Aller au contenu
forum sidasante

aixur

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    1 275
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    13

Tout ce qui a été posté par aixur

  1. Ben voilà, on est dans la zone de temps où il pouvait encore positiver à cause des médicaments. Et effectivement, des gens dans cette situation, il y en a un certain nombre. La séquence est du même genre : 1) Le gars a une relation non protégée 2) Le gars stresse et somatise 3) A cause du stress, il se sent malade physiquement 3b) Parfois, il est malade simplement par hasard. Sur le nombre de personnes ayant des relations non protégées, forcément, ça arrive un certain nombre de fois 4) Il va voir le médecin 5) Celui-ci lui prescrit des médicaments qui peuvent positiver le test ; et en m
  2. Bien plus tard, c'est quand exactement ? Et même s'il avait arrêté les médoc, ça peut positiver un test pendant encore un ou deux mois après l'arrêt je pense. Et il faudrait voir s'il n'avait pas pris encore autre chose peu de temps avant le test. Sinon, dans ma logique, oui, on peut tout à fait redevenir séronégatif. C'est parce que quasiment personne n'a essayé de repasser des tests de façon anonyme qu'on n'a quasiment aucun résultat à ce niveau-là parmi les dissidents. Enfin, il y en a deux qui ont essayé : un est redevenu négatif et un autre était encore positif. Mais, je pense qu'avec qu
  3. Donc, il y a très probablement le biais des antibiotiques ou d'un autre traitement dans le cas dont tu parles ici. Ton ami a eu des manifestations physiques d'un problème de santé. Il est certainement allé voir un médecin. Celui-ci a du le traiter avec des médicaments, probablement des antibiotiques. Et ENSUITE, il s'est fait dépister. Sauf qu'entretemps, il avait pris des médicaments qui peuvent positiver le test (et qui l'ont très certainement fait). Mais quelqu'un qui ne connait pas le truc va penser que c'est forcément quelque chose de transmissible sexuellement qui est à l'origine de la
  4. D'abord, bienvenu sur le forum. Ensuite, pour répondre aux questions : Ben justement, vu la transmissibilité très faible du vih par voies sexuelles, c'est assez étonnant que des gens se fassent contaminer dès le premier rapport. Mais bon, bien sûr, il est possible qu'il y ait quelques cas comme ça, même en restant dans la théorie officielle. Mais ça reste forcément rare. Il ne s'agit pas de cas "innombrables", enfin, en tout cas pas en pourcentage. Dans l'écrasante majorité des cas, il faut apparemment beaucoup de relations sexuelles pour être contaminé. Et du coté dissident, ça s'explique
  5. Génial. Ensuite, il suffit de ne pas s'affoler quand il y a un petit pépin de santé (ça arrive à tout le monde) et tout baigne. Sinon, pour Wallypat, effectivement, je l'avais vu passer il y a 6 mois sur le forum. Mais c'est mieux d'avoir des nouvelle plus précises.
  6. Econoclaste, je crois qu'il ne faut pas rêver. Aucun sociologue n'obtiendra de financement pour un projet qui pourrait aller dans le sens de la dissidence du sida. Et quasiment aucun sociologue n'osera faire une enquête de ce genre. Ils auraient trop peur de perdre leur poste.
  7. Pendant tout un temps, on s'est demandé s'il était possible que les tests vih soient faits à la tête du client. Il y avait de forts soupçons. Mais on pensait qu'il était impossible que ce soit le cas. Le résultat final semblait réellement basé uniquement sur le résultat du test. Mais en fait, grâce à Jardinier qui a resoulevé la question, j'y ai réfléchi à nouveau, et jai fini par comprendre que c'est certainement le cas. En fait, oui, on fait les tests à la tête du client. Pas tout le temps, mais quand même de façon relativement significative. En fonction de l'appartenance à un groupe à ris
  8. A mon avis, il y a plein de tests douteux qui sont considérés comme négatifs au final (au minimum 40 ou 50 % des tests à mon avis). C'est parce que l'appréciation finale du médecin est faite à la tête du client. C'est pour ça que ton doc t'a posée plein de questions pour interpréter le test. C'est grâce à Jardinier qui avait soulevé le problème que je me suis plus penché sur la question, merci à lui. Pendant tout un temps, on se posait la question sur le forum et on se disait que non, ça n'est pas possible que les tests soient faits à la tête du client. Mais en fait si, c'est comme ça que ça
  9. Si c'est très simple en fait. Il faut quasiment ne rien faire. Pas de médicaments. Ce sont eux qui entretiennent le problème. Le corps va se réparer tout seul. Et même s'il y a encore de la perlèche après, elle sera de toute façon bien moins forte. Et avec une crème hydratante, ça restera très limité. Et alors, il devrait être assez facile de trouver l'aliment ou la pratique qui cause le problème.
  10. Ah ben, s'il y a eu utilisation d'huiles essentielles, ça s'explique encore mieux. Les huiles essentielles sont tout aussi antifongiques que les antifongiques allopathiques. Ca pose les mêmes problèmes. Ce ne sont pas du tout des médicaments innocents. On a tendance à penser que les médecins défendent leur boutique quand ils critiquent ces produits et disent qu'ils peuvent être dangereux. Mais pour une fois, ils ont tout à fait raison. Donc, on peut penser que l'aggravation et la persistance (au début bien sûr) de la perlèche sont venues de l'utilisation des huiles essentielles. Et si tu fai
  11. Ah ben voilà, il y avait bien un truc genre antibiotique. Parce que les antifongiques, en réalité, c'est la même chose que les antibiotiques. Et en ce qui concerne la perlèche, ça peut tout à fait être un truc causé par n'importe quoi. C'est surtout une affection causé par la sécheresse de la peau. J'avais eu ça de façon légère il y a longtemps. J'avais du analyser ce qui causait le truc et ça avait disparu ensuite. Ca doit se soigner avec une simple crème hydratante. Ca n'a rien à voir avec un problème de champignons (il peut y en avoir, mais ils viennent parce que la peau est agressée. Ce n
  12. Ben, je ne vois pas pourquoi tu referais le test. Le précédent test a été négatif. Fin de l'affaire. Quant à la candidose, effectivement, ça peut aussi être dû au stress. Donc, pas d'affolement. D'ailleurs, candidose, c'est un terme tellement large que c'est devenu un diagnostic assez fourre tout. En dehors d'autres manifestations que la langue un peu blanche, je ne vois pas comment on peut vraiment parler de candidose. Mais pour affoler le patient, c'est pas mal.
  13. Il n'y a pas de virus vih. Donc, tu ne crains strictement rien. Relax. La mauvaise santé en question est un pur hasard. La candidose sur la langue est due à la prise de produits qui agressent la langue ou d'antibiotiques. Même un excès de sucre peut entrainer un léger blanchissement de la langue parce que ça favorise la poussée des levures. Et surtout ne pas refaire le test. Si jamais il était positif, tu ne sais pas dans quel enfer tu t’engages.
  14. Pour les détergents et produits pour le corps, je ne pense pas que ça soit un problème majeur, si tant est que ça en soit un. Pour l'eau de la piscine, ça contient du chlore. Donc, peut-être que ça n'est pas excellent. Mais bon, je n'ai pas plus d'information que ça. Cela dit, je pense que vous avez des problèmes plus importants que ça, comme de ne pas vous faire diagnostiquer une pneumonie alors que vous avez une simple grippe, et ne pas subir d'effets secondaires trop désagréables lors de l’arrêt de la trithérapie.
  15. Bonjour, Et bienvenu sur le forum. Juste une question, vous n'avez pris que ces médicaments, ou vous en avez pris d'autres aussi (en accompagnement) ? PS : merci pour la proposition d'aide à la traduction. PS 2 : Ah oui ok, je viens de me rendre compte qu'en fait, l'efavirenz est très probablement un analogue d'opiacés. Du coup, dans un certain nombre de cas, les arvs seraient en fait des traitements de type di-antalvic, avec utilisation combinée d'anti-inflammatoires et d'opiacés. Carrément intéressant.
  16. Chez les dissidents du genre théoriciens du vih, le sexe n'est généralement pas inclus dans le problème de la vie saine. A part pour certains concernant la sodomie (et encore, c'est l'excès que ceux-ci pointent du doigt, pas tellement l'acte en lui-même). C'est essentiellement le fait de ne pas prendre de drogues, de tabac, d'alcool en excès, etc.., qui constitue le fait d'avoir une vie saine. Et on peut y inclure tous les conseils qu'on peut trouver dans les magazines de santé (manger équilibré, des fruits et des légumes, faire du sport mais pas trop, bien dormir, etc...).
  17. Alors 1) Je pense qu'il n'existe pas, puisque l'isolement du vih n'a jamais été fait correctement. Et d'une façon générale, c'est impossible d'isoler un virus correctement, puisque les particules soi-disant virales sont indistinguables de simples débris cellulaires au microscope électronique. Et par ailleurs, les tests d'anticorps réagissent en fait à la quantité de particules présentes (quelles qu'elles soient). Donc, eux non plus ne peuvent pas distinguer un virus d'un simple débris cellulaire. 2) Bonne observation. Mais déjà, la plupart des ces maladies ne sont pas des MST. Donc, dans bea
  18. Personnellement, comme Jardinier, je pense qu'il faut se méfier de l'Acérola (et de la vitamine C en général). Ça n'est peut-être pas si bon que ça. Ce truc me semble surtout extrêmement acide. Et introduire un acide dans le corps, ça ne me semble pas super bon. C'est d'ailleurs pour ça que c'est un antioxydant (et les fruits en général). L'acide de la vitamine C s'associe avec l'oxygène pour former de l'eau.
  19. Bien sur que c'est essentiel. Si la thrombopénie vient d'une prise d'antibiotique, ça veut dire que ça n'a rien à voir avec le sida. Idem pour le bleu. Si ça vient d'un caillot sanguin, là encore, rien à voir avec le sida. Donc, le diagnostic de départ est crucial. S'il est faux, comme je le pense, alors, rico n'a que des problèmes bénins. Mais ceux-ci sont considérés comme graves par les médecins à cause de son statut sérologique.
  20. Bonjour Rico, Et bienvenu sur le forum. Déjà, à mon avis, la thrombopénie de 2009 pouvait tout à fait venir soit de produits de type opiacé pris à la suite de l'opération (ou avant ou pendant), soit de produits de type antibiotiques ou anti-inflammatoires pris à hautes doses. Donc, le diagnostic de thrombopénie avait déjà de fortes chances d'être bidon et lié uniquement à l'appartenance à un groupe à risque. Ensuite, pour le problème de bleu au pied, on peut constater encore plus clairement le diagnostic à la tête du client. Premier médecin : diagnostic de problème de circulation du sang ;
  21. Bienvenu sur le forum. Et oui, c'est intéressant. Sinon, pour l'ostéoporose, effectivement, c'est une conséquence des trithérapies. Comme ça entraine une acidose, le corps pioche dans les os, les cartilages et les dents la substance basique pour neutraliser l'acidité. Du coup, les os sont rongés petits à petit. Et un jour, il peut y avoir fracture du tibia ou du pieds, etc...
  22. Non, par rapport à ce que je dis plus haut, c'est donc bien un taux de cortisol bas qui entraine une baisse des cd4. Un taux de cortisol élevé entraine une augmentation des cd4. Ceci par constriction des veines. Il y a resserrement des veines, donc, concentration du sang, et mécaniquement un taux de cd4 plus élevé. Cela dit, si l'augmentation du taux de cortisol est obtenue avec des médicaments ça dépend. Là, une dose élevée de médicaments peut aboutir à l'effet inverse. En effet, à partir d'une certain dose, ça entraine aussi une désagrégation des particules sanguines. Donc, il y a désagréga
  23. Oui, la sécrétion du cortisol suit un rythme jour/nuit. Mais, ce qui se passe la nuit n'a rien à voir avec un processus inflammatoire à la base. Il y a certains éléments qui conduisent à des irritations, mais à la base, le problème n'est pas un retour des inflammations par manque de l'anti-inflammatoire que serait le cortisol. La baisse du taux de cortisol la nuit sert en partie à réparer les membres (bras, jambes). Il y a donc accumulation d'eau dans les cellules des membres et relargage de l'eau accumulée dans le centre du corps. Par ailleurs, il y a dilatation des veines. Du coup, au nive
  24. En fait, ce que dit l'orthodoxie sur la cortisone est complètement bidon. Ca n'est pas du tout immunodépresseur (ou alors, peut-être, mais avec des doses très très importantes). L'orthodoxie a été obligé de sortir ça parce qu'elle a utilisé ce médicament comme antirejet pour les greffes au début. Donc, puisque la théorie est que le rejet de la greffe est causé par le système immunitaire, si la cortisone empêche le rejet, c'est qu'elle a une action immunosuppressive. Sauf que des tonnes de gens prennent de la cortisone a des doses relativement élevées pendant des années sans développer partic
  25. Ca, sans vouloir être pessimiste, ça m'étonnerait. Maintenant qu'ils ont trouvé une charge virale positive (et élevée), pour eux, la séropositivité est claire et nette. Si jamais on leur demande un test d'anticorps, tout résultat "indéterminé" sera considéré comme positif. Même un test anonyme fait avec une santé normale risque de ne pas marcher (pas être négatif), parce que les médecins verront forcément d'un oeil très suspect le fait que des parents fassent tester leur enfant en bas âge. Ils se diront que s'ils font ça, c'est forcément que la mère est séropositive. Et même si le test anony
×
×
  • Créer...