Aller au contenu
forum sidasante

aixur

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    1 275
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    13

Tout ce qui a été posté par aixur

  1. Voici l'interview d'Etienne de Harven et Jean Claude Roussez sur NonameTV Partie 1 : Partie 2 : [media=]
  2. Oui, pour l'instant, je n'ai pas reçu de compte-rendu de la part de Martin Barnes. Mais bon, je suppose que ça va venir bientôt.
  3. Bonjour Jardinier, Et merci. Pour insérer une vidéo youtube, il suffit de coller l'adresse. Ensuite, ça s'affiche tout seul. Sinon, non, il n'est pas possible d'insérer une image en mémoire sur ton ordinateur. Mais tu as des sites sans inscription où tu peux mettre ton image. Il suffit ensuite de cliquer sur le bouton d'insertion d'image et d'insérer le lien dedans. Exemple : http://www.zimagez.com/ Sinon, je ne sais pas si http://imageshack.us/ le fait sans inscription. Mais c'est un hébergeur assez connu depuis pas mal de temps.
  4. Première vidéo mise dans cette catégorie du forum : sida : le doute. De Djamel Tahi. [media=]http://www.youtube.com/watch?v=BAR1W_dYPRc[/media]
  5. Ah super. Merci beaucoup. Il est quand même largement mieux que le skin d'ipb.
  6. Aller, un petit Buddy Holly pour fêter ça. Eh oui, avec la nouvelle version du forum, on peut afficher des vidéos youtube. [media=] [/media]
  7. Voici donc la nouvelle version du forum. Et je peux vous dire que ça aura vraiment été la croix et la bannière pour faire la conversion. Un monstrueux emmerdement. Il n'y aura quasiment pas eu une étape sans prise de tête. Et je suis content que ce soit fini. Ouf !!!! Pourquoi avoir changé de forum : 2) On ne pouvait pas empêcher les spam bots de s'inscrire (très gros problème, puisque ça rendait beaucoup plus difficile l'inscription des nouveaux venus). 1) On ne pouvait plus poster de messages privés 3) Les avatars ne s'affichaient plus à chaque fois apparemment. 3) Si jamais un exploit avait permis de compromettre le forum, vu que la version 1.3 du forum n'est plus maintenue par ipb, ça aurait été terminé. Impossible de remettre le forum en ligne. 4) Plus le temps passait, et plus les systèmes évoluaient, et plus il devenait galère de passer en local de la version d'ipb 1.3.1 à la version d'ipb 3. Et à chaque fois, il aurait fallu chercher à nouveau comment faire la procédure (parce que les logiciels anciens n'auraient plus fonctionné avec le windows nouveau, etc...). Les petits défauts de la mise à niveau 1) Sans être moche, le look est moins joli. Mais j’essaierai d'obtenir le skin du forum onnouscachetout par Ecliptux. 2) Les avatars ont disparu. Il faudra en remettre de nouveaux. 3) Certains passages de textes mis en jaune sont illisibles avec la couleur de fond du forum actuel. Mais bon, peut-être qu'on aura un nouveau skin de forum qui arrangera ça. Sinon, je ferai quelques éditions de texte. Mais l'essentiel est là. Les messages ont été bien convertis, même chose pour les liens, et les utilisateurs ont été conservés.
  8. Bon, c'est bien. C'est revenu à la même adresse qu'avant.
  9. Ah oui, effectivement, ils ont l'air d'avoir carrément disparu. Et là, ça n'a pas l'air d'être un problème temporaire de serveur en berne.
  10. C'est surtout l'herbe qui fait que tu n'es pas psychologiquement au top. Tous les analogues d'opiacés (et le cannabis en est un, le tabac aussi) entrainent des problèmes de détachement émotionnel, de dépression, voir parfois des idées suicidaires. Tant que tu continueras à consommer des analogues d'opiacés, le problème sera présent. L'herbe te permets d'éviter de prendre des somnifères. Mais en fait, c'est comme si tu prenais des somnifères. Pareil pour le tabac. Tu peux arrêter quand tu veux. Mais l'herbe, c'est comme si tu prenais du tabac. Idem pour l'alcool. Et ce qui pourrait arriver, c'est qu'un jour tu nous diras que tu as arrêté le cannabis, mais que tu es traité pour des problèmes psychologiques. Et en réalité, les médicaments que tu prendras seront là encore des analogues d'opiacés. Et c'est grâce au fait qu'ils sont plus fortement dosés que l'herbe que tu auras pu arrêter cette dernière.
  11. aixur

    Nouvelle étude

    Espérons le. Sinon, pour l'autre texte, je ne sais pas duquel il s'agit. Et bienvenue sur le forum.
  12. Autant pour moi. Twj n'était pas un troll. Je l'ai débanni.
  13. Bon, je viens de bannir twj. Le troll, ça va 5 minute.
  14. Au début, on donnait quand même de l'Interleukine 2 et de l'interféron. En plus, on donnait des antibiotiques en masse, et évidemment, de la morphine. De quoi tuer déjà assez facilement une personne en bonne santé. Par ailleurs, la population de gens concernés par le sida à l'époque était différente de celle qu'il y a eu après. Là, il s'agissait essentiellement de drogués au dernier degré (qu'ils soient homo "hard fêtards" ou purement drogués). Donc, les mecs traités étaient déjà des loques humaines quand ils commençaient à se faire traiter. Donc, avec des personnes aussi mal en point, les traitements pré-AZT étaient largement assez dangereux pour tuer en masse. Vu la population en question, beaucoup n'auraient de toute façon pas survécu, vu ce qu'il infligeaient à leur corps avec la drogue (et ce que leur infligeaient les médecins en les bourrant régulièrement d'antibiotiques). Par contre, bien sûr, s'ils avaient arrêté de se droguer et qu'ils n'avaient pas subis de traitements anti-sida, la plupart auraient survécu.
  15. Ce qu'il faut comprendre, c'est que la santé est bien moins compliquée que ce que la médecine le fait croire. Il y a seulement quelques grands phénomènes qui régulent le corps naturellement, en dehors des organes majeurs : (liste non exhaustive) -Le taux de cortisol : qui gère 1) le cycle de charge et décharge des cellules en eau ; 2) les stress hydriques, d'effort, d'empoisonnement, etc... ; 3) la constriction ou la dilatation des veines ; 4) les phases de récupération des membres et du centre du corps. Etc... -L'équilibre acido-basique -Le problème de l'oxygénation des cellules -L'alimentation en eau -La concentration en sels minéraux Par ailleurs, concernant les problèmes non naturels, il y a : La désagrégation des particules et cellules par des produits désagrégateurs (antibiotiques par exemple) Les problèmes induits par les opiacés-likes Probablement certains produits agissant sur les nerfs et le cerveau Et par ailleurs, la médecine, contrairement à ce qu'elle aimerait le faire croire, ne dispose que de 3 grands types de médicaments (je parle de ceux ayant un effet physiologique) : les anti-inflammatoires (qui a faible dose se contentent d'augmenter le taux de cortisol, et à haute dose, désagrègent en plus les particules), les opiacés, et les combinaisons anti-inflammatoires/opiacés. Ce qui fait que les choses sont relativement simples une fois qu'on a compris ça. Et c'est ce qui entraine que de nombreux problèmes de santé sont reliés à un seul grand phénomène, ou à l'usage d'un type de médicaments. Donc, effectivement, on a l'impression que j'explique tout par un ou deux trucs, que je généralise outrageusement. Mais c'est parce qu'il n'y a pas tant d'éléments que ça qui ont un impact sur le corps. Dans de nombreux cas, on peut se dire effectivement "quel rapport entre le taux de cortisol (ou l'équilibre acido-basique, ou les opiacés, etc..) et tel ou tel problème de santé ?". Hé bien ce qu'il y a, c'est que ces phénomènes ou produits chimiques entrainent des problèmes en cascade. Du coup, des trucs qui ont l'air de ne rien avoir avec la choucroute ont en fait tout à voir avec. C'est le cas du taux de cortisol et des AVC par exemple. Comme un taux de cortisol élevé entraine une vasoconstriction, la concentration du sang en particules augmente. Ca accélère aussi le flux sanguin. Mais comme quand on est assis, le bas des jambes est moins bien irrigué, le sang stagne plus ou moins. On perd localement le bénéfice de l'accélération du flux sanguin. Du coup, le sang étant plus concentré, des caillots risquent de se former. Et si jamais ils se détachent par la suite, ça peut provoquer un AVC dans le cerveau ou dans les poumons, ou encore dans le coeur. Dans un autre genre, ça peut être le cas de l'équilibre acido-basique et des calculs. Si le sang devient trop acide, le corps équilibre l'acidité en prenant dans les os (qui sont de ph basique). Du coup, il y a augmentation de la quantité de calcium dans le sang. Or, les calculs sont constitués de calcium. Donc, si la quantité de calcium augmente, il n'arrive plus à être éliminé correctement par les reins. Et il y a formation de calculs.
  16. Non, c'était ce message là (plus récent : 13 juillet 2011) auquel je faisais allusion : http://www.sidasante.com/forum/index.php?showtopic=17332&hl= "Si, dans ta liste, je vois cinq éléments le faisant : Les capsules d'ail La spiruline L'echinacéa L'aloé vera L'extrait de pépins de pamplemousse Ce qui pourrait expliquer qu'elle n'ait pas eu de phase d'effet en retour quand elle a arrêté de prendre les arv. Ca pourrait expliquer aussi ses chiffres bas. Tout dépend de la dose de produits absorbée. Si elle est suffisamment élevée, on obtient un effet de désagrégation des cellules. Du coup, il y a moins de grosses particules dans le sang et plus de petites. Or, le test de cd4 mesure en fait la quantité de grosses particules quelle qu'elle soit. Et la charge virale mesure la quantité de petites particules, là encore sans spécificité. Donc, avec une dose suffisamment élevée de ce genre de produits, le taux de cd4 va être bas et la charge virale élevée. Et du coup, concernant ses AIT, il se pourrait qu'il s'agisse en fait d'une hémorragie. En effet, si on arrive à la dose où il y a désagrégation des particules, ça se met à attaquer les vaisseaux sanguins, ce qui peut provoquer une AIT. Ou alors, il peut y avoir eu variation dans le dosage. Et du coup, il se peut qu'à un moment où le dosage était plus faible, et où l'effet de type taux de cortisol élevé prédominait, il y ait eu formation de caillots. Et ensuite, les caillots se seraient détachées à d'autres occasions. Mais vu la quantité de produits, je pencherais désormais plutôt vers l'hémorragie et pas le caillot. Du coup, à mon avis, tant qu'elle prendra ces produits, elle risquera d'avoir de nouveaux AIT. Et si elle prend du kardégic en même temps, alors là, le risque est encore plus grand. Le problème, c'est que tout dépend de savoir si le problème vient d'un caillot où d'une hémorragie. Si le problème vient d'une hémorragie, prendre ces produits plus le kardégic, voir même le kardégic tout seul est dangereux. Si c'est un caillot, je conseille de ne prendre que le kardégic et d'arrêter les autres produits. Mais bon, je pense maintenant que ça vient plutôt d'une hémorragie." Sinon, le taux de cortisol n'explique pas tout évidemment. Mais concernant les AVC, c'en est une cause majeure, en compagnie des produits désagrégeant les cellules. Dans la mesure où un taux élevé de cortisol entraine une constriction prolongée des vaisseaux sanguins, ça entraine le risque de formation de caillots dans les jambes. Donc, forcément, c'est une source très importante d'AVC. Ce phénomène de caillots dans les jambes qui partent se balader ailleurs est parfaitement connu de la médecine orthodoxe, sauf que bien sur, elle ne le relie pas au problème du taux de cortisol. L'autre source très importante d'AVC étant les produits désagrégateurs de cellules (antibiotiques, anti-inflammatoires à haute dose, chimiothérapie, etc...) qui eux, les provoquent par hémorragie. Sinon, si je parle souvent du problème du taux de cortisol, c'est que c'est un élément majeur de régulation du corps. Donc, il est normal que ça se retrouve dans des tas de situations qui on l'air très différentes les unes des autres. Et par ailleurs, des tonnes de médicaments, certains produits "naturels" ou même certains aliments l'augmentent. Donc, c'est normal que le truc se retrouve un peu partout. Sinon, pour la cigarette, oui, c'est tout à fait possible que ça joue un rôle. Mais tu avais dit à l'époque qu'elle avait arrêté de fumer. C'est pour ça que je n'avais pas retenu la cigarette comme origine principale du problème.
  17. Doit y avoir un bug je pense.
  18. @Jerman, Je crois que j'avais fait un message ou je pensais avoir l'explication pour les AVC de ta compagne. Mais, comme d'autres messages avaient été postés ensuite, j'ai eu l'impression que tu étais passé à coté. A mon avis, si je me souviens bien de ce que j'avais écrit, ce sont les diverses substances "naturelles" que ta compagne prend qui expliquent clairement le problème de l'AVC. Ces trucs là augmentent le taux de cortisol et resserrent donc les veines, spécialement dans les jambes. Du coup, ça crée des caillots dans les jambes, qui finissent par se balader ailleurs et créer des AVC.
  19. Sinon, concernant l'idée d'éconoclaste de rapprocher scientifiques et sociologues, j'ai bien peur que ça ne soit deux mondes assez hermétiques l'un à l'autre, surtout dans le cadre d'une matière scientifique. Au final, les scientifiques, forts de leur connaissance vont toujours mettre en avant leurs arguments scientifiques, qu'ils savent que les sociologues ne pourront pas réfuter. Et la conversation s'arrêtera là. Surtout que les scientifiques auront tendance à prendre un peu (ou beaucoup selon les personnes) de haut les sociologues, en considérant leurs idées un peu pour de la branlette intellectuelle, ou en tout cas, quelque chose qui est loin d'être crucial dans le raisonnement. Cela dit, ça n'empêche pas la démarche sociologique d'être tout à fait utile. Parce qu'elle met tout de même la pression sur les scientifiques pour mettre en perspective leurs vues et avoir un horizon de pensée plus vaste.
  20. Pour les expériences, il y aurait un certain nombre de choses simples à faire, qui permettraient de ridiculiser l'orthodoxie. 1) Pour les tests, si les séropositifs dissidents refaisaient régulièrement les tests de façon anonyme, il est clair que dans bon nombre de cas, ceux-ci seraient négatifs. Ce qui en montrerait l'inanité totale. Il y a en a 2 qui ont fait ça sur le forum : un négatif dès le premier test, un qui est resté positif. 2) Pour les trithérapies, vu qu'en réalité ce sont simplement des anti-inflammatoires (théorie du taux de cortisol), il serait très facile de les remplacer par des anti-inflammatoires classiques (aspirine, paracétamol, cortisone, etc...) tout en ayant les mêmes résultats sur la charge virale et les cd4 que la trithérapie (et les mêmes effets physiologiques à la prise et à l’arrêt). Donc, la encore, on ridiculiserait l'orthodoxie en montrant que des médicaments qui ne sont pas du tout high-tech et pas du tout antirétroviraux permettent d'obtenir les mêmes résultats que les trithérapies. Mais bon, le problème, c'est qu'on n'est pas très nombreux. Et par ailleurs, lorsque j'avais proposé ça, ça n'avait pas intéressé grand monde apparemment. Sinon, avec plus de moyens, on pourrait faire mesurer la charge virale de personnes séronégatives. Ou montrer que le taux de cd4 baisse quand on prend des antibiotiques, ou quand on arrête de prendre de la cortisone d'un coup (chez des séronégatifs).
  21. Donc, si je lis entre les lignes, ça veut dire que les substances en question (aspirine, antibiotiques, etc...), auraient des effets néfastes en plus de leur effet réducteur. Et comme par hasard, seules les trithérapies (3TC, etc...) n'auraient pas ces effets néfastes en plus de leur effet réducteur. Sauf que quand j'avais parlé des autres substances en question, tu n'avais pas du tout parlé de ça. On ne parlait que d'effets positifs, et tu n'avais pas déclaré qu'il pourrait y avoir des effets négatifs par ailleurs. Donc, la contradiction tient toujours. Selon ta nouvelle théorie, seules les trithérapies marchent. Alors qu'avant, tu avais déclaré que les autres produits que j'ai cité pouvaient marcher aussi. Contradiction. Par ailleurs, comme je l'ai dit dans mon précédent message, la théorie du stress oxydatif n'explique pas du tout les effets physiologiques à la prise et à l'arrêt de la trithérapie, alors que la théorie du taux de cortisol le fait. C'est quand même très gênant. Surtout que ça fait quand même 10 ans que la théorie du stress oxydatif a été émise (et 25 ans si on considère le Perth Group) et qu'il n'y a toujours rien de fait de ce coté là. Alors que c'est quand même légèrement essentiel. Et puis, il faudrait quand même des preuves que les anti-inflammatoires (aspirine, paracétamol, etc...), les antibiotiques, la pilule, les aliments amers, de nombreuses huiles essentielles, etc..., sont des réducteurs. Parce que vu leur effet sur le foie, même à faible dose, on peut en douter. Et quand on voit qu'à dose moyenne, ils ont des effets destructeurs (désagrégation des particules, acidose, etc...), on en doute encore plus. Idem pour la trithérapie bien sur.
  22. Ca sort d'où ça ? Je suis désolé, mais ça fait un peu pochette surprise. Surtout que ce n'est pas la première fois. Quand j'ai dis que plein d'autres molécules que les trithérapies permettaient d'obtenir le même résultat, tu m'as dit : "c'est parce que ce sont des réducteurs". Et vu le nombres de médicaments que je visais, ça en faisait un sacré paquet. Ca veut dire que les anti-inflammatoires sont des réducteurs (aspirine, paracétamol, cortisone, et tous les autres), les antibiotiques aussi, la pilule, les aliments amers, de nombreuses huiles essentielles, etc... Tout ça, ça fait très théorie ad hoc pour englober la théorie du taux de cortisol à bon compte. Et le problème, c'est que quand il y a quelques jours, j'ai demandé pourquoi le groupe de Perth ne préconise pas l'utilisation d'antioxydants autres que la trithérapie, tu as dit que c'était parce que c'était le seul qui arrive à pénétrer dans les cellules Donc, les autres molécules que je préconisais d'essayer n'auraient pas du bien marcher selon ta récente théorie. Mais pourtant, si tu m'as dit que les médicaments cités plus haut étaient des réducteurs, c'est parce que tu acceptais l'idée qu'ils marchent sur les sidéens, donc, qu'ils soient efficaces. Donc, contradiction. Et dans ce cas, pourquoi ne pas préconiser de donner de la cortisone ? Pourquoi dire qu'il faut rester sur la trithérapie ? Alors que ça entrainerait un avantage décisif de notre part sur l'orthodoxie. Par ailleurs, dire que la trithérapie (et les anti-inflammatoires), c'est un antioxydant, quand on voit l'effet sur le foie, ça se pose là. Et il y a aussi tous les autres effets dont on ne voit pas tellement ce qu'ils ont à voir avec le problème d'oxydation : prise de poids, bosse de bison, augmentation de la tension, vasoconstriction et donc thromboses, acidose, ostéoporose, problèmes de douleurs d'estomac, etc... De toute façon, la théorie du stress oxydatif n'explique pas du tout la plupart des effets physiologiques qui surviennent chez les séropositifs qui prennent des trithérapies, et pas non plus chez ceux qui les arrêtent. Peut-être que ça l'expliquera un jour, qui sait ? Mais ça sera bien après que la théorie du taux de cortisol l'ait fait. Ce qui montre que cette dernière est quand même carrément plus féconde que la théorie du stress oxydatif. Un exemple que j'ai déjà évoqué ici. Si la trithérapie augmente fortement les réserves en antioxydants du corps, alors, il ne devrait pas y avoir de problème avant bien longtemps quand quelqu'un arrête de la prendre. Les problèmes d'oxydation ne devraient pas apparaitre avant plusieurs mois (et ce progressivement), en supposant comme tu le fais qu'il y ait un problème d'oxydation naturel du corps chez certaines personnes. Mais non, ce qu'on constate, c'est que les problèmes apparaissent quasiment systématiquement entre 1 et 3 semaines après l'arrêt de la trithérapie. Et ce, d'un coup et de façon massive. Alors que c'est parfaitement logique avec la théorie du taux de cortisol, puisque celui-ci s'effondre une fois qu'on arrête de le booster artificiellement. Ce qui explique qu'en arrêtant progressivement la trithérapie, ces effets sont beaucoup moins importants (ou même sont absents). Chose qui est inexplicable avec l'idée du stress oxydatif.
  23. Sinon, pour mieux comprendre ma théorie du taux de cortisol, voir le texte que j'avais mis sur sidasante : http://www.sidasante.com/azt/tritherapie_e...orticoides.html
  24. aixur

    Critique du groupe de Perth

    Tu as lu trop vite ce que j'ai écris. Parce que tu interprètes exactement à l'inverse de ce que j'ai écrit. Selon le groupe de Perth, le problème du sida est lié à au stress oxydatif. Et chez de nombreuses personnes, même sans drogue ou problème particulier, le stress oxydatif est supposé augmenter de plus en plus au cours des années. Or, le stress oxydatif n'est évidemment pas nouveau Donc, normalement, on aurait du se rendre compte d'un tel phénomène depuis longtemps. Le phénomène du sida devrait être connu depuis des siècles. Sauf que ce n'est pas le cas. Et mettre en avant cette contradiction ne veut évidemment pas dire qu'on adopte le point de l'orthodoxie. Pour répondre en même temps à Jardinier, selon la littérature officielle, il n'y a pas que le problème des cd4 qui permet d'identifier le sida. Il y a aussi les symptômes cliniques : à savoir le retour permanent de problèmes de santé graves causé par des microbes pathogènes (ce qui indique une immunité en berne) ; ceci, chez des personnes jeunes, et par ailleurs, l'apparition de maladies très rares chez les jeunes (sarcome de Kaposi). C'est d'ailleurs surtout les symptômes cliniques qui au début, ont servi de socle à l'idée d'une nouvelle maladie. Donc, si le sida était causé par le stress oxydatif, ça devrait être un phénomène connu depuis longtemps, rien que via les symptômes cliniques. Il devrait y avoir depuis longtemps des gens jeunes attrapant successivement des maladies microbiennes bénignes et en mourant. Et ça aurait du être visible dès 1950, quand les antibiotiques sont arrivés en masse et permettaient de guérir les maladies bactériennes (et même avant avec la vaccination). Le sarcome de Kaposi n'aurait pas du être une maladie quasi inconnu et ne touchant que les personnes âgées d'origine méditerranéennes. Au contraire, ça aurait du être très connu et relativement fréquent chez les 20-40 ans. Seulement, ça ne l'était pas. Donc, la théorie du stress oxydatif comme cause du sida tombe clairement à l'eau. C'est vrai qu'ils ne parlent plus tellement de stress oxydatif dans cette nouvelle version et qu'il mettent à nouveau plus l'accent sur le problème des drogues. Mais on sent bien que ça reste essentiel dans leur interprétation. Sinon , pourquoi continuer à préconiser de prendre des trithérapies ? Si selon eux, le sida était simplement un problème de prises de drogues, il n'y aurait aucune raison de continuer à préconiser la prise de trithérapies (supposées par eux et cheminot avoir un effet antioxydant). Il suffirait d'arrêter de prendre de la drogue pour retrouver une bonne santé. S'ils le font, c'est bien qu'ils croient qu'ils s'agit d'un problème de stress oxydatif naturel, qui nécessite de prendre des trithérapies ad vitam eternam et que sans ça, la personne, même en vivant une vie parfaitement saine (pas de drogue, bonne alimentation, bon sommeil, sport, etc...), aura des symptômes de type sida.
  25. aixur

    Critique du groupe de Perth

    Déjà, sur ce premier point, il y a un problème logique. Si le sida est causé par le stress oxydatif, comme le suppose le groupe de Perth, ça ne pouvait pas être un phénomène nouveau en 1980. Si c'était un problème de stress oxydatif, ça aurait du être un phénomène connu de longue date.
×
×
  • Créer...