent entre eux. Du coup, il y a moins de débris cellulaires. Or, la PCR, à mon avis, multiplie ces débris cellulaires.

    Comme je le dis depuis un certain temps, tous les anti-inflammatoire (en adaptant le dosage) marchent pour diminuer la charge virale et augmenter le taux de cd4.


  8. en attendant le pauvre chéri a une diarrhée (due aux médicaments je pense ) qui lui irrite les fesses et il n'a droit qu'a leur pommade à heure précise (pas à chaque change)

    Oui, bien sur que c'est du aux médicaments. J'espère qu'ils ne vont pas aller inventer une infection microbienne pour expliquer ça.


  9. Ouai, donc voilà. C'était bien une (et même deux) anesthésie générale. A cause de l'utilisation d'analogues d'opiacés, ça a provoqué une hypotension. Hypotension qui a provoqué une détresse respiratoire. Donc, il est clair que ce sont eux qui ont créé le problème.

    Mais bon, apparemment, ça va mieux. C'est l'essentiel.

    Sinon, la saturation en baisse, la fréquence respiratoire haute,le rythme cardiaque en hausse, c'était à quel moment ?


  10. suite a l'intervention sous anésthésie pour voir quel est le germe du poumon, l'état respiratoire du petit se détériore et il est amené aux soins intensifs.

    pour pouvoir lui donner ses médicaments, ils lui posent une voie centrale, de nouveau avec une anésthésie. pour ce faire et l'aider à respirer ils l'intubent

    Un détail, l'anesthésie était locale ou générale ? Et la détérioration de l'état respiratoire, elle a pris quelle forme ? Toux, dépression respiratoire ?


  11. (je donnais un lait de soja maternisé)

    Le lait de vache contient 30 à 35 g de protéines par litre, et le lait de soja maternisé en contient de 20 à 25 g. Le lait de soja maternisé en contient donc tout de même 2 à 2,5 fois plus que le lait maternel (qui en contient dans les 10 g par litre). Donc, un excès de protéine a pu jouer sur son soudain manque d'appétit.

    Par ailleurs, normalement, à 2 mois, on vaccine pour le DTCPH (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, Poliomyélite, Haemophilus). Et on refait une deuxième injection à 3 mois. Or, il a 3 mois. Donc, il est très possible que ça ait joué aussi concernant son soudain manque d'appétit et sa durée de sommeil supérieure à la normale.


  12. pour la morphine, pas vraiment de solution pour calmer la douleur autrement...

    Sauf qu'il n'avait aucune douleur à la base. Donc, il n'y avait aucune raison de le mettre sous morphine. Quant à la détresse respiratoire consécutive à l’anesthésie, comme dit plus haut, ce sont eux qui l'ont créée avec l'anesthésie.

    Effectivement le bactrim fait peut etre double emploi avec la tri mais en le refusant vous vous exposeriez a des risque de "mise en danger de la santé de l enfant ". C est ainsi qd des parents refusent les traitements protocolés de nos hopitaux.

    jouer sur le coté multifactoriel de la maladie, n 'essayer pas d ecarter l aspect vih avec eux c est peine perdue, et ils ont trop de pouvoir...

    Eh oui, maintenant, ce sont eux qui ont tous les pouvoirs. Ce sont eux qui décident. Impossible de leur retirer l'enfant. Donc désormais, on peut juste espérer qu'ils ne vont pas trop délirer et que tout va bien sa passer.

    "puisqu'une fois dans le stade 4, on y est classé a vie..."

    C'est intéressant ça. Donc, une fois dans le stade 4, c'est fini, on ne peut plus rétrograder à un stade inférieur. Donc, le moindre petit pépin de santé va être considéré comme un truc hyper grave.


  13. suite a l'intervention sous anésthésie pour voir quel est le germe du poumon, l'état respiratoire du petit se détériore et il est amené aux soins intensifs.

    pour pouvoir lui donner ses médicaments, ils lui posent une voie centrale, de nouveau avec une anésthésie. pour ce faire et l'aider à respirer ils l'intubent

    Eh oui, bien sur. Vu que l'anesthésie s'obtient en administrant des analogues d'opiacés, et que ceux-ci entrainent une détresse respiratoire, forcément qu'après l'anesthésie, son état respiratoire s'est dégradé. La dégradation de l'état respiratoire ce sont eux qui l'ont provoquée.

    Mais bon, heureux de voir que son état s'améliore.


  14. Comme tu dois le savoir, je ne crois plus à toutes ces histoires de virus et de bactéries pathogènes. Pour moi, il n'y a principalement que des problèmes de grands équilibres perturbés. Donc, je ne crois pas à l'histoire de candidose, ni à celle de pneumonie. Dans le cas présent, je pense plutôt à un excès de protéines (du lait de vache des biberons) et à une baisse du taux de cortisol. Rien de bien méchant. Je pense donc que le problème dont il souffre est totalement bénin ; il n'a rien attrapé du tout, à part une petite baisse de forme. Mais quand on demande aux médecins de chercher, le problème c'est qu'ils trouvent.

    Le diagnostic de pneumonie que les médecins ont fait m'a l'air particulièrement fantaisiste. Ton enfant n'avait aucun symptôme pulmonaire. Donc, pourquoi aller chercher une pneumonie ? Il faudrait savoir s'ils ont découvert que tu es et qu'il est séropositif avant de faire les recherches sur la pneumonie ou après. Parce que s'ils ont appris ta ou sa séropositivité avant, on peut penser que ça a fortement orienté les recherches vers la pneumonie. Bien sur, le candida est considéré comme pouvant provoquer une pneumonie, mais il n'y a pas de raison de chercher particulièrement une pneumonie chez un enfant lambda, même si on pense qu'il a une infection à candida. C'est vrai aussi que la pneumonie est considérée comme une possibilité quand l'enfant a moins de 1 ou 2 ans et qu'il n'y a souvent même pas besoin de symptômes pulmonaires. Mais quand même, ça semble assez suspect qu'ils aient pensé à la pneumonie juste comme ça.


  15. Ben là, ton enfant est carrément en mauvaise situation. A mon avis, il n'y a ni candidose, ni pneumonie. Mais LE problème dans la situation présente est le fait que les médecins croient qu'il a une pneumonie.

    Les traitements pour la pneumonie sont dangereux pour l'enfant. Ils peuvent entrainer une mort par hypotension. Déjà, ton enfant devait être en état de faible taux de cortisol quand tu l'as amené à l’hôpital. Ce qui signifie qu'il était déjà en état d'hypotension (un faible taux de cortisol entraine une vasodilatation des vaisseaux sanguins, et donc, une hypotension).

    Heureusement, il semble avoir passé l'étape des antibiotiques, qui, dans un premier temps, peuvent entrainer une hypotension encore plus grande par mobilisation d'eau et de sang à l'endroit de la prise (ventre si c'est absorbé par voie orale, bras si c'est injecté), eau et sang qui ne sont plus disponibles pour le reste du corps, ce qui diminue la tension.

    Mais il reste l'étape de la sédation (la mise sous morphine). La morphine entraine elle aussi une hypotension importante. Donc, si la personne est déjà en état d'hypotension, on peut arriver au point d'hypotension fatal.

    Et le problème est encore plus important si la personne est séropositive. Parce que les médecins vont avoir tendance à s'affoler à chaque évolution un peu négative et à augmenter les doses par rapport à celles qu'ils administreraient à une personne séronégative. Si jamais il n'évolue pas comme ils le voudraient, ils pourraient le mettre en réanimation. Ce qui signifie augmenter encore plus les doses de morphine, ce qui augmentera d'autant plus le risque qu'il meure d'hypotension.

    Le problème, maintenant, c'est qu'on ne peut plus rien faire. On peut juste attendre et espérer que tout va bien se passer.

    Le gros point positif, c'est que la plupart des enfants hospitalisés pour une pneumonie survivent au traitement (le taux de mortalité est très faible pour la pneumonie chez les enfants). Le processus que j'ai mis en avant est un problème surtout chez les personnes âgées. Donc, il ne faut pas s'affoler. Mais le gros point négatif, c'est qu'ils savent qu'il est séropositif. Et ça, ça change la perception de l'état de l'enfant par les médecins, et donc le traitement administré. Donc, par rapport à un enfant séronégatif, difficile d'être complètement tranquille. Qu'est-ce qui va bien pouvoir se passer dans la tête de ces médecins ? C'est ça le gros point d'interrogation.

    Et c'est là qu'on voit les limites de la dissidence actuelle. C'est qu'en n'allant pas assez loin, et en ne remettant pas en cause le reste de la médecine, celle-ci peut rattraper les dissidents séropositifs par la bande. Il suffit de leur déclarer une maladie du sida pour les obliger à prendre des traitements dangereux, voir mortels. C'est ce qui aboutit à des morts de dissidents. Mais bon, j'espère que ça ne sera pas le cas ici.


  16. Concernant Christine Maggiore, il faut aussi savoir qu'elle avait entamé un "nettoyage holistique" un mois avant de mourir.

    Alors quelle genre de nettoyage holistique avait-elle pratiqué ? Difficile de le savoir. Le terme recouvre en effet des choses assez diverses : du jeûne total à une alimentation allégée.

    Mais, quoi qu'il en soit, l'alimentation est généralement fortement diminuée.

    Or, manger peu ou pas du tout, ça ne va pas du tout avec la prise d'antibiotiques. En effet, l'antibiotique s'attaque aux particules qu'il rencontre dans le sang, et aux parois des vaisseaux sanguins. Et moins il y a de particules dans le sang, plus l'antibiotique s'attaque aux parois des vaisseaux sanguins. Donc, moins une personne mange, et plus l'antibiotique va attaquer ses veines.

    Donc, à cause du nettoyage holistique, les antibiotiques qu'elle prenait ont attaqué ses vaisseaux sanguins. Et apparemment, dans ce cas précis, ça a conduit à des nécroses dans les reins, entrainant une insuffisance rénale aiguë.


  17. Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que la situation décrite dans le précédent message n'a rien d'extraordinaire. C'est une chose qui arrive relativement fréquemment. Guillaume Depardieu a du mourir comme ça. Et quand on lit les articles sur Depardieu, il y a pas mal de gens qui parlent d'expériences similaires. C'est à dire de proches morts dans les heures ou les 2 jours consécutifs à l'hospitalisation pour pneumonie.


  18. Je m'intéresse en ce moment à la pneumonie. Et du coup, je pense avoir une idée de ce qui est arrivé à la fille de Christine Maggiore.

    Le premier élément est une supposition. Il est bien possible que l'otite ait à voir avec un taux de cortisol bas. C'est à voir, mais partons là-dessus. Donc, on a une enfant qui était en situation de cortisol bas, donc, une situation d'hypotension. Là dessus, on lui donne des antibiotiques. Seulement, les antibiotiques sont considérés comme un poison par le corps. Et du coup, ils entrainent une mobilisation d'eau et de sang dans le ventre. Sang qui n'est plus disponible ailleurs. Ce qui provoque une hypotension supplémentaire. C'est un peu comme quand on a pris un gros repas, on a moins d'énergie parce que le sang et l'eau s'accumulent dans le ventre pour assurer la digestion.

    Or, chez un enfant, le système digestif représente une part relativement importante du reste du corps. Et en plus, il a peu de graisse. Or, les cellules adipeuses permettent d'injecter de l'eau dans le système sanguin en cas de besoin. Donc, l'hypotension peut être importante chez un enfant qui a pris des antibiotiques. Ça n'est pas systématique, mais ça peut arriver.

    Et si l'enfant est déjà en état d'hypotension, comme on suppose que l'était déjà Eliza Jane Maggiore, alors avec celle ajoutée par l'antibiotique, on aboutit à une hypotension importante. D’où un état de choc. Et c'est l'état dans lequel était Eliza Jane Maggiore quand ses parents ont appelé les secours à l'aide.

    Seulement, le problème, c'est qu'on a du chercher à la réanimer. En effet, la réanimation pose problème dans ce cas précis. Parce que dans des cas de SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) on applique une sédation forte au patient. Et la sédation est obtenue grâce à des analogues d'opiacés. Or, ces substances, aux doses auxquelles elles sont employées, entrainent une hypotension importante. Juste ce qu'il ne faut pas faire dans ces cas-là. Donc, on atteint le point d'hypotension fatale. Et le patient meurt, tué par la médecine.

    Et c'est ce qui a du être le cas de la fille de Christine Maggiore.

    Bien sur, l'intérêt est ici très loin de se limiter à expliquer la mort d'Eliza Jane Maggiore. Il est surtout d'éviter aux dissidents une future mort de ce style.


  19. Ce serait bien pratique en effet, d'avoir l'ancien forum en lecture seule. Ne pourrait-on pas en changer le titre, par exemple "Archives du forum sidasanté" , Ou alors, tout simplement, signaler en page d'ouverture le lien vers le forum actuel avec un mot d'explication, et de même en sens inverse sur le forum actuel ?

    C'est vrai qu'il y a la solution google pour les recherches sur certaines questions précises, mais ça ne remplaçait pas vraiment le fait d'avoir accès à tous les posts créés et messages envoyés par membre et par date. C'est très imortant de pouvoir revenir à coup sûr sur certaines discussions, de retrouver des liens qu'on a insérés vers de la documentation pour éventuellement en rappeler l'existence et le contexte conversationnel, etc.

    Ben, normalement c'est bon maintenant pour ce type de recherche. Donc, pour la partie recherche, il n'y a normalement plus besoin de l'ancien forum.


  20. Bonjour,

    Je n'ai jamais entendu parler d'adénopathies permanentes chez des séropositifs. J'ai juste entendu parler d'adénopathies temporaires. Celles-ci s'expliquent assez bien par une baisse du taux de cortisol. Le ralentissement du flux sanguin, alors que par ailleurs, il est assez concentré en débris, ainsi que la détente des muscles, font que le système lymphatique s'engorge. D'où les inflammations des ganglions lymphatiques. Et c'est encore plus vrai si la personne prend des analogues d'opiacés, qui réduisent encore plus le flux sanguin ainsi que le flux lymphatique. Ça n'a rien d'extraordinaire ni de mystérieux. Et ça n'a rien à voir avec la lutte contre une infection (mais bon, là je fais de la dissidence dans la dissidence).

    2) Ben oui, moi aussi j'aimerais bien que les dissidents séropositifs refassent le test. Mais c'est une idée qui n'a pas fait école apparemment.

    3) Ca dépend. Une vaccination peut positiver le test. Or, ça n'est pas considéré comme une maladie. La grossesse aussi peut le faire si je me souviens bien. Donc, idem. Et l'utilisation de drogues récréatives peut positiver le test. Donc, s'il y a partage de seringue, ça veut dire que la personne se drogue. Et du coup, à cause du fait qu'elle se drogue, le test risque d'être positif.

    Et quelqu'un qui n'a jamais été malade et qui devient séropositif après un rapport à risque, c'est possible. Il semble que les groupes sanguins A, B ou AB réagissent plus au test. Et la note de gueule intervient aussi. Donc, si le gars est un homo de groupe sanguin B, qui a des relations sexuels avec plein de gens différents, qui vient d'un pays d'Afrique à forte prévalence du vih, et que plusieurs de ses amants se sont révélés séropositifs, le médecin aura tendance à considérer un test indéterminé comme un test positif. Or, il semble que beaucoup de tests soient indéterminés. Donc, c'est possible. L'appartenance à un groupe à risque est essentiel.

    Surtout que si le gars de l'exemple se fait tester alors qu'il a un rhume ou une petite fièvre, ou des problèmes gastro-intestinaux, le médecin lui donnera des antibiotiques par précaution (vu qu'il pense qu'il pourrait bien être positif, à cause de sa note de gueule). Et vu que le test est indéterminé, s'il a encore des doutes sur le fait que le gars est séropositif, il va le faire revenir pour un nouveau test 3 semaines après. Seulement, les antibiotiques font fortement augmenter le risque que le test soit positif. Donc, quand le gars revient 3 semaines après pour faire le deuxième test, à cause des antibiotiques, celui-ci risque d'être positif (ou moins indéterminé, ce qui pourra suffire au médecin pour déclarer le gars positif).

    Par contre, si la personne ne fait pas partie d'un groupe à risque, et qu'elle se fait tester par routine (je crois qu'il faut faire le test quand on se marie), là, ça va être extrêmement rare que le test soit positif.

    4) Déjà, là, on est dans le domaine des croyances personnelles et des dissensions entre les divers courants de la dissidence. Certains dissident croient que le test signifie quand même quelque chose concernant l'évolution à terme de l'immunité. Et c'est aussi l'idée de certains théoriciens dissidents. Du coup, certains dissidents séropositifs changent leur régime nutritionnel. Certains le font même simplement par précaution, sans être complètement sûrs de ce qu'il faut penser à ce sujet. Et puis, comme les dissidents séropositifs découvrent, au travers des autres courants des médecines parallèles, la nécessité de bien se nourrir, ainsi que l'intérêt des vitamines, ils ont tendance à changer de régime alimentaire, simplement pour être mieux. Ce qui fait qu'au final, la plupart changent d'alimentation et éventuellement prennent des vitamines.


  21. Bon, je me suis penché sur le système de recherche. Le système par défaut ne donnait effectivement qu'une recherche sur les 365 derniers jours ou quelque chose comme ça. Je l'ai mis à un chiffre élevé. Donc, il ne devrait plus y avoir de problème pour trouver les messages datant de la date de création du forum.

    Sinon pour ceux qui ne sauraient pas (c'est un peu abscons), pour trouver les messages d'un membre, il faut cliquer sur le nom du membre (ou le trouver en faisant une recherche dans le formulaire "chercher" en haut à droite, en cliquant sur l'option "membres"). Une fois sur la page du membre, il faut cliquer sur "mon contenu", en haut à droite. Et là, vous pouvez faire une recherche sur ses messages, ou sur les sujets qu'il a initié, ou sur les deux. Vous pouvez faire une recherche par date (la recherche par défaut), par titre, réponses, et visualisations.

    Donc, désormais, ça marche. C'est moyennement intuitif, mais une fois qu'on sait comment faire, c'est bon.

    Cela dit, comme je le disais plus haut, si vous voulez faire une recherche sur un titre précis du forum, ou un bout de phrase, il est plus rapide de passer par Google.

×
×
  • Créer...