Aller au contenu
forum sidasante

anthea

Membres
  • Compteur de contenus

    16
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par anthea


  1. Hello,

    Merci à tous et toutes de vos réponses.

    Sicnarfa, tu fais toujours preuve de bon sens et j'apprécie.

    Wallypat, tu as très bien repris toutes les interrogations qui me torturent l'esprit. Il est clair que l'effet Nocebo est présent chez moi. Avant d'apprendre ma séropositivité et ensuite, je suis allée au plus profond de mon histoire familiale, ai dégagé énormément de choses négatives qui ont, pour la plus grande part, expliqué pourquoi j'en suis arrivée à une déficience immunitaire plutôt qu'autre chose. Il y a beaucoup de peur de la vie là dedans. Cette démarche de "nettoyage" a été progressive et difficile à traverser. Mais pas plus que de prendre de médocs! Cela m'a appris qu'il faut absolument écouter le corps et qu'en général il prévient quand quelque chose ne va pas. C'est ce qui s'est passé avec cette pneumocystose : pour en revenir à la symbolique de l'infection pulmonaire, il y a eu la grosse fatigue, une tristesse immense et une vague de déceptions par rapport à la vie quotidienne. J'ai baissé les bras, mon corps a dit "stop, j'en ai marre!" et je n'ai pas écouté... J'ai poussé jusqu'au bout et je me suis écroulée ! 4-spamafote.gif

    J'ai commencé à changer complètement ma vie, ne me forçant plus à faire ce que je ne veux pas faire, continuant à travailler mais en allant à mon propre rythme, pratiquant avec assiduité mon art martial. Cela n'a pas été suffisant ; je me suis peut être accrochée à des idées fausses...

    Comme le dit Pierrot, on ne vit de toutes façons plus comme avant, on se pose d'inévitables questions. Et la mienne est pour l'instant, comment faire pour limiter la casse et récupérer après cette aventure...

    La réponse n'est pas loin et vous m'avez redonné du courage.

    A bientôt 4-bisou.gif

    Anthéa


  2. Wallypat,

    [ça commence bien, je ne me souviens plus comment on met des citations...]

    Je vais retracer brièvement mon parcours médical. J'ai été diagnostiquée séropo suite à un banal check up gastro et une prise de sang en 2001. J'avais eu deux ans avant une poussée d'herpès génital suivie de plusieurs tests HIV négatifs. Petite vie banale, pas d'excès particulier...

    Pas de problèmes de santé particuliers depuis sauf quelques problèmes intestinaux, ma flore ayant due être reconstituée par des auto-vaccins. Il faut savoir que je refusais, jusqu'à présent, les traitements allopathiques quels qu'ils soient et que je me soigne par l'homéo ou la phyto, le plus possible. J'ai plutôt fait un travail de fond sur mes terrains allergiques, tuberculeux et spasmophiles; beaucoup travaillé l'aspect psychologique ; changé mon mode de vie.

    Mon taux de CD4 a été assez longtemps élevé puis a chuté au fil des années, pour arriver en juin dernier dans les 50. Je suis partie à l'étranger 3 semaines pendant les vacances, sans traitement, et à mon retour pêche d'enfer, aucun problème de santé.

    Je me suis entêtée jusqu'au bout à ne pas prendre de médocs. icon_cry.gif Tant que je n'étais pas malade, je ne voyais pas l'intérêt de prendre un traitement...

    En décembre, après une période de fatigue et un traitement naturopathique de detox, j'ai voulu tenter, sur les conseils de mon homéo, un traitement de micro-immuno, herpès et reboostage des défenses immunitaires couplés. J'ai pris ce traitement à peine 15 jours puis, en janvier, j'ai commencé à avoir une gêne dans la trachée, puis une trachéite avec fortes fièvres, jusqu'à 39,8°. J'ai appelé SOS médecins puis, vous connaissez la suite : allergie à antibio, réanimation, hosto...

    Petit truc intéressant : quand j'étais petite, j'ai été bourrée d'antibiotiques pour diverses angines et problèmes ORL. Peut-être y-a-t-il une mémoire du corps qui s'est manifestée plus que violemment ?...

    Maintenant, la pression est forte ! J'assume ce qui s'est passé jusqu'à présent, mais j'avoue que je flippe un peu quand même.


  3. Bonjour tout le monde,

    Ce topic a attiré mon attention car me voici de retour de 15 jours d'hosto pour une pneumocystose et une double infection pulmonaire, avec bien sûr une candidose histoire de compléter le tableau. Dose massive d'antibio et corticoides, avec intolérance au bactrim...

    Je n'avais jusqu'à présent eu besoin d'aucun traitement, prenant juste des compléments alimentaires et ayant une hygiène de vie adaptée. Mon taux de CD4 est en dessous de 10 et bien sûr, la médecine officielle me propose maintenant un traitement antirétroviral. Je ne crois malheureusement pas avoir vraiment le choix...

    Le tout est maintenant de rebooster un peu les défenses immunitaires et de reconstruire ce corps qui est parti en miettes. Auriez vous des suggestions pour aider à remonter ça en douceur?

    Merci d'avance,

    4-bisou.gif

    Anthéa


  4. Bonjour à tous,

    Et oui, voici une revenante !

    Cela fait, en effet, un petit moment que je n'étais pas revenue sur le forum depuis mon témoignage... Voici donc quelques news et une question.

    Pour rappel, je suis séro+ depuis maintenant plus de 5 ans. J'ai une méga pêche, ai la possibilité de faire de plus en plus ce dont j'ai envie dans la vie. Je n'ai jusqu'à présent pris aucun traitement "chimique" (sauf contre l'herpès) et ai arrêté définitivement de fréquenter les hopitaux depuis que j'ai croisé le chemin d'un charmant professeur qui m'a proposé du trizivir, mes amis les CD4 n'étant plus très nombreux... Pas de prise en compte de mon historique, de mon état de santé global ; paf je te colle ça et ferme ta gueule!!! Je me suis mise très en rogne et ai claqué la porte, bien décidée à ne pas revenir en arrière. icon_tresfache.gif

    Bien que les résultats soient des plus "alarmants" au vu des examens médicaux et qu'il faille soi-disant me traiter dès maintenant, j'ai pu constater que je n'ai, à ce jour, eu aucune infection, aucune fièvre, aucun signe de maladie respiratoire ou autre quelle qu'elle soit. Comment est-ce possible ?

    Je ne me pose, à vrai dire, même plus ce genre de questions. Je vis tout simplement, me contentant de faire gaffe à mon alimentation, d'éviter tout mauvais stress, de prendre ponctuellement des remèdes à base de plantes. Mais une petite angoisse de chuter vers une mauvaise pente me tenaille toujours...

    Aussi, je voulais savoir si les gens très informés qui fréquentent le forum connaissent l'immunothérapie et ses effets sur les "pathologies VIH". J'ai entendu des choses encourageantes mais sur des personnes prenant des traitements chimiques en temps normal. Pouvez-vous éclairer ma lanterne, me donner d'éventuelles références ?

    Merci d'avance et désolée si le sujet a déjà été abordé quelque part sur les forums car j'avoue humblement avoir eu la flemme de chercher...

    Merci d'avance !

    Anthea


  5. Claire,

    Merci pour ton message qui m'a a la fois rassurée, fait rire (copie carbonne de ma famille et des médecins que l'on croise 4-ptdrasrpt.gif ) et confortée dans la voie que je veux prendre, celle de la guérison en écoutant mes intuitions et surout MON CORPS! Mon corps, ce vieil ami, qui m'a toujours prévenu des risques potentiels que je courais tout au long de ma courte existence.

    as tu lu "supercherie du sida ?" lis le vas le chercher dès demain si tu ne l'as pas lu. tu trouveras les réferences ici sur le site. ou je peux te les donner si tu le souhaites.

    Je connais très bien ce livre car j'ai même participé à une conférence sur le bouquin et rencontré Roussez. Cette conf m'avait laissé une impression mitigée car le discours de Roussez avait bcp de mal à passer parmi l'assistance (surtout chez les séropo). Beaucoup d'entre eux étaient encore dans la logique médicale et ne voulaient pas entendre autre chose... 4-spamafote.gif Je me suis sentie, sur le coup, un peu comme une extra-terrestre car j'étais tout à fait d'accord avec lui et m'inscrivais dans une démarche différente de celle des autres "malades" présents. J'ai respecté leur choix mais suis restée sur ma ligne de conduite; celle de me responsabiliser et me prendre en charge. Je dirais même que ce bouquin m'y a encouragée, tout comme ton témoignage que j'avais lu sur le site sida-santé.

    Mon dieu, quelle bavarde je suis ! Claire, tu peux te vanter de m'avoir fait causer !!! icon_biggrin.gif4-bravo.gif

    C'est un peu décousu, mais c'est le coeur qui a parlé.

    VIVONS EN HARMONIE et CONTINUONS NOTRE CHEMIN.

    A bientôt

    Anthéa 4-bisou.gif


  6. Bonjour Claire,

    J'avais lu ton témoignage il y a un bon moment de cela et j'avais été très touchée.

    Tout d'abord, j'admire ta force d'avoir su résister à l'entourage, à tous ces sons de cloches dissonnants que l'on peut entendre autour de soi quand on est dans notre cas. Persiste dans cette voie et tu as raison, il faut écouter ce que l'on ressent soi... C'est notre corps et notre existence avant tout qui compte !

    J'aimerais en dire autant en ce qui me concerne, mais ce n'est pas vraiment le cas. Après une période d'euphorie et de grande certitude, me voici revenue dans une période de doute. 4-spamafote.gif

    Paradoxalement, alors que je me sens super en forme (pas d'infection, pas de bobos, un bon moral), mes derniers résultats ont été catastrophiques, comme si tout était sans dessus-dessous. Il est vrai que je me fais régulièrement des bonnes crises de détox et d'évacuation des "vieilles casseroles" de la vie, mais bon...

    Je suis partagée entre la nécessité de ne pas trop jouer avec le feu et le refus partiel du corps médical officiel. Je viens d'ailleurs de changer de médecin et d'hopital. Je me fais suivre à l'hopital pour me rassurer (cependant, j'ai souvent l'impression que ça produit l'effet inverse!!! puisque chaque fois on agite le spectre de "si tu ne veux pas prendre de traitement, tu vas crever" ou variante "il faudra de toutes façons prendre un traitement à un moment ou un autre"). J'ai un médecin et une équipe "alternatifs" pour me soutenir, ce qui est déjà sympa en cas de coup dur, mais j'ai le sentiment que la solution, la guérison ne pourra venir que de moi.

    Je n'ai pas envie d'être un bon petit soldat, bien obéissant. Je veux avancer, progresser, comprendre pourquoi cet état ; je ne veux pas lutter contre la maladie, mais utiliser le message que cela me transmet pour en sortir. Là est la nuance ! En attendant, il faut quand même un support biologique pour avoir la force de continuer...

    Bref, tempête sous un crâne de piaf !!!

    Tous les débats autour du sida, de son existence, de son rapport avec le VIH ne sont pas là pour donner une vision plus nette de la chose ! Plus je lis de choses sur l'immunologie, le sida, les maladies auto-immunes et plus je suis perplexe... reflechi.gif

    En attendant de savoir ce que c'est vraiment, il faut poursuivre notre vie, profiter de chaque moment de bonheur.

    Tout ce que je peux vous souhaiter à tous c'est de trouver votre voie et de vivre de façon harmonieuse.

    A bientôt

    Anthéa

    4-bisou.gif


  7. Il y a tellement de choses que l'on ne sait pas.

    On en est qu'aux balbultiements sur le traitement du cancer et du sida. Cela ne fait que quelques années que l'on commence à s'intéresser aux liens qu'il y a entre les systèmes endocrinien, immunitaire et nerveux (ce que l'on appelle si je ne m'abuse "neuro-psycho-immunologie"). On se penche à peine sur les impacts psychologiques que la maladie peut avoir sur l'individu, sur les causes qui ont amené l'individu là où il en est.

    On ne sait pas vraiment si le sida est un virus, cela a été dit et redit par les dissidents. Je ne suis pas sure que l'on sache ce que c'est vraiment.

    En attendant, il faut vivre avec cet état de séropositivité, avec la lourdeur que cela implique au niveau médical. Quand on choisit d'autres moyens que la médecine officielle, quand on pense différemment, les médecins ne veulent pas entendre ce que l'on a à dire. Souvent ça se résume à : "tes défenses immunitaires sont faibles, prends le traitement qu'on te donne, même si tu te sens en super forme et que tu n'as aucune infection." Est-ce que l'on se préoccupe du fait que l'on est des êtres humains et non des machines ?? icon_tresfache.gif

    Je ne suis pas une scientifique, ni un médecin, ne connais pas tous ces débats "techniques", je me penche réellement sur l'immunologie que depuis un an. Vivant avec ça depuis 5 ans, j'en ai assez d'entendre ces discours réducteurs. Dans tout ça, est-ce qu'on pense réellement aux personnes touchées ?

    salut.gif


  8. Merci Mag, ton message m'a fait grand bien et un petit tour sur le baton de parole, comme tu me l'as suggéré m'a requinquée. 4-bisou.gif

    Cela m'a fait penser à un poème de mère Teresa que je laisse tout un chacun apprécier :

    LA VIE

    La vie est une chance, saisis-la,

    La vie est beauté, admire-la,

    La vie  est béatitude,savoure-la,

    La vie est un rêve, fais en une réalité,

    La vie est un défi, fais-lui face,

    La vie est un devoir, accomplis-le,

    La vie est un jeu, joue-le,

    La vie est précieuse, prends en soin,

    La vie est une richesse, conserves-la,

    La vie est amour, jouis-en,

    La vie est un mystère, perce-le,

    La vie est promesse, remplis-la,

    La vie est tristesse, surmonte-la,

    La vie est un hymne, chante-le,

    La vie est un combat, accepte-le,

    La vie est une aventure, ose-là,

    La vie est bonheur, mérite-la,

    La vie est la vie, défends-la.

    Mère Teresa 

    @ bientôt,

    _wve.gif


  9. Merci de ta réponse, je vais aller voir et creuser. Je n'ai pas parlé allemand depuis le lycée, alors ça ne va pas être triste ! 4-ptdrasrpt.gif

    Etant congénitalement curieuse, j'ai cliqué sur le lien que tu as mis et ça m'a l'air de ressembler à de la naturopathie. ça a l'air de rejoindre un peu ma philosophie et la pratique énergétique à laquelle j'ai recours quotidiennement.

    Par ailleurs, as-tu pris récemment des antibios (lesquels) ou autres substances chimiques; été vaccinée; été enceinte? (réponse facultative, bien sûr)

    Pour ce qui concerne tout ce que tu mentionnes, rien de tel. Je ne prends jamais d'antibio (j'en ai tellement bouffé quand j'étais petite à cause de problèmes ORL que je suis un antibio à moi toute seule !).

    Le seul élément qui pourrait expliquer une augmentation de la CV, ce serait peut être une crise d'herpès g carabinée il y a quinze jours et je n'ai pris que de l'homéo pour calmer tout ça... Je connais assez mal les liens entre l'herpès et le VIH mais je crois que l'herpès peut interférer sur les résultats.

    Sinon, rien d'extraordinaire, juste du sélénium et des bactéries lactiques (traitement de fond qui n'a jamais fait baisser tout ça...) + autre produit naturel non commercialisé en France et censé remonter les défenses immunitaires (très efficace il y a encore 3 mois mais plus du tout maintenant..).


  10. Bonsoir à tous,

    Grosse baisse de moral ces derniers jours... icon_cry.gif

    Comme on dit, il y a des hauts et il y a des bas ! Ben là, on peut dire que je me suis pris une bonne claque dans la gueule.

    Bien que sache être sur la bonne voie, je me suis pris de plein fouet des résultats sanguins de m... Baisse des CD4 sous le seuil dit "critique" (147) et une charge virale qui a gentiment triplé depuis la dernière fois (alors que l'inverse s'était produit la fois précédente).

    J'ai remarqué que cela se produit chaque fois que j'ai une super pêche : je ne me suis jamais sentie aussi bien, aucune infection, aucun problème, aucun maux de ventre (un miracle pour moi qui suis colopathe!). A croire que j'étais pile sur la voie de la guérison. Encore de l'élimination ???

    Je suis allée voir le médecin qui a remis sur la table la question des "nouveaux" traitements anti VIH. icon_tresfache.gif J'ai à nouveau, affirmé ma position, mon refus d'avoir recours à ce genre de choses tant que je ne serais pas malade . Mon corps ne montre aucun signe de faiblesse ni mon moral, alors pourquoi aller le perturber avec ces médocs et commencer à saper ce que je reconstruis péniblement depuis 3 ans...

    J'espère bien voir tout cela se stabiliser en continuant sur ma lancée, mais chaque fois je me retrouve confrontée à ce choix. Le cul entre deux chaises... La solitude face au choix thérapeutique que l'on fait et qui est contraire à ce que dit la médecine "officielle". Le fait qu'on se sent incompris et seul. Pourquoi ne veulent-ils pas écouter ce que le patient sent à l'intérieur de lui, ce que son corps tente de dire ?

    Bref, le médecin m'a indiqué que je n'ai quasi plus de défenses et suis soumise complètement aux risques d'infections. En gros, ne toucher personne de malade, faire gaffe à tout... ça me pèse. albator7k.gif

    C'est quand même un peu l'angoisse et le doute. Je ne sais plus quoi faire, j'ai presque envie de craquer et de me simplifier la vie en optant pour la solution médoc. Mais est-ce bien raisonnable ? Après tout ce que j'ai lu dans les divers témoignages de ce forum, je n'en suis pas sûre !

    A bientôt.

    --Resize_Images_Alt_Text--


  11. Un petit bonjour à tous.

    Comme vous le savez, je débute dans la fréquentation des forums et j'ai un peu de mal à maîtriser les outils qui le composent. icon_confus.gif

    Je ne sais pas si c'est le bon topic pour aborder la question qui me turlupine, mais bon! Une bonne âme (aguerrie? :???) pourrait la rediriger vers le bon endroit si nécessaire ?

    Je voulais savoir si certains d'entre vous ont une expérience en ce qui concerne les associations de "lutte contre" le sida, telles Aides, Arc en Ciel, ... ? Je me demande si ce type d'associations est fait pour "lutter contre" ou accompagner les "malades" pour vivre "avec" l'état dans lequel ils se trouvent et ce qu'il implique ? reflechi.gif

    Any opinion ?


  12. Je voulais ajouter un petit commentaire au message de sicnarfa.

    De par mon expérience en la matière, je pense également pouvoir affirmer sans aucune hésitation qu'il n'existe pas de remèdes miracles, mais de bons supports pour renforcer l'immunité.

    C'est un chemin long et difficile pour parvenir à un début de guérison et se persuader que l'on va guérir envers et contre tout ce que peuvent nous dire les gens autour de nous. Il dépend avant tout de nous-même. Il peut être constitué, avec une géométrie variable selon les individus, selon leur histoire :

    - d'une bonne hygiène de vie, qui va avec le respect de son rythme biologique, avec l'écoute de son corps dans ses moindres réactions ;

    - d'une alimentation réellement adaptée aux besoins de notre corps, dans l'état précis où il se trouve au moment où on le nourrit ; il en va de même pour les "supports" (produits de détox du foie, vitamines et mineraux divers, ...),

    - d'une exploration de soi-même (réactions par rapport à l'extérieur, mode de vie, chocs que l'on a vécus, etc.) et d'une acceptation de ce que l'on est et de ce qui nous a amené à ce que l'on est,

    - d'une activité physique régulière et qui ne "violente" pas le corps (tai ji, diverses techniques de relaxation, natation),

    - d'une bonne dose d'humour, de recul et de dérision ! Ne plus avoir peur. et surtout l'envie de vivre et de guérir ! icon_biggrin.gif4-bravo.gif

    Bref, utiliser les choses qui conviennent (guidé par de bons thérapeutes, c'est encore mieux !), en se fondant sur les principes issus de la neuro-psycho-immuno, ou du moins prenant en compte l'ensemble de notre être (eh oui, nous avons un corps, un cerveau, des émotions et il faut compter avec tout cela !). C'est une expérience, évolutive ...

    Une guerriere icon_rolleyes.gif qui a quand même mis au moins 3 ans pour comprendre des choses très rudimentaires et freiner son autodestruction...

    A bientôt,


  13. Bonsoir,

    Quelques petites indications pour 2 problèmes que je connais bien :

    Pour ce qui concerne la detoxification, je connais un produit super : detoxification factor (labo bionutrics) ou vita selenium.

    Pour ce qui est de l'immunité, il a des produits pas mal pour reconstituter la flore intestatinale ou la renforcer, éliminer les mauvaise bactéries intestinales : probiotiques. En 4 ou 5 mois, les effets se font sentir et le confort à ce niveau est nettement meilleur. Quand on sait que le ventre est le centre de l'immunité ...


  14. Bonjour à tous,

    J'ai été touchée par les témoignages laissés sur le site sidasanté et ce que j'ai pu lire sur le forum ; ça fait toujours plaisir de voir que l'on est pas seuls! Après un certain temps "d'isolement" et beaucoup d'hésitations, j'ai envie de mettre mon grain de sel en apportant, à mon tour, un petit témoignage.

    J'ai 32 ans, je vis à Paris et suis séro+ depuis maintenant 5 ans. Tout a été déclenché par une crise d'herpès génital carabinée, deux tests HIV négatifs à ce moment là. Je ne parle pas des symptômes épouvantables : diarrhées permanentes, crises d'angoisse, coups de pompes inexpliqués... Puis, un an plus tard, re-test mais positif cette fois. La vie s'écroule, le monde s'écroule, l'entourage te voit déjà en train de crever... Pendant deux jours, je me suis vue mourir et exclue de la vie sociale.

    Puis, j'ai retourné complètement le truc, en me disant que la vie n'est pas si moche et que ça valait le coup. En fait, pour moi le fait d'être séro+ a été un moteur pour changer de vie, de rythme, pour commencer à apprécier l'existence.

    J'ai eu une chance (?) phénoménale car je n'ai pas encore eu à prendre de traitement (et d'ailleurs je ne veux pas en prendre !) et me "soigne" avec des techniques alternatives. Je suis suivie par un médecin à l'hopital qui ne comprend absolument pas ma démarche, mais j'accepte de jouer le jeu en ce qui concerne le contrôle du taux de CD4 et la charge virale. J'ai parfois vraiment l'impression qu'il y a un fossé entre la médecine et le patient, être humain avec une histoire, un vécu et pas seulement un problème qu'il faut traiter et résoudre !

    Depuis quelques mois, la charge virale baisse régulièrement et les CD4 diminuent moins vite qu'auparavant. J'ai une pêche d'enfer, je pratique régulièrement des arts martiaux, je travaille, j'ai une vie sentimentale équilibrée. Le plus dur est de ne pas sombrer dans le négatif et le stress. On se sent souvent différent, incompris surtout quand on entre en "dissidence", ayant recours à des outils non reconnus par la médecine officielle. Je ne dis pas qu'il ne faut pas faire quoi que ce soit pour aller mieux, mais si on peut se soigner sans détruire davantage son corps, autant le faire ! J'ai connu des sidéens de la "1ère époque" qui sont morts dans la souffrance et détruits par les traitements.

    Je me nourris à peu près sainement et prends quelques compléments alimentaires.

    Et surtout, je fais essentiellement des choses qui me plaisent, j'essaie de ne jamais me sentir obligée de rien, la priorité restant la préservation de ma santé. C'est le meilleur des médicaments !!!

    Voilà, j'espère ne pas vous avoir trop enquiquinés et avoir un petit feed-back.

    _biglol.gif

×
×
  • Créer...