Aller au contenu
forum sidasante

Jeff-Lyon

Membres
  • Compteur de contenus

    50
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par Jeff-Lyon

  1. Hello à tous.....

    Quelques données intéressantes.... A vous d'en tirer les conclusions....

    Pour mémoire, début septembre, suite à un affaiblissement général, je me décide le coeur lourd à reprendre pendant quelques mois une multithérapie....

    Corollairement, en référence à ce post de Wally sur le Gluthation que j'ai trouvé passionnant, je débute un traitement complémentaire de NAC + VIT C + R ALPHA LIPOIC ACIDE...

    Les prélèvements du 30 Aouts ont révélé 18 CD4 qui se couraient derrière, et une CV (Charge Aminé Oxydante, histoire d'inventer une nouvelle appelation plus conforme aux dissidents) autour d'un millon.

    Le 21 Septembre, soit trois semaine après le début de traitement "Orthodoxe" + Antioxydant, de nouveaux prélévements ont été réalisé à l'hosto, pour contrôle....

    J'ai eu les résultats ce matin... Les CD4 ont dépassé 200 en trois semaines, la CV est à la frontière de l'indetectabilité... Là, même mon toubib "orthodoxe" était bluffé... Je n'ai jamais eu une remonté de mes paramètres bilogiques aussi spectaculaire... Habituellement, sous multhithérapie, j'arrivais a gagner une centaine de CD4 péniblement en deux mois. Mais 200 en trois semaines... Là, même le médecin était circonspect...

    Pas mal ces cocktails d'anti oxydant quand même !!

    To be continued !!

    Jeff

  2. Hello Wally

    Si cela peut t'aider, Jeff, chez moi, en matière de glutathion, on a mesuré mon taux de glutathion peroxydase et de glutathion réduit.

    Concernant le Glutathion réduit ?? Tu te souviens ou as tu noté quelque part la fourchette que les labos donnent sur la norme ???

    Merci !

  3. En effet Wally, on nage un peu dans le flou. Je crois qu'en l'état, on n'a malheureusement guère d'autres solutions que d'être son propre cobaye.

    J'essaye donc d'élaborer une stratégie de fond. Il est vrai que j'ai débuté depuis quelques semaines une cure de NAC + Vit C + Acide R Alpha Lipoïc. Il aurait été intéressant que j'ai un dosage de GSH avant de commencer. Ce qui implique que je ne sais pas si le résultat obtenu ce jour (pas si mauvais) n'est pas aussi le fruit d'une bonne perception du corps de ces compléments. Il est aussi évident que la multithérapie peut d'une manière ou d'une autre affecter et fausser les résultats.

    D'autre part, j'ai aussi observé que de nombreux résultats d'examens varient parfois d'un jour à l'autre. Un résultat isolé est difficile à interpréter, c'est seulement après quelques répétitions que l'on peut juger d'une tendance.

    Corollairement, après moulte recherche, j'ai enfin dégotté un laboratoire sur Paris susceptible d'effectuer un typage lymphocitaire plus détaillé que ce que nous propose l'orthodoxie. De sorte que je serais bientôt en mesure d'avor un dosage des sous population lymphocitaire des CD4, à savoir TH1 et TH2. Je pense que ces résultats seront assez intéressants. Je vais debloqué un budget afin de faire un dosage Glutathion + LTH1 + LTH2 au moins une fois par mois. Ainsi, après une série de deux ou trois examens, je devrais être en mesure d'avoir une vision plus objective. A toute fin utile et pour ta propre édification, je te ferais connaitre les résultat au fur et à mesure.

    Reste le problème de la multithérapie, de toute façon, il n'a jamais été dans mon intention de la poursuivre plus de quelques mois. Je m'étais déjà fixé mentalement une date d'arrêt pour noël. Si certains effets secondaires semblent se tasser avec le temps. D'autres par contre apparaissent progressivement et relève de l'invivable. Un désechement cutané absolument épouvantable, la peau se fissure de part et d'autre, c'est absolument insuportable. Je pense que cela est corellé directement avec une modification importante des secrétions lipidiques. En à peine deux mois de thérapie, je commence déjà à en ressentir les effets. Cela pour dire que je ne vais pas tarder à stoper le traitement, d'autant plus encouragé par ces pas trop mauvais résultats.

    Dès l'arrêt de la thérapie, je maintiendrai un dosage mensuel, et nous verrons sur quelques mois l'évolution qui en découlera.

    A suivre !!

    Bien à toi

  4. Hello à Tous !!

    I need some helps... Je viens tous juste de recevoir les résultats de mon primo contrôle Glutathion. En fait, il y a deux examens, un dosage de GSH Péroxydase érythrocytaire, et un dosage GSH Péroxydase plasmatique. Je ne suis pas sur de comprendre la différence entre l'un et l'autre....

    Le second, celui qui semble nous intéresser, le plasmatique est en effet un peu bas. La valeur de référence se situe de 300 à 450, mon résultat est à 296, soit 4 unité en dessous du plafond bas. Bon, cela dit, ça a pas l'air catastrtophique non plus. Est ce que le Perth group a définit des valeurs de référence dites "danger- SIDA imminent" ???

    Le premier, le dosage "érythrocytaire", (Celui que je ne suis pas sur de comprendre) est quant à lui dans la fourchette de la norme de référence 27,8-60,5. A contrario du premier, lui, il frolerait plus le plafond haut, avec 53,2....

    Si quelques personnes "expérimentées" pouvaient me donner quelques informations sur la différence entre l'un et l'autre ? Ca serait sympa !

    Merci d'avance !

  5. Hello Delwere,

    Bon, visiblement, le message a du mal a passer, je reprend :

    1- Tu parles des symtômes de primo-infection comme étant spécifiques - cela se contredit avec tous ce que j'ai vu dan sla littérature jusqu'à maintenant

    Je ne suis pas d'accord du tout, la primo infection est tout ce qu'il y a de plus spécifique. D'ailleurs, les orthodoxes qui ont longtemps affirmé qu'elle n'était pas spécifique sont en train de faire un revirement comme seul eux en ont le secret. Et désormais, la littérature scientifique décrit bel et bien un ensemble de symptomes au contraire très spécifique. Simplement, l'information à mis plus de dix ans a descendre auprès des généralistes. Les signes spécifiques sont les suivants :

    Tableau d’allure grippale avec fièvre (38 à 39,5°C), sueurs, asthénie, malaise général, arthralgies et myalgies, céphalées, douleurs pharyngées, parfois signes digestifs.

    Une polyadénopathie est possible.

    Des signes neurologiques sont fréquents (près de 50 p. 100 des cas), avec syndrome méningé, troubles du comportement, plus rarement encéphalite, crises convulsives ou polyradiculonévrite.

    Eruption cutanée Présente dans 60 à 70 p. 100 des cas symptomatiques.

    Erythème généralisé qui apparaît entre le 1er et le 5e jour des signes généraux.

    Il touche le plus souvent le tronc, la racine des membres et le cou, parfois le visage. Il est habituellement morbilliforme fait de maculo-papules de quelques millimètres à 1 cm de

    diamètre, arrondies ou ovalaires, bien limitées, non confluentes, non squameuses. Il peut toucher les paumes et les plantes.

    Le prurit est rare et modéré. La durée de l’éruption est de 5 à 10 jours.

    Des formes plus rares sont possibles à type d’urticaire, d’éruption vésiculo-pustuleuse, ou d’éruption strictement palmo-plantaire.

    Manifestations muqueuses

    Enanthème de la muqueuse buccale. Erosions muqueuses de 5 à 10 mm de diamètre. L’atteinte bucco-pharyngée s’accompagne de douleur à la déglutition. Des ulcérations oesophagiennes sont possibles.

    Des érosions ou ulcérations génitales ou anales sont également fréquentes.

    Voilà, mais le problème, c'est que pendant les années 90, aucuns toubibs faces à ce genre de symptomes n'avait la moindre idée de ce que ça pouvait être... Les gens qui les consultait repartait avec de l'efferalgan, une prescription d'antibiotique au cas ou, des pastilles a sucer pour la gorge et pour les médecins les plus mauvais, une prescription d'anti hystaminique... N'empeche que le cumul de tous ces symptomes ne cadre en aucun cas avec un angine, une grippe ou un rhume.... Donc contrairement à ce que tu affirmes, pour une personne avertit, la primo infection est tres caracteristique .

    2- Tu parles de la séroconversion tout court et tu address à une dissidence. Je crois que ce topic regroupe des personnes dissidentes de l'hypothèse HIV-->SIDA, donc séroconversion pour eux c'est une réaction positives des standard de HIV.

    Nan nan nan !! La terminologie de la séroconversion n'a aucun rapport avec le VIH. As tu fais une maladie infantile étant enfant ??? Genre une varicelle ??? Alors si tel est le cas, tu es séropositif au virus VZV... Je ne prétend pas qu'il s'agisse du virus HIV. Ce qui est certain, c'est que sauf rarissime cas, les gens déclaré Séronégatif au "SO" ou disons le franchement au VIH, ne développe pas le trouble d'immunosupression appelé SIDA. Tandis qu'une grande quantité de personne déclaré Séro+ HIV, eux, voient au bout d'une dizaine d'année leur système immunitaire entrer en dysfonction.

    Alors si certes, les tests de diagnostiques ne sont spécifique de rien, et encore moins d'un virus HIV, il n'en demeure pas moins, 'un résultat positif n'est pas un bon signe de santé à moyen long terme. On s'en fout qu'ils soient spécifique ou non à un virus qui existe ou pas. Il n'en demeure pas moins que cela prépodispose les positifs à une tonne de problème de santé. Il y en a quelques un qui passe a travers, mais ils sont pas légions non plus.

    3- En plus je vois que tu mélanges SIDA et HIV en parlant de la transmssion. Je ne capte plus!

    Nan nan nan, ne croyant pas au virus HIV, je ne parle pas de transmission de virus. Je ne connais pas l'origine du disfonctionnement conduisant au SIDA. Ce que j'ai observé par contre, c'est que ce disfonctionnement est transmissible par voie de sang ou par voie sexuelle. Point barre.

    Tu insistes sur le fait que tu ne prends pas de drogues, que tu as une vie seine, etc. mais pouratnt tu as eu une primo-infection avec un test VIH+. Et alors, wallypat a dréssé 80 raisons pour lesquelles on pourrait faire une primo-infection et tester + au VIH.

    Je ne prenais pas de drogue avant ma séroconversion, ça c'est certain, depuis je me suis rattrapé, cela dit, j'aurais mieux fais de m'abstenir... Je ne suis pas né positif au test HIV, spécifique ou non. Et sur les 80 raisons draissé ds le listing, je n'en vois aucune qui pourrait s'appliquer à mon cas de manière crédible ds le laps de temps qui sépare Avril à Juin 90. En dehors de la prise subite de risque via des rapports non protégé.

    D'ailleur c'est ce que l'orthodoxie essaye de faire depuis 25 ans, sauf qu'ils se sont plantés: le machin n'etait pas isolé

    Faux !! Voila déjà fort longtemps que l'orthodoxie a trouvé son arlésienne !! Et cela fait bien longtemps que la recherche fondamentale a contourné tous les problèmes de fond et d'isolement de leur virus, cela en cultivant allègrement des artefacts via des cellules cancereuse qui exprime des tas d'ARN étrange, et tous le monde s'est bien entendu qu'ils étaient bien conforme au soit disant VIH.... Ils se cassent vachement moins la tete que tu te l'imagines. Le problème de l'isolement a été tous simplement zappé ! Ya pas un rond dépensé pour ça !!

    Maintenant, mon approche est factuel, et je suis navré si je jette un pavé dans la marre chez les dissidents. Ce que les dissidents rejettent, c'est le rapport de causalité VIH=SIDA.

    Et je suis d'accord, car sur le plan scientifique, ce rapport de causalité ne tient pas debout.

    Du coup, étant curieux, et en plus, c'est quand même de ma vie qu'il s'agit, je me pose des question, et je pose l'équation ?=SIDA

    De là, je réunis l'ensemble des faits, et je cherche à me faire une opinion crédible sur le plan scientifique. Aujourd'hui, Cheminot m'a apporté enfin une piste crédible, et qui a l'air enfin de tenir la route sur le plan scientifique et qui me semble plus satisfaisante que le listing des 80 raisons qui peuvent induire un résultat VIH+. Moi, je veux bien que quelqu'un qui présente un herpes puisse développé des anticorps susceptible de faire virer un test Elisa au rouge, mais ce sont des cas endémiques, ils ne sont pas légions, si on décrypte le listing en question, plus de la moitié de la population mondial aurait été testé HIV +... Ce serait la plus grande catastrophe sanitaire de tous les temps... Ce qui est loin d'être le cas...

    Je pense pour ma part en effet que nous sommes confronté à un agent infectieux d'un type complètement nouveau, qui n'est ni une bactérie, ni un virus. La théorie de cheminot a le mérite d'unifier toutes les théories, une protéine alloimunes capable de s'auto induire, générant des réactions immunitaires (d'ou la primo infection), transmissible par auto induction, toxique pour les anti oxydants, d'ou découle le stress oxydatif. Qui conduit à terme au dysfonctionnement immunitaire qui laisse la porte ouverte à un ensemble de maladies opportunistes qui peuvent aboutir à la mort.

    Je ne vois rien qui cloche

    Bien à vous

  6. Bonsoir à tous ! Je répond en bloc à vos post !

    Le problème, c'est qu'on entretient un dialogue de sourd :

    Donc, excusez-moi tous, mais CESSEZ de dire ou de laisser entendre que les symptômes de la primo-infection seraient ceux d'une contamination par le "VIH".

    Ou avez vous vu que je prétendais que la primo infection résultait d'une infection par le VIH ??? Je ne fais que décrire le fait que la séroconversion dites HIV est très souvent précédé par une primo infection. Je n'ai pas parlé de séroconversion HIV, mais séroconversion tout court.... On peut séroconvertir HBV... J'entend par séroconversion le changement de la formulation sanguine. Je sais que chez les francophones, il y a un abus de langage, lorsqu'on dit séropositif, on l'assimile automatiquement à HIV, mais c'est un pure abus de langage, on peut etre séropositif à tout un tas de truk, de virus divers et varié, et même à ceux qui ont vraiment été isolé ! lol

    Si cela peut faire plaisir a Wally, puisque le mot HIV semble le mettre ds tous ses états, on peut trouver un code ecrit qui mette tous le monde en phase, ne disons plus séroconversion HIV, mais séroconversion au stress oxydatif, ou séroconversion SO. Comme ça on évacue l'arlésienne. Et on s'embrouille plus sur un quiproko de langages.

    Je vais d'abord répondre à la question de Liane, je suis d'accord avec l'ensemble des propositions que tu cites, sauf la Numéro 2.... Pourquoi j'ai envoyé mon amis faire un test "SO" (VIH Oups pardon Wally) ??? Parce que la primo infection est très caractéristique contrairement à ce qui est prétendu tout au long de ces post. Parce que je l'ai instantanément reconnu. Et cela n'a rien a voir avec une intuition esotérique. Parce que c'est une combinaison très spécifique de symptomes. Je reconnais, qu'étant issus d'une famille appartenant au monde médicale, je dispose d'un entrainement naturel depuis ma plus tendre enfance à poser des diagnostiques. Ma mère en avait fait un espèce de jeu avec moi quand j'étais mome, et je trouvais ça rigolo... Ben oui, j'étais un peu concon qd j'étais gamin...

    Et que tout oeil aguérit et expérimenté est en mesure sans avoir recour au moindre test de savoir qu'il s'agit d'une séroconversion SO .

    COMMENT FAITES-VOUS, VOUS LES DISSIDENTS ATTACHES ENCORE AU "VIH", POUR DISTINGUER LES SYMPTOMES D'UNE "PRIMO-INFECTION VIH" AVEC LES SYMPTOMES IDENTIQUES D'UNE AUTRE PRIMO-INFECTION ?

    Ben désolé Wally, au risque ce coup ci de te paraitre prétentieux, non, cela ne ressemble pas à un rhume, ça ne ressemble pas à une grippe, ça ne ressemble pas à une angine, aucun rapport avec les symptomes d'une infection rhino pharyngés. Toutes ces descriptions sont simplètes et bien loin de la réalitée. J'ai vu des gens avec des grippes épouvantables cloués au lit des jours durant grelottant de fièvre. J'ai vu des gens avec des angines carabinées à plus pouvoir déglutir. Et il ne m'est jamais venu à l'idée qu'ils étaient en séroconversion SO. Car une séroconversion SO, ben cela ne ressemble en rien à tout cela.

    La prilmo infection, pour l'avoir vécu, pour l'avoir vu, est un mix totalement anachronique de tous l'ensemble des symptomes de toutes ces infections, mais toutes en même temps... Et ça, c'est exceptionnel . Plus qu'exceptionnel, c'est complètement anormal .

    Alors, certes, pour répondre a Delwere, c'est mon expérience, aussi celle de quelques amis, mais c'est aussi le témoignage d'une multitude de séropositif.

    Je ne vois pas en quoi je devrais accorder plus de fiabilité aux déclarations du "psy d'une association privée pour les personnes malades du SIDA" qu'à ce qui figure dans le passage reproduit. En fait, le pourcentage de la (supposée) primo-infection est tout simplement inconnu !

    Mon expérience, elle a été faite sur le terrain, avec une mise en contact direct ou indirect avec une multitude de gens séropositifs... C'est vrai que je ne suis pas laborantin ou bilogiste mettant en oeuvre des test Elisa et Western Blot... D'ailleurs, les laborantins, que peuvent ils en savoir de la primo infection, ils sont d'ailleurs très bavard dès lors qu'il trouve un mauvais résultat... Dans ce genre de circonstance, en france, la plupart ne te donne même pas le résultat... T'informant en begayant que certains de tes résultat nécessitent la prise de contact immédiate avec ton médecin... Généralement en regardant leur pompe, le plafond, les murs, mais jamais droit dans les yeux et fonce vite dans leur bureau... J'ai parfaitement lu l'article auquel Wally se réfère, et en ce qui me concerne, j'accorde beaucoup plus de crédit aux dires désintéressés d'un psy qui a eu les couilles de tenir la mains de gens en phase terminal, abandonner de leur famille au fond d'un lit d'hopital... D'autant que le dit psy était un parfait partisan des médecines douces... Et que son association, privé justement, ne serait ce que pour garder son indépendance, ne recevait aucune subvention, n'était financé que par d'authentiques don privé.

    Quant à ma propre séroconversion SO, je ne crois pas une seconde qu'elle soit lié à la vaccination pour la fièvre jaune, je me suis fais vacciner ds la même pièce au même moment avec mes parents. Qui eux sont parfaitement séronégatif.

    Des tas de "choses" peuvent provoquer une lente détérioration de nos antioxydants, à commencer par le style de vie. En d'autres termes, cette lente détérioration n'est pas nécessairement due à un agent infectieux.

    Là, je suis bien d'accord avec Wally, j'attire simplement votre attention sur le fait que moulte de mes amis séronégatif ont des vies de patachon, et ne développe pas de SIDA, ni au bout de dix ans, ni au bout de trente....

    Tandis qu'à mode de vie équivalent, voir même à mode de vie très rangé, nathuro, saine vie, un séropositif SO peut se retrouver aux urgences au bout d'une dizaine d'année. Et que la seule incrimination des traitements antiretrovirs ne suffit pas a l'expliquer, parce que certains refusent d'en prendre, et qu'à la fin des années 80, avant la réintroduction de l'AZT, il y avait des gens malades qui mourraient... Dès lors, l'état de séropositivité n'est pas à prendre à la légère.

    Alors ok, moi, j'admet sans problème qu'il existe 80 voir 100 raisons qui peuvent provoquer la séroconversion SO. et que bientot, la liste s'alongera et qu'on en fera un parchemin genre bulle papalle...

    N'empeche que j'ai observé avec objectivité que maintes séroconvertions SO sont précédées d'un épisode de primo infection. Et qu'au dela du listing de la bulle papalle, il y a bien un évènement clé qui va déterminer un avant, et un après. Pour ma part, puisqu'il le faut, on va mettre carte sur table... Il se trouve que trois mois avant la date présumé de la séroconversion SO, j'ai eu un dépistage HIV, dans le cadre de mes études professionnels, étant Pilote d'avion de formation. Comme tout Pilote, on a une visite annuel au CEMPN (Centre d'Expertise Médical du Personnel Naviguant), et là je vous garantit, c'est du mega decryptage !! J'étais négatif, bien entendu. J'étais jeune, et avait plutot eu saine vie. Je me serais même pas aviser de fumer un joint, car il y avait une légende qui disait qu'au CEMPN justement, ils avait des moyens de repérer ds le sang le fameux TSH du Cannabis jusqu'à 4 mois après consommation... Motif d'exclusion à vie ! D'autre part, étant issu du monde médicale, très curieusement, les antibiotiques étaient quasi interdit à la maison !! Parce que les médecins, si ils en prescrivent des wagons à qui en demande, pour leur propre enfants, ben tintin !! Ils sont pas si dingues que ça en fait, surtout quand ça touche leur rejeton !

    Pendant qu'on focalise sur le " vih ", les causes réelles de cette réaction violente ne sont pas recherchées, ni traitées correctement ou supprimées (si c'est possible).

    C'est justement là que je veux en venir. La cause réelle de cette réaction violente, on ne la connait pas. Ce qui implique de la part de la dissidence un devoir de réserve.

    Car si à l'origine, j'ai lancé ce débat qui peut sembler avoir ni queu ni tete, ce n'était pas si anodin que ça. Et c'est a dessein que je suis partit sur une reflexion générale tournant autour de la primo infection. Car en effet, j'ai lu maintes et maintes fois, aussi bien ds ce forum, que sur le site de Mark, que le SIDA n'était pas une maladie sexuellement transmissible.... Cette affirmation me dérange profondemment, car si en effet, il y a sans doute une multitude de raison qui peuvent provoquer la séroconversion SO, sans passer ni par des seringues souillées, ni par des rapports passifs non protégés, n'empeche que force est d'observer que cette affirmation va aussi complètement à l'encontre de ma propre expérience, mais aussi de l'expérience avéré de nombreux sero SO.

    Et entendons nous bien, je ne parle pas ici de VIH. Je parle de cette prédisposition au Stress Oxydatif, qui elle a bel et bien l'air de pouvoir se transmettre via des rapports non protégé, et particulièrement anaux.

    Que ce soit via l'exposition à un retrovirus inconnu non isolé, ou comme le pense Cheminot et j'adhère à sa théorie à des protéines alloimunes, il y a bel et bien un agent, qui de toute évidence peut se transmettre sexuellement ou via les contacts de sang. Et que dans la mesure ou nous ne sommes pas plus capable de prouver que ce n'est pas le cas, pas plus que les orthodoxes peuvent prouver que le VIH existe. Il faut rester vigilant dans nos affirmations. Car la charge de la preuve n'est pas moins valable pur nous même que pour eux. Ce forum peut être librement visité par des gens anonymes, qui pourraient penser, halleluiah ! le VIH n'existe pas ! Allons y gaiement ! La capote, c'est pas top, n'empeche que jusqu'à preuve du contraire, je pense qu'affirmer que le SIDA ne se transmet pas sexuellement, c'est assez dangereux.

    Bien à vous !

    Jeff

  7. (Thérésa @ Vendredi 29 Septembre 2006 à 15h57)

    Si certainement, la question est: depuis 1991 quelqu'un a-t-il obtenu le financement nécessaire à ces recherches?

    Devise des labos pharmaceutiques: "cancer, sida, vaccins...et Alzheimer, pour demain"

    C'est vrai que si ça rapporte pas grand chose aux labos, on est pas sortit de l'auberge.... lol

  8. Hello Delwere

    J'evoquais le rash cutané et la forte fièvre un peu en raccourcis, mais je te confirme que j'y ajoute également le mal de gorge, les courbatures etc... Ce qui est significatif d'ailleurs, car selon le médecin inexpérimenté que tu pouvais rencontrer à l'époque, il diagnostiquait tantot une grippe tantot une angine virale... Alors que ce qui est curieux, c'est que la primo infection est sur le plan symptomatique un mélange des deux.... Les courbatures si caractéristiques de la grippe, et le mal de gorge si caractéristique à l'angine. La fièvre accompagne l'un comme l'autre, d'ou découle un état asthénique....

    De toute façon, comme tous le monde, j'ai fais des grippes, j'ai fais des angines, la seule fois que je m'en souvienne, c'était la primo infection tellement c'était à la fois semblable et différent, et violent, je crois que c'est quelque chose qu'on ne peut pas oublier.... Je me souviens que je prenais des bains pour essayer de faire baisser ma fièvre, je me trainais quasi à quatre patte ds mon appart, j'avais l'impression que je chauffais l'eau du bain !! Jamais connu ça avant....

    la réalité, c'est que de ce jour là, et ça fait 15 ans, j'ai sentis une modification importante dans mon corps, il y avait un avant, il y avait un après... Je ne me suis jamais senti sur le plan de sensation très subtil comme avant, comme une impression subtil d'acidité de mon corps.... Je savais que quelque chose avait changé.... Et je me doutais bien quoi.... J'ai mis six mois pour trouver le courage d'aller faire le test....

    Bien à toi

    Jeff

  9. Bon sang !

    Mais c'est incroyable ce que tu me dis là ! Ca cadrerait ainsi à perfection avec toutes les observations, le chainon manquant, ou l'unification des théories... D'autant que le fameux pic d'anticorps que j'évoquais plus haut de mes amis était bien un dosage approfondi des glycoprotéines 24 et 120 qui présentaient un pic anormal que l'on ne trouve que au début de la prétendu "contamination"...

    Il n'y a personne depuis 1991 qui a eu l'idée d'aller plus loin dans ces recherches ???

    Bien à toi !

  10. Salut Delwere,

    J'ai effectivement lu l'affirmation de Wallypat concernant les fameux 5% de personne qui ont vécu un épisode de primo infection. Pour ma part, je trouve ce chiffre complètement hallucinant, car cela implique que les 5% sont exclusivement des gens que je connaisse, ce qui serait assez stupéfiant. L'un de mes amis a longtemps dirigé en ses qualité de psy une association privé pour les personnes malades du SIDA. J'en ai souvent discuté avec lui, bien entendu sous le couvert de l'anonymat. Et selon ses propres statistiques, on approche bien plus de 90 % les gens séroconvertis qui ont connu un épisode de primo infection violent. Il a brassé à un moment plus de 800 patient, il travaillait limite 24 h sur 24.

    Je ne remet aucunement en cause la parole et la bonne fois de Wallypat, mais je serais intéressé de connaitre ses sources et d'en apprécier la fiabilité.

    Maintenant, il est clair aussi que ce sujet me dérange doublement, car il y a quelques années,et je n'en suis pas fière, suite à une soirée un peu arrosé, j'ai moi même eu une relation non protégé avec mon ami de l'époque... Quoi qu'on en dise, un type qui venait de la campagne, on peut pas imaginer plus saine vie, le poppers, je crois qu'il savait même pas ce que c'était. N'empeche que patatra, 3 semaines après, fièvre violente, rash cutané, bref la total, immédiatement dépisté, il était en pleine séroconversion, avec pic d'anticorp comme pour mon ami il y a quelques mois... Bref, faut que je vive avec ça aujourd'hui... Et c'est parfois même souvent très douloureux... Mais en attendant, je trouve que ça fait un peu beaucoup à l'echelle de mon insignifiante personne pour ne pas me poser quelques questions.

    Si certes, il n'est en effet pas prouvé que le VIH existe, cela n'implique pas de facto qu'il n'existe pas un agent infectieux susceptibles de causer la séroconversion et la lente détérioration de nos anti oxydants. Je ne vois pas en quoi les théories seraient incompatibles. Car sur le plan biologique, nous possédons dans notre moelle épinière un ensemble de cellule souche de type HSC (Hematopetic steam cell) qui dérive elle même de cellule totipotante. Ce sont les cellules précurseurs ou souches de nos lymphocytes. Elle pourront dans leur division se différencier au besoin aussi bien en lymphocyte, macrophage, dendritique, globule rouge etc....

    Rien ne contredit la théorie qu'un agent infectieux de type rétroviral transcripte un code erroné directement ds l'ADN de nos cellules souches. Dès lors, les multiplications avenirs dérivés de ces cellules souches seront toutes affectées par ce mauvais code. Peut être que ce code exprime un ARN tordu et se dérivera vers une protéine toxique pour le glutathion.

    Quant à l'agent pathogène d'origine, VIH ou Bidule machin, il est de toute façon maitrisé et réduit quasi à néant par notre immunité naturelle. Pas étonnant qu'on ne le retrouve pas après ! C'est comme pour les gens qui ont été affecté par l'hépatite B, le virus est souvent introuvable ds le corps, ce que l'on détecte, c'est les antigènes, c'est à dire la mémoire que garde le corps d'avoir été en relation avec cet hote non désiré...

    Après tout, c'est bien ce que la recherche essaye désespéremment de faire avec la thérapie génique, user d'un rétrovirus pour transcrire un codage correct d'ADN aux cellules de personne vivant avec un malformation génétique. La mucovicidose en est un parfait exemple. Des expériences in Vivo ont déjà montré un certain succès.

    Moi, je n'ai pas de conviction pure en la matière, faudrait être sacrément prétentieux. Quoi qu'il en soit, la seule chose pour laquelle j'ai des certitudes, c'est qu'il existe pour l'instant une cause non identifié (CNI et pas OVNI), qui va affecter notre capacité à des détoxinés la machine cellulaire. Et que dans le temps, cette accumulation de toxine oxydative va affecter l'ensemble du corps et conduire à un syndrome d'immunospuppression.

    Quant à cette CNI, de multiple théorie sont avancée dans tous les coins, je n'en rejette aucune. La dissidence avance sur la métamorphose des comprtements sociaux depuis les années 70, surconsommation d'antibiotique, prolifération des oxydes nitriques, malbouffe pétrit de conservateur douteux... Et je leur donne raison, il y a certainement une piste importante là dedans, mais peut être que toutes ces raisons se combine aussi avec un virus endémique, peut être présent depuis la préhistoire, qui a lui tout seul est parfaitement innofensif, mais dont certaine partit du génome est jsutement activé par ces agents extérieurs. Notre corps est pétrit de rétrovirus complètement innofensif, et cela depuis les temps les plus ancien de l'évolution. Innofensif, oui, mais si on change quelques éléments chimiques dans l'environnement, on peut conduire un virus totalement innofensif a devenir virulent.

    Et l'hypothèse que le SIDA soit justement l'expression de cette théorie ne me semble pas aussi implausible dès lors qu'on s'efforce de garder l'esprit ouvert et impartial.

    J'essaye tant bien que mal de stimuler un débat objectif. Comme le disait Rivarolle, " tout ce qui est excessif est insignifiant". J'ai une formation scientifique à l'origine, et je suis philosophe par nature. Ce curieux paradoxe m'a essentiellement conduit à l'humilité. Je ne fais pas partit des gens qui sont contre ce qui est pour, et pour ce qui est contre. Sur le point de vue de la théorie orthodoxe, il n'y a pas photo, leur approche est pétrit de faille. Mais c'est pour autant que j'adhère aveuglement à toutes les théories de la dissidence.

    Je crois que la dissidence se crédibilisera justement en affichant une attitude humble. C'est justement ce manque d'humilité chez les orthodoxes qui me met hors de moi, et qui pourrait me pousser compulsivement à rejeter leur théorie en bloc...

    Bien à vous tous

    Jeff

  11. (wallypat @ Vendredi 29 Septembre 2006 à 02h15)

    Qu'une personne fasse ce qui est appelé à tort "une primo-infection" au "VIH" après une relation dite "à risque" n'a strictement rien d'étonnant, en particulier lorsque la personne en question n'est pas habituée à ce genre de relation dite "à risque".

    Les primo-infections ne prouvent strictement rien du tout, et certainement pas que l'on a été contaminé par le "VIH". Elles prouvent uniquement et au mieux que la personne en question a été exposée à un germe quelconque, peut-être suffisamment puissant en fonction de la résistance de l'individu que pour rendre positif le test appelé par erreur "VIH" (à supposer en outre que cette séropositivité soit due à cela et n'était en fait pas déjà préexistante).

    Ca, je suis bien d'accord... Entendons nous bien, je ne fais pas l'apologie de la théorie VIH.

    La primo-infection n'est rien d'autre que de la foutaise pour faire accréditer l'idée de l'existence d'un "VIH".

    Néanmoins, la dite foutaise correspond aussi à l'expérience de la plupart des gens séropositifs en validant de facto l'existence d'un point de bascule via une réaction immunitaire violente, dont les symptomes se ressemblent étrangement. Qui généralement est lié à la prise de risque via des rapports sexuelles non protégé. C'est factuel.

    Le nier revient a aller à l'encontre de la plupart des expériences individuels des séropositifs. Enfin il y a quand même des million de gens qui ont des rapports sexuels non protégé, ne saurait ce que pour faire des enfants, et qui ne tombe pas malade comme des chiens, et ne deviennent pas séropositif.

    Devant ces faits, qui ne prouve rien sur le plan scientifique j'en conviens, vouloir à tous prix nier l'existence d'un agent pathogène et contagieux, qui induirait une séroconversion, ne rend pas service à la dissidence. Parce que je suis navré, si je commence à raconter à mon ami qui vient de basculer, qu'il est probablement séropo parce qu'il a mangé des Suchis la semaine d'avant, je crois guère que si dans la foulé, je lui parle des failles de la théories orthodoxes, qu'il m'accorde le moindre crédit.

  12. Hello Psyence,

    Merci pour ta réponse

    Ben c'est bien ça qui me tracasse.... Bon évidemment, on ne connait jamais les gens à 100%, il y a ce qu'ils veulent bien dire, et ce qu'ils taisent... Néanmoins, l'ami que j'ai évoqué avait été dépisté négatif six mois avant lors de test de routine. Visiblement, c'est quelqu'un qui a saine vie, un peu carriériste, pas de consomation de poppers qui selon ses propre terme le rend "malade comme un chien"... Donc, rien à ce niveau là.... Sinon, dans les mois qui ont précédé, un peu de surmenage incontestablement, mais bon, rien de plus qu'un surmenage de cadre supérieur au taquet.... Quant aux comportement à risque, je sais que ce n'était pas son habitude, là, selon ses dires, et je le crois, le comportement a risque était vraiment motivé par un réel coup de foudre, sur le plan affectif.... Le coup de foudre ayant entre temps mystérieusement disparu ds la nature....

    Quant aux autres séreopos que je connais, en effet, nous avons tous fait exactement la même expérience sur le plan de la séroconversion. Je m'en souviens comme si c'était hier, j'avais 20 ans, et oui déjà 15 ans (Pas pris une ride !! ouf !!!)

    Pour ma part, le doute vient surtout que 15 jours avant, j'avais fait un vaccin contre la fièvre jaune.... Je partais avec mes parents en voyage en afrique l'été suivant... Bien entendu, je me suis intérogé si cette vaccination n'avait pas généré ce statut séropo, mais je me suis fais vacciner en même temps que mes parents, qui eux ne sont jamais devenu séropo.... Par contre, faut être honnete, moi aussi à cette période là, j'étais complètement luv luv, et je ne me suis pas protégé sur le plan sexuel..... D'ailleurs, je me souviens aussi que l'élu de mon coeur avait aussi disparu, ce qui m'avait vallu un profond chagrin !!

    Au fond, c'est à se demander, ma naturopathe m'a un jour dit que le SIDA, c'était la maladie des gens SIDéré par l'Amour.... Jolie définition...

    Bon, n'empeche que c'est troublant.... Et je t'avoue que sur ce plan là, je souscrit à ton point de vue, les fait cadre bel et bien avec la théorie. Je te précise cependant que le pic d'anticorps n'est pas spécialement visible via un examen de charge viral, mais bel et bien via une forme plus abouti de "western blot" via une ultra concentration subit de glycoprotéine. Donc, là, on est pas dans le domaine de l'aiguille mutliplié dans la botte de foin...

    Je vais néanmoins accompagner mon ami durant les prochain mois, l'encourager aussi a faire tout de suite un bilan nutritionnel, ça pourrait être intéressant vu que la séroconversion est récente, l'encourager à quelques mois de saine vie +++, et lui refaire faire le test en anonyme d'ici quelques mois... Je vous tiendrais informé !

    Bien à toi

    Jeff

  13. Hello à tous !

    Je me permet de lancer ce petit post, pour mon édification personnel. Je suppose que la plupart des participant de ce forum sont séropositif "Elisa" "Western Blot", et j'aimerais vous poser à tous une question quant à votre séroconversion. Car il existe un instant "t" avant lequel nous étions séronégatifs, suivi d'un instant "t+1" dans lequel nous avons basculé.

    Vous souvenez vous de cet instant "t+1" ????? Le moment ou le crops bascule... Avez vous été malade ?? Ou est ce passé complètement inaperçu ??? Si tel est le cas, qu'est ce qui vous à conduit alors a faire le test "baton vaudou" ???

    Je me permet de vous poser cette question, parce que il y a quand même un truk qui me dérange un max.... Je ne connait pas plétore de séropositif dans ma vie personnelle, mais néanmoins quelques uns... Et une chose me frappe, bien que n'ayant aucune valeur scientifique au sens des dissidents, les orthodoxes décrivent parfaitement dans leur théorie cette séroconversion qui se manifeste par une grippe violente accompagné souvent par un rasch cutané...

    Pour ma part, il n'y a pas photo, c'est exactement ce qu'il m'est arrivé... De tous les gens séropo que je connaisse, l'histoire est la même également.

    Et le pire...... Il y a quelque mois en arrière.... C'est à peine si j'ose vous le dire... J'ai retrouvé un de mes amis au fond de son lit, avec un 39 de fièvre, grelottant tout ce qu'il pouvait, avec plein de tache rouge sur le corp.... Il avait vu un toubib qui lui a dit qu'il faisait une bonne grippe... Mais pour moi, c'était tellement flagrant, que je l'ai envoyé dare dare faire un dépistage, et je me suis pas planté.... Il était en pleine séroconversion. En discutant avec lui, il m'a avoué avoir pris des risques ds les semaines qui précédaient....

    Putain, c'est un comble, moi qui ne croit pas au VIH, j'ai diagnostiqué une séroconversion, et j'ai tapé juste ! Et tout non spécifique qu'ils soient, ben des examens approfondis ont parfaitement mis en évidence un pic foudroyant d'anticorps anti "chose", ce qui a permis au médecin qui a pris en charge mon ami de dater quasi à trois semaine près sa contamination originelle...

    Tout cela, moi je veux bien que ce soit un incroyable enchevetrement de coincidence... Voilà pourquoi je souhaiterais me référer à vos expériences individuels... Car en ce qui me concerne, chaque cas que j'ai malheureusement observé cadre parfaitement avec une théorie d'agent pthogène, VIH ou autres d'ailleurs. Toutes les personnes que je connaisse ont eu une réaction immunitaire assez violente qui ont marqué leur basculement ds la séropositivité. Qui dit réaction immunitaire, dit implicitement mise en contact avec un corp étranger pathogène...

    Bien sur, ce n'est qu'une expérience personnelle, et que j'ai observé en tout est pour tout sur 5 personnes maxi... N'empêche que je trouve ça troublant...

    Qu'en pensez vous ????

    Jeff

  14. Question simple....

    Un Virus, par définition, est une branche d'acide desoxy ou ribo nucléique, enfermé dans une enveloppe de protéine appelé capside.

    La capside (sa coquille) est supposé le protéger, lui permettre de se balader, et lui permettre selon différentes propriété chimique de fusionner avec les mebranes cellulaires pour y introduire son vilain message, qui va foncer au noyau de notre pauv petite cellule, et là, vicieusement, user de la transcriptase reverse pour s'integrer sournoisement dans notre vénéré ADN....

    Jusque là, rien de bien nouveau... Qu'entend t on par contamination direct apr ADN ??? Le VIH si tant est qu'il existe, est supposé être de la famille des retrovirus, soit un virus à ARN simple branche.

    Quant on évoque contamination direct : entend t on que de l'ARN virale du VIH aurait la faculté de se promener sans capside et d'infecter un nouvel organisme ??? Ca n'a ni queu ni tête ???

    Par contre, si l'agent infectieux est un espèce de prion.... Ou un espèce d'agent qui ne rentre ni dans la catégorie des virus ou des bactéries... Là, tout s'eclair....

  15. Hello Psyence !

    Je partage tout à fait ton approche. Il est vrai qu'en mathématique, la démarche de la construction du raisonnement "juste" repose sur le principe d'enchevetrement en abime d'axiomes de base simples et indémontrables (2+2=4), d'ou découleront les principe d'affirmation et de réfutation. Cela devient une gymnastique qui peut même être amusante.

    Le problème dès lors qu'on touche la science en général, c'est que l'on ne dispose pas d'axiome fixe, puisque le démarche empirique nous permettent de reévaluer les axiomes et de les affiner au fur et a mesure de l'avancé de la recherche fondamental... Bref, un merdier sans fin.... Ce qui devrait finalement conduire les scientifiques à une grande humilité.

    Ce qui finalement est déplorable chez les médecins, ceux qui pratiquent la recherche, c'est leur incroyable suffisence. Cette propention à affirmer de manière péremptoire leur postulat. Et force est de constater qu'il n'y a pas que la recherche SIDA qui soit concerné, mais bien l'ensemble de la médecine... Et finalement, c'est ça le plus flippant !!

    Bien à toi !

    Jeff

  16. Merci Cheminot !!

    Je viens de lire attentivement ton étude sur le caractère anti oxydant que peut présenter les thérapies orthodoxes. J'avoue que navigant au feeling sur les différent post du forum, j'étais passé au travers de cette dernière. C'est assez passionnant.

    Aurais tu quelques études sous le coude concernant le "Lopinavir/ritonavir" (Kaletra) qui est à l'heure actuel un petit peu le fleuron de la médecine en matière de traitement "anti retrovir" ? C'est un inhibiteur de prothéase. Aurais tu quelques piste pour expliquer comment cette famille de produit pourrait agir sur le stress oxydatif ?

    Bien à toi !

    Jeff

  17. Hello Psyence !

    Je te rassure, je n'accorde aucune foi aux affirmations douteuses de mon médecin, il s'agissait juste d'un petit post histoire de décrire à quel point les médecins orthodoxes se prennent de plus en plus les pieds ds le tapis au fur et à mesure qu'un ensemble d'évènements factuels viennent contredire leur théorie.

    Concernant la charge viral, je te confirme qu'elle est effectivement détectable chez une personne séronégative. J'ai en effet etant curieux de nature il y a quelques années envoyés mon propre frère (pure séronégatif) dans un labo avec une ordonnance à mon nom pour justement faire faire un dosage de la dite charge. Je crois qu'il est sortit avec un log 5. qqchose, soit environ 500 000 copies soit une probabilité de présence théorique d'une cinquantaine de virus de réplication virale par mmcube de sang.... C'est ballot pour un séronégatif quant même ! lol

    Quant aux CD4, je ne pense pas non plus que cela soit un référentiel bien sérieux, un indicateur tout au plus. Pour ma part, j'en ai 30.... Ce qui me motive néanmoins a suivre la piste des anti oxydants, car si en effet cela ne me stress pas plus que ça, c'est pas super bon signe non plus.

    Mon médecin entendait je pense par maladie chronique un truk genre herpes, malaria, tu vivras jusqu'à 80 ans si tel doit être le cas, mais en te faisant bien chier jusque là... On va dire que c'était l'idée de fond ! Mais pour cela, faudra maintenir la CV indétectable et tes CD4 au dessus de 500, ce que tu n'arriveras à faire que si tu avales scrupuleusement tous les petits cachets sur mon ordonnance... Et tu sais le pire, c'est que je suis convaincu qu'il y croit mordicus !!

    Moi, je sais pas si il faut lui jeter la pierre ou non, il croit dans son truk, et à un moment, il faut aussi faire preuve d'objectivité, lorsque l'organisme se détraque et que le SIDA en tant que syndrome pointe son nez, ben les multithérapies, aussi toxique soient elles, le constat est qu'elles remettent aussi les gens sur pied en quelques mois. Mon médecin, comme bien d'autre ont assistés en "live" à ce phénomène. Comment veux tu qu'il remette en doute le bien fondé de leur théorie. D'autant que ce n'est pas la leur, elle n'est pas issue de leur propre recherche, ils ne sont que des praticiens cliniciens qui mettent en application ce que leur père (labo et chercheur et ANRS payé aussi par les labos) leur dise.

    La perversion si tant est qu'elle existe est en amont du praticien hospitalier. Lui, il vit a Disneyland, et n'a fondamentalement aucune question à se poser. Surtout quand on lui bourre le cerveau d'annerie depuis le premier jour ou il a posé ses fesses sur le banc de la fac.

    Quant à la suite, les médecins mettent en oeuvre ce qu'on leur dit, et ça marche. Somme toute, c'est simple, baisse des CD4 + marqueur bizard ds le sang après passage ds la machine a mutliplié les acides aminés = maladie opportuniste. Je fourgue un tas de médocs, marqueur bizard disparaissent, CD4 remontent, et les gens vont mieux... Pourquoi veux tu qu'ils se cassent la tete a chercher midi a quatorze heure...

    Maintenant, il est en tout cas vrai dans mon cas que jusqu'à présent, je parviens à maintenir un état de santé on va dire correct en usant de leur thérapie en moyenne quatre mois par ans. Ais-je tord, ais je raison, pour l'instant, ça marche. Lui il m'affirme qu'à un moment, ça va casser.... Et il est finalement très difficile d'avoir de solides convictions dans un domaine aussi compliqué. Là, ça va faire un petit mois que je reprend leur thérapie, et il faut en convenir, ça marche, en dehors des effets secondaires violents en début de traitement, du SRI (Syndrome de reprise immunitaire), et bien la différence est flagrante, je suis en train de me régénérer complètement. Je le sens dans chaques parcelles de mon corps, je vais cent fois mieux.... Et ça me désole et m'enchante en même temps. Ca fait du bien de se sentir bien....

    Histoire d'ouvrir des débats incensé... Si il est vrai que la théorie orthodoxe est petrit de faille, je crois qu'en tout état de cause, il faut à un moment ne pas tomber dans le même péché que les instances officiels. Et faire preuve d'humilité. J'ai moi même une formation scientifique, et ma grande passion d'origine était l'épistémologie en mathématique. C'est à dire la recherche de théorie permettant d'affirmer si une théorie est vrai ou fausse. Mise en application au domaine de la chimie ou de la biologie, cela se corse sérieusement... Car si il y a une chose que j'ai constaté au fur et à mesure que j'étoffais mes connaissances, c'est à quel point on ne connaissait finalement rien. Une goutte d'eau ds un océan.

    C'est ainsi que toute les loi relatives de la physique et de la chimie macroscopique s'effondrent dès lors qu'on arrive à l'échelle du quanta, il a fallut refaire toute une nouvelle série d'évaluation empirique pour essayer de redecrire un autre univers avec des lois radicalement différentes. Quant aux tentatives d'unifications des lois, ben c'est pas demain la veille.

    La bilogie est tout droit issue d'une chimie incroyablement complexe, dont de nombreux aspect nous échappent encore énormément. C'est bien la dessus que les homéopathes s'appuient pour justifier de leur théorie quant à leur petit bonbon gorgé d'eau sucré, parce que au sens macroscopique, c'est ni plus ni moins que de l'eau sucré... Mais en deça ??? En matière de spin d'énergie, qu'en est il... En réalité, personne n'en sait rien. On ne peut ni affirmer que c'est faut, ni affirmer que c'est vrai.

    Dès lors, si on analyse avec circonspection les différentes ramification qu'ouvre la science moderne, peut on encore ériger en dogme le postulat de Koch auquel la dissidence est tellement attaché. Là aussi, je dis méfiance.

    Je reconnais que j'ouvre des débats extremement large, je voudrais juste qu'on ne tombe pas dans l'ecueil de diaboliser les médecins, ce sont souvent des incompétents mais qui demeure de bonne fois. Peut être qu'en travaillant avec eux, et en les aidants sur le plan factuel à ouvrir leur esprit, tout cela avec bien entendu une stratégie, peut etre parviendont nous à les faire se remettre en cause (bon là c'est moi qui vit a Disneyland).

    En tout état de cause, nous ne savons pas vraiment ni les uns ni les autres la cause réel du SIDA, si la théorie de la médecine orthodoxe est certes plus que douteuse, nous n'avons somme toute guère d'autre théorie à avancer en dehors d'une contamination de la société moderne, provoquant la dégénéréscence de nos anti oxydants cellulaires. Et suggestion de gascon : peut être bien qu'il existe un VIH, et peut être bien qu'il a une part de responsabilité dans le processus de dégénérescence de nos anti oxydants. Simplement, tous le monde se trompe depuis le début. Car si comme je le crois, ce virus est endémique et parfaitement innofensif, qu'en est il lors de la primo infection. Avant que nos anticorps réagissent et le réduise à néant ??? Est il susceptible durant ce laps de temps très court d'affecter des cellules souches ??? Peut il répliquer un mauvais codage sur notre ADN ??? Mauvais codage qui lui sera perpétué puisque l'on parle de cellule souche... Ca peut être une erreur de codage insignifiante, genre une protéine exprimé ds le mauvais sens, comme un prion.... Ou une bete protéine qui petit à petit grignotte notre capacité à fabriquer les anti oxidants... Un peu comme ds la maladie de creutzfeldt jacob, voir même peut être comme ds la maladie d'alzheimer... Tous cela relève de toute façon d'une chimie dont nous ne maitrisons rien.

    Bien évidemment, si tel est le cas, la médecine en s'acharnant à poursuivre un intrus que le corp a déjà détruit, cours après une chimère....

    En attendant, la piste des anti oxydants me semble un formidable espoir, car je pense que pour une fois, on est en train de toucher du doigts non pas la cause, mais un process fondamental de l'évolution vers un syndrome d'immunosuppression. Mais cette piste demande encore a être approfondi et expériementé. Ils serait aussi intéressant de parvenir à comprendre pourquoi les multi thérapies fonctionnent aussi bien... Car je ne crois pas du tout qu'elles inhibent un quelconque virus, mais elle font bel et bien quelque chose qui remette les gens sur pied... Ne jettons pas le bébé et l'eau du bain, en cas d'effondrement majeur, elles peuvent être d'un grand secour...

    Voilà, tout cela n'était que des reflexions jeté en vrac à 3 heures du mat !

    Jeff

  18. Hello à tous !!!

    J'ai une nouvelle formidable !!

    Mon médecin orthodoxe désespéré de ne pas réussir à me faire suivre un traitement plus de quatre mois d'affilé m'a annoncé que ça y est !! C'est officiel !!! En cas de réussite thérapeutique, cad :

    Charge Viral indetectable + CD4 au dessus de 500,

    Et bien le HIV n'était plus considéré comme une maladie mortelle mais chronique !! Et que l'espérence de vie des patients sages qui auront bien avalé toute ces cochonneries chimiques redevenait la même que celle de la population en général !! Comme la syphilis en son temps était passé de mortel à maladie chronique, puis fut finalement maitriser par le génie de la médecine !!

    Ca trou le c.... Non ????

    Dans la foulé je lui ai carrément demandé de me faire une ordonnance pour un dosage de glutathion... Il me l'a faite bien gentiement, tout en me demandant si c'était par prélèvement sanguin... ??? Je lui ai dis ben je crois bien oui ! Sinon, pas plus de question...

    A suivre....

  19. Merci Wallypat pour ces précisions. Je viens de regarder, une boite de générique de 4g de NAC coute en france 3Euros90. En effet, si on doit avaler 8g par jours, le prix quotidien du traitement s'élèvera à 7euros80.

    D'un autre coté, j'ai de la chance, je suis chef d'entreprise et je vis confortablement. Quant je calcul que de surcroit, un paquet de cigarette coute 5 euros et que je suis capable parfois quand je suis stressé d'en fumer deux par jour. Je vais essayer. De toute façon, j'ai rendez vous avec un médecin nutritionniste fin octobre. J'ai eu du mal a le dégotter celui là, mais j'ai découvert que c'était un très bon ami du seul médecin sur la région lyonnaise qui a longuement adhérer dans l'occulte a la dissidence.

    Si d'ailleurs pour ceux que ça intéresse de trouver un médecin ds la région lyonnaise ouvert à nos" fantaisies", laisser moi un mail, je vous communiquerais ses coordonnées. Mais il y en a bel et bien un à Lyon.... Le problème, c'est que tout ce petit monde se planque depuis l'affaire Beljanski. Ils ont tous été attaqué par l'ordre des médecin en france, bref, ils sont térrorisé, et je les comprends....

    Bon, 6h30 du mat ! Je part au taff ! Je suis quand même vaillant pour un Sidaique déclaré !

    Je vous tiens au jus !

  20. Hello à tous !

    Après avoir reparcouru en long et en large les différents post du forum ces derniers mois ! Et bien j'ai décidé de m'y mettre !! D'autant que sur le plan scientifique, ça tient la route cette histoire de stress oxydatif !! Et ça date pas d'hier, car il y a plus de dix ans en arrière, Mirko Beljanski de son vivant recommandait déjà au médecin diffusant son Pao de prescrire de manière massive de l'Exomuc (N-Acétylcistéine NAC) à leur patient !! Et franchement, si il est vrai que ce type a été énormément décrié, sur le plan scientifique, c'était loin d'être un charlot. Mais bon, là n'est pas l'objet du post....

    Bon, en ce qui me concerne, depuis deux ans, c'est pas la joie... Aout 2005, suite à une méga pneumonie, je me suis retrouvé aux urgences ds ma bonne ville de Lyon. Faut dire que j'étais limite de l'asphixie. Bien évidemment, dès que mon statut sérologique fut révélé aux urgentistes, je fus transféré illico aux services des maladies infectieuses ou j'ai eu l'immense bonheur de revoir mon toubib qui m'a fait une grosse leçon de morale, pas bo, vilain, crocodile. J'étais pas allé le voir depuis deux ans en effet ! Bref, primo diagnostique, pneumocystose (je réponds au passage à un post, en ce qui me concerne, je fume comme un pompier). Perfusion de je ne sais quoi, prise massive de Bactrim, et déferlante de cachet de toutes les couleurs dont certain ressemble étrangement à des suppositoires.... Miam miam...

    Bref, j'étais vraiment mal néanmoins, et j'ai pas sourcilié... J'ai tout avalé... Bon, après moulte examen, antibiothérapie massive, on m'a injecté de l'eau ds mes bronches qu'ils ont aspiré pour chercher les germes de la mucochose, le tout est partit ds je ne sais quel laboratoire... Et finalement, la montagne a accouché d'une souris, car ce n'était pas la mucochose, mais bel et bien une méga pneumonie...

    Néanmoins, cette petite histoire m'a néanmoins reconduit directement dans les griffes de l'orthodoxie.... Donc, entre la méga charge virale et l'absence assourdissante de CD4, mon médecin (un super brave type au demeurrant) m'a décrit ma future fin, Toxo Cérébrale, bavouillant avec une semi paralysie faciale et begayant comme un pauv type qui a fait une attaque... C'est vrai que ce genre de vision, c'est pas top quand même, surtout allongé ds un lit d'hosto avec des tuyaux d'oxigène planté ds le nez... Bref, j'ai pas fait ma maline, j'ai avalé goulument ma nouvelle multithérapie, et ce bordel a duré 4 mois...

    Je suis sortit au bout de cinq jours et suis retourné tout penaud chez moi avec mes boites a cachet en méditant sur les vertus d'avoir a aller aux toilettes 7 ou 8 fois par jour... Mieux que les dragés FUCA ! Je revois une quinzaine de jour après mon médecin, etrangement, je n'arrivais plus rien à avaler, même les compotes... Et là, le médecin, Ha Ha ! Je vous l'avais dit !! Candidose oesophagienne !! Et hop ! Formulaire de déclaration officiel de rentré en stade SIDA... Aux yeux de la médecine, désormais, je suis officiellement déclaré comme SIDAIQUE... Et quand j'ai évoqué que la surconsommation récente d'antibiotique avait parfaitement pu favoriser la dite candidose, et bien là, mon médecin s'est alors transformé en psy, et m'a expliqué que j'étais frappé du syndrome des gens qui ne regardaient pas la vérité en face.... J'ai donc eu en prime ma boite de Triflucan, qui a guérit la candidose en une petite semaine...

    J'ai suivi la thérapie scrupuleusement pendant 4 mois, et une chose est certaine, une fois acclimaté aux effets secondaires ( qui se réduise ds le temps, faut en convenir), ça m'a complètement retapé... Les derniers mois avant la pneumonie, j'étais vraiment fatigué, je sentais bien que quelque chose ne tournait pas rond... Mais je repoussais sans cesse la visite au médecin et le bilan au plus tard possible, car je savais aussi que la seule solution qu'il m'apporterait, ça serait de me bourrer de saloperie chimique. Oui, c'est vrai faut être honnête, cette thérapie m'a non seulement remis sur pied, mais je me sentais en quelques semaines bien mieux qu'avant.

    Néanmoins, début 2006, j'ai usé du pretexte d'un déplacement professionnel en amérique centrale pour faire un stop thérapeutique pendant une dizaine de jours. Dix jours qui se sont transformé en 8 mois.... En fait, j'ai eu la méga frite jusqu'au mois de juillet... J'ai fais aucun bilan entre temps. J'ai aussi manqué de correction auprès de mon médecin en plantant un rendez vous fin janvier.

    Sur le plan professionnel, j'ai eu un très gros début d'année, beaucoup de déplacement, déménagement de locaux d'entreprises, pas eu le temps de chomer. Fin Juin, ça s'est calmé, et là, j'en conviens, j'ai profité de mon temps libre pour sombrer ds la luxure... Méga bringue, Lupanar et j'avoue, Poppers à bonne dose....

    Fin Juillet, patatra... Effondrement, re pneumonie (moins forte que la dernière, je l'ai soigné seul celle là). Et je me traine comme une loque, grelotte, un peu de fièvre, tableau clinique de l'immunodéprimé typique... Et là, je me suis dit, tout en éprouvant un immense sentiment de colère intérieur, je vais pas perdre une seconde fois la face en débarquant à l'hosto via les urgences. Début aout, j'ai pris mon courage à deux mains, j'ai pris rendez vous avec mon médecin, que j'ai vu fin aout... Je vous passe les détails de la leçon de morale... Le pire !! C'est que je lui en veux même pas, ce type est hyper sympa, je l'aime bien... Certes je suis pas d'accord avec lui, mais c'est quelqu'un de bien, qui croit authentiquement dans ce qu'il fait, et qui dans son univers, le fait bien. Il est tellement dans son monde, ses publications, la seule fois ou j'ai évoqué discrétement la dissidence, il a fait des yeux tout rond tout ahurie, il savait même pas que ça existait...

    Je l'ai donc vu fin aout, j'ai fais mon méa culpa, et j'ai recommencé mon traitement depuis une semaine... Ce qui ne m'empêche pas de fulminer en mon fort intérieur... Il est temps que j'ai une vrai stratégie, qui va inévitablement passer par certains changement comportementaux. Et la piste du Gluthation, je la trouve très crédible. Je me suis commandé des chewing gum au gluthation que je mastique allégrément depuis 15 jours. La piste du NAC m'intéresse aussi à mettre en oeuvre, mais j'ai besoin de quelque renseignement, et vous allez peut être pouvoir m'aider. Quel est le dosage quotidien d'acétylcystéine à absorber, on parle de la compléter avec de la vitamine C, ok, mais quel dosage aussi ? J'ai eu beau chercher à droite à gauche, j'ai pas trouvé un dosage recommandé. Beljanski recommandait de son vivant un minimu de 800 mg par jour en deux prises.

    Ce qui est intéressant, c'est que je pars d'un état affaiblis. Je suis immunodéprimé, c'est flagrant. Le jour de ma visite chez le médeci fin aout, j'ai eu droit à un bilan complet. J'aurais les résultats certainement catastrophique la semaine prochaine. Mais j'aurais néanmoins des données du temps t=0. J'ai aussi pris rendez vous avec un médecin nutritionniste, un type génial qui exerce à l'hopital de la Croix Rousse à Lyon et qui semble complètement ouvert à faire des investigations poussées sur le Gluthation entre autre... Le problème, c'est que c'est super long pour avoir un rendez vous, je ne le verrais que fin octobre. Bon, d'ici là, je voudrais en parallèle à la multithérapie que je prends attaquer le NAC et vider mon poppers dans les cabinets. Dans l'idéal, je voudrais prendre maximum quatre mois leur multithérapie, l'arréter, et tester combien de temps je peux tenir à nouveau bien en ayant une attitude plus responsable, et en usant de complément alimentaire éclairé.... Et puis, si je me plante, ben tant pis, de guerre lasse, je reviendrais au multi thérapie.

    Voilà, ce que je voudrais connaitre si vous avez des infos à ce sujet, c'est le dosage d'acétylcystéine à avaler par jour ? Si possible le nombre de g de vitamines C a avaler !

    Merci d'avance de vos éclairages !

    Jeff

  21. Bonjour à tous. Je suis profondément perturbé par les nombreuses théories dissidentes que je lis tout au long de ces pages de forum. Dautant que tout dans ma propre expérience me porte à leur donner raison.

    Pour autant, et cette question sadresse avant tout aux dissidents, quelque chose me trouble. Je tiens à préciser que je ne suis pas médecin. Cependant, jai une formation scientifique assez solide, mes domaines de prédilection étant lépistémologie des mathématiques et la physique.

    Bref, la prétendu contamination par le VIH, la primo infection est très souvent accompagnée de symptômes bien connus et largement décris dans les anales scientifiques et médicales : grippe, rash cutané... Ces symptômes, je les connais bien.... Cest un matin de mes 20 ans (jen ai 33 aujourdhui), cétait en juin... Rash cutané généralisé, frissons, courbatures, fièvre violente (je me souviens même davoir pris des bains tièdes pour faire baisser la fièvre, comme on fait avec les bébés ! Au bout de 5 minutes, javais limpression de chauffer leau de la baignoire !!!). Sans doute la pire grippe de ma vie ! Je nai aucun souvenir plus violent même dans mon enfance.

    Bien entendu, ce nétait pas une grippe... Quelques mois plus tard, nous étions alors en 1990 le verdict tomba. Sérologie HIV+ !

    Pour autant, les symptômes associés à la séroconversion ont été bien réels. La violente réaction immunitaire met bien en évidence que mon corps est entré en contact avec un agent pathogène infectieux. Virus, bactérie, prion ? Mais corps étranger avant tout. Je ne fais jamais de grippe, mais une au mois de juin bien ensoleillé... Cest plutôt rare... Et dune telle violence !!! Est-ce une pure coïncidence que mon statut sérologique ait basculée corollairement à ces symptômes ? Je veux bien que le VIH nexiste pas. Mais dans mon cas comme dans celui de beaucoup dautre, il y a bien eu un « truc ».

    Ce qui peut toutefois paraître étrange, cest que trois semaines avant cette « séroconversion », javais été vacciné contre la fièvre jaune. Sur le coup, javais même pensé à une réaction post vaccinale !

    Dans le même temps, je sais avoir eu de nombreux rapports sexuels non protégé. On nest pas sérieux à 17 ans, mais on ne lest pas beaucoup plus à 20... Ainsi, lorsque le diagnostique est tombé, je ne me suis alors posé aucunes questions. Javais joué avec le feu, et je métais brûlé.

    Malheureusement, je fus confronté une deuxième fois dans ma vie au triste spectacle de la séroconversion. Il y a cinq ans de cela, suite à une soirée un peu arrosée, jai eu une relation sexuelle non protégé avec mon partenaire. Ce dernier ignorait tout de mon statut sérologique. Nous avions fais connaissance que peu de temps avant, et je navais pas trouver le courage de lui en parler. Quand quelques semaines plus tard il est tombé malade, grippe féroce, rash cutané, jai immédiatement compris ce à quoi jétais confronté. Mais il était trop tard... Je vis depuis avec une culpabilité écrasante qui me mine au quotidien. Mon ami et moi-même sommes toujours ensembles. Il ne men a jamais fait grief.

    Mais pour revenir à nos moutons, lui aussi à « séroconvertit » via un contact pathogène, parfaitement traduit par une réaction immunitaire violente. Pic danticorps chiffré à lappui. Encore une coïncidence ???? Comme par hasard faisant suite à un rapport non protégé ? Je trouve que cela fait beaucoup de coïncidence...

    Pour autant, je suis aussi de plus en plus pétrit de doute quant à la corrélation VIH/SIDA. Jai longuement parcouru les différentes approches scientifiques des dissidents... Et force est de constater que leur discours est tout ce quil y a de plus fondé et rigoureux. Dans le même temps, jai mon propre cheminement atypique avec la maladie. Jai longtemps refusé tout traitement allopathique. Au début, le problème ne se posait pas, en 1990, lespérance de vie tournait autour de 5 ans. Il ny avait pas de médicament à part lAZT. On ne ladministrait quaux personnes atteintes. Javais déjà eu à lépoque des échos très négatif sur lAZT. Un proche de ma famille pharmacien mavait mis en garde dès 1995. Il mavait dit que cette molécule était connue depuis les années 60, à lorigine un anti-cancéreux, et quelle avait été retiré en urgence tant elle avait montré sa toxicité. Pour reprendre ses termes de lépoque : « ne prends surtout pas cette saloperie »...

    A partir de 1996, avec lavènement des cocktails anti-rétroviraux, mon médecin a commencé à me faire pression pour que jentame un multi thérapie. Jai résisté jusquen 2001... A cette époque, mes contrôles biologiques étaient en chute libre... Plus de CD4, la charge viral en log exponentiel... Bref, un tableau clinique déplorable sur le plan biologique. Curieusement, sur le plan symptomatique, je me portais comme un charme ! Mais les résultats de laboratoires étant ce quils étaient, je vous laisse imaginer le discours des toubibs ! Que si je ne me soignais pas jétais foutu, que jétais un irresponsable, que « je déconnais à plein tube » sic...

    Jai donc débuté ce matin davril 2001 une tri thérapie ! Joie et allégresse dans les chaumières... Fin mai, jai été rapatrié sur une civière des Etats-Unis avec une anémie sévère à lAZT avec un début de comas. Il aura fallut tout de même 5 jours de transfusion (bras gauche bras droit en même temps... Le bonheur...) pour re-stabiliser mon taux dhémoglobine. Il a tout de même fallut une semaine de plus pour que les médecins admettent que lorigine de mon anémie était lAZT. Ils ont cherché toute autre cause ! Jai même eu droit à une gastroscopie (je vous le déconseille vivement cest très désagréable) pour voir si je navais pas un ulcère à lestomac doù pourrait venir ma chute de globule rouge ! Il a fallut que je hurle pour refuser une ponction lombaire !!!

    Autant vous dire que je lai plutôt mal vécu mon expérience avec les multi thérapies qui na pourtant duré quun mois et demi... Jai perdu confiance et lensemble des cachets est parti direct à la poubelle ! Jai refusé depuis tout nouveau traitement. Et cest là où je minterroge... Je nai jamais rien eu ! Et je nai toujours rien ! Je me fais mon propre contrôle une fois par an, typage lymphocytaire et touti quanti... Les résultats sont complètement naze ! Ca fait un an que mes CD4 ne dépassent pas 80 quand ce nest pas zéro ! Et rien ! Je me porte comme un charme. Ni grippe, ni angine, même pas un rhume ! Je précise de surcroît que jai une activité professionnelle très prenante. Je passe ma vie au quatre coins du monde avec la lourde responsabilité dêtre à mon compte et demployer 15 personnes... Tout ça pour dire que les 35 heures, moi je les fais en deux jours en général... Cela est un non sens complet !

    A lage de 20 ans, on ma annoncé que je ne passerai pas le cap des 25 ans... Jen ai aujourdhui 33, et parfois, je ne sais absolument pas ce que je fous là... Alors vous me direz, il vaut mieux plus despace que moins ! Certes ! Mais cest profondément perturbant. Dautant quayant refusé tous traitement, jaurais du me condamner à une mort certaine. Je découvre petit à petit que mon cas est loin dêtre isolé. Ce qui semble porter de plus en plus de crédit aux discours des dissidents...

    Si il y a dautres personnes dites « long survivor » qui se reconnaissent dans mon témoignage, je vous remercie de me faire signe, tant je me sens isolé de part mon expérience en marge de tous les discours officiels.

×
×
  • Créer...