Aller au contenu
forum sidasante

steph1960

Membres
  • Compteur de contenus

    59
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    2

steph1960 last won the day on 7 août 2015

steph1960 had the most liked content!

Réputation sur la communauté

2 Neutral

À propos de steph1960

  • Rang
    Expert

Visiteurs récents du profil

562 visualisations du profil
  1. Salut à tous. Début mars 2016, des chutes répétées m'alertent et me conduisent à un IRM qui permet le diagnostic d'une toxoplasmose style un abcès gros comme une pêche qui comprime mon hémisphère droit et me rend hémiplégique du coté opposé Vu l'importance de l'abcès, les toubibs s'accordent sur le fait qu'il est ancien d'au moins un an voir plus. Des dates qui peuvent correspondre à la période de mon sevrage. C'était reparti comme en 2000 avec mon encéphalite suite à une tentative de sevrage bloc d'épivir rétrovir, là, c'était norvir prezista, et les atteintes sont plus graves,( j'ai 16 ans de plus et moins de forces pour récupérer. Quoi qu'il en soit, stopper les traitements m'a été impossible sans faire 2 fois une infection neuronale fatale si je n'avais repris rapidement le traitement HIV en tant qu'anti-poison ! En 2000 j'avais récupéré en 2 mois, là depuis mars 2015 j'ai perdu mon autonomie et conserve encore les stigmates de l'hémiplégie, mon coté gauche insensible m'autorise une marche laborieuse et mon bras gauche est devenu contracté mais inerte... obligé d'apprendre à vivre dans le nouveau Steph, et d'y trouver de bonnes raisons. Donc, en définitive, même en sachant que les médocs ont pour but de nous enliser dans un processus mortifère, je n'ai pas trouvé les moyens de les arrêter sans être terrassé 2 fois par des infections neuronales.Bon, je n'ai pas tout essayé, mais le mieux aurait été de ne jamais ingérer ces déclencheurs de troubles, assimilés à la maladie qu'ils sont censés guérir ! Comme mon ex qui depuis 1985, soit 32 ans, n'a jamais été traitée et n'a jamais eu de problème, comme moi les 13 premières années exemptes de traitement avec un enfant et sa mère séro-. En 98 je succombe au traitement ( malgré ma connaissance des dangers !??) et, depuis, je suis malade ! Alors, quand je vois que les traitements et vaccins préventifs sont partout à la mode !?! Je me dis que l'expérience et les alertes n'ont plus de valeur , écrasées qu'elles le sont par une propagande entretenue à coups de milliards d'euros pour nous rendre aveugles. La plupart sont piégés, comme je l'ai été, et ne peuvent discerner la vérité et les dangers qui sont devenus si variés et nombreux qu'ils paralysent notre raisonnement à desseins, et empêchent de nous impliquer, distraits et téléguidés comme nous le sommes. Les manipulateurs manipulés par la peur s'abusent en nous trompant. Ils ne trouveront pas de paix avec un tel comportement seulement valable pour attiser la haine et provoquer la violence qui invariablement à termes les engloutiront aussi, sans qu'ils n'aient jamais pu apprécier les plaisirs vrais de l'existence par faute de n'avoir pu apprivoiser une peur pourtant facile à transformer en force, lorsqu'elle est admise ! J'arrête là les constats improductifs, dont nous pourrions produire plusieurs encyclopédies sans qu'elles ne fassent plier les faiseurs du jeu malsain et criminel ! Je me devais de m'expliquer et de vous livrer la suite de mon expérience même si elle est un échec. J'en retiens que j'aurais dû faire un irm ou deux de contrôle durant mon sevrage, j'aurais pu enrailler le processus de dégénérescence plus tôt que je ne l'ai fait, et être moins endommagé par l'hémiplégie. Certains comportements étaient pourtant révélateurs mais assez subtiles pour que je passe à coté ou que je le mette sur le compte de mon état de faiblesse général dû à mes traitements depuis bientôt 15 ans. Comme mordre les trottoirs en voiture, ou, la main gauche que je ne parvenais plus à empêcher qu'elle ne se contracte sur la commande du frein arrière de mon scoot. Un mois plus tard, les troubles devinrent évidents avec accrochage en voiture et chutes la nuit pour aller aux toilettes qui m'obligèrent à consulter. Et là, de nouveau je me suis livré à leur comédie visant à me transformer en cobaye. D'abord il fallut mon accord pour me percer le crâne car il fallait déterminer la nature de l'abcès. Malin ou pas ?Mise à feu doux 3 semaines en attentes des résultats: rien de malin "simple" toxoplasmose, j'attaque donc: adiasine que je prends depuis fin mars(10 mois en réduisant les doses selon leurs prescriptions qu'ils veulent transformer en bactrim ). Dantrium , lyrica, baclophène, tivicay et truvada font aussi parti de la panoplie échaffauder pour me sauver !? je renonce à contrôler toutes ces données, La gestion de mon quotidien est devenue pénible et me laisse peu d'énergie et bien qu'il y ait un livre à faire sur la médecine actuelle et ses dérives, j'imagine que je ne vous apprendrez pas grand chose de nouveau en dépit de cette dernière aventure ... A la bientôt, et, salut à tous.
  2. Salut à tous et RAS de significatif, ça roule. A+ et à tous, "bontoujours".
  3. Salut twj. Je suis Steph 1960 ( mes premiers témoignages sur ce site sont faits sous le pseudo : sourdon, mon nom ), et survivor 83 est un autre témoin. En lisant les contenus des posts attentivement, tu devrais t'y retrouver. A+.
  4. Salut à tous. Merci pour votre soutien et votre existence qui m'ont permis de renforcer ma croyance et de m'éclairer sur le fait que l'arrêt du traitement hiv était possible. Enthousiasmé par le résultat, j'ai aussi arrêté un traitement chronique de statines et fluidifiant ordonnés à la suite de deux infarctus en 2004 et... ça tient. Bon, il reste du boulot pour atteindre la santé et l'équilibre d'un moine tibétain mais, être parvenu à me sortir de la prison chimique qui m'a volé mon énergie durant 14 ans me réjoui et me laisse même surpris, je m'attendais à plus difficile. En espérant que vous viviez tous une période propice le plus longtemps possible, je vous dis à bientôt... si le sort nous y autorise. PS: mes analyses sont dans le rouge depuis le printemps alors que je me sens très bien !?! Une explication ? Ma foi, à tout hasard, si ce n'est déjà fait, regardez le documentaire sur les effets placebos sur youtube, non que je pratique, mais pour encore mieux comprendre à quel point nous sommes en mesure de nous guérir, ou l'inverse, par l'entremise du potentiel de notre corps lié à la puissance de notre esprit. Fabuleux, énergisant de savoir que nous possédons ces outils en nous qui décrédibilisent encore un peu plus, la chimie ou la chirurgie invasive. A+ et à tous "bontoujours".
  5. Salut à tous. D'abord, pendant que j'y pense, je tiens à dire que de ne plus consommer de lait et de ses dérivés me fait du bien. Des analyses sanguines ressort que je prends mal ou pas mon traitement, dixit mon toubib. Je bats le coup ... mollement et, il me prescrit truvada et tivicay en me promettant l'arrêt des confusions dont je me plains encore et, des demains qui chantent ... non sans me rappeller qu'en 2000, l'arrêt du traitement m'avait terrassé ( Pneumocystose, CMV, encéphalite découlant sur 14 ans d'ingestion de multi- thérapies que j'eus alors la faiblesse de considérer salutaires ) et qu'en négligeant mes cachets je prends le risque de revivre la même dégénérescence. ( Pour suivre en cas d'intérêt, vous pouvez trouver les détails de "l'aventure" sur ce site. ) De plus, il "prévoit": des infections (car d’après les analyses, mon immunodéficience est critique ) et, la possible évolution des mes hépatites en cirrhose... et me conseille donc un traitement supplémentaire, "révolutionnaire" ( comme dirait Dieudo ) pour guérir définitivement en 2-3 mois !?! RDV pris pour échographie. Pourtant, au quotidien, je suis le plus épargné de la famille par les rhumes, les angines ou autres grippes et, je cicatrice normalement des blessures de jardinage et bricolage. Mon addiction au subu ( 0.8 mg/jour ) et le manque d'appétit perdurent mais je peux encore améliorer mes conditions de vie pour progresser vers une meilleure santé en jugulant ses deniers obstacles. Merci à ceux qui continuent à faire vivre ce site et contribuent à une réflexion de fond car la propagande de l'orthodoxie n'a jamais été aussi puissante alors que la dissidence à de quoi douter de sa capacité à convaincre dans un monde où l'absurde supplante la raison ! Réviser nos expertises, nos méthodes, recentrer nos finalités et déterminer tous ensemble les priorités sont des ambitions sans échos, à contre-courant d'un système de purge. L'idée légitime selon laquelle nos capacités à prospérer et à exploiter les ressources se heurtent à l'espace fini de la planète, fait que certains s'autorisent de décider lesquels d'entre-nous doivent être stérilisés . Comme la nature nous a muni de la possibilité d'anticiper le danger de surpopulation ( pas plus de convives que de victuailles ), nous nous sentons responsables du devoir de nous réguler mais devrions y réfléchir tous . Déterminer la façon d'être respectueux au lieu de nuisibles nous appartient à tous et ne dois pas être un défi et une mission pensés par les plus pleutres d'entre-nous, ceux contraints à la domination par leurs angoisses. Ils ne sont ni représentatifs ni légitimes au regard du courage et de la grandeur dont l'humanoïde sait faire preuve pour survivre. Dans l'optique déviante actuelle, la prospérité de l'espèce n'est pas souhaitable et, les religions, philosophies et entreprises humaines qui ont jusque-là tenté d'ordonner les choses afin que nous nous sublimions, vont à l'encontre du plan de réduction des naissances qui nécessite davantage de confisquer et saboter ce qui nous fait pérenniser. Le respect du vivant et la paix réclament d'apprivoiser davantage de peurs que nous ne l'avons déjà fait et plus de temps nous semble être nécessaire. A+ et à tous, "bontoujours".
  6. Le rythme et le montant des acquisitions des dirigeants de cet organisme démontre une puissance financière sans limite. Il est un groupe d'humains qui fabrique l'argent pour lequel il n'est qu'un outil de récompense ou de punition. Ce groupe décide qui en a et qui en manque pour parvenir à nous contrôler par la maladie associée à la malbouffe et la déprime. Cette attitude est pour moi l'expression de la peur d'Hommes pleutres dont le profil est emmené à disparaître.
  7. Salut à tous. Guillermo 84, did 23 l'exprime bien et comme lui, à mon sens, une des premières conditions pour éviter le stress est de se tenir loin des gens auxquels notre faiblesse et notre naïveté profitent. Nos troubles doivent être pérennisés pour justifier la place de la médecine et de tout ce qui s'y rattache, dans nos sociétés. Le pouvoir d'ordonner matin midi et soir est d'une puissance redoutable et n'a d'équivalent que la violence parmi les outils de contrôle et de soumission. La santé est naturelle et la maladie découle apparemment des "mauvaises habitudes de vie" faites d'excès en tous genre dont nous acceptons d'être victimes lorsque l'estime de nous-même est faible. Là, nous sommes récupérés et confinés dans un rôle d'assistés ne trouvant d'autre moyen pour exister que de se victimiser pour attendrir notre monde. Mais l'univers n'est pas tendre... C'est souvent une image de soi dévalorisante qui nous conduit à de mauvais réflexes de vie et, tout le système médical se fonde sur ce mal être, que nos sociétés cultivent, pour rassurer les couards du moment au pouvoir qui croient ainsi être protégés par un système dont ils sont pourtant aussi les jouets et les proies. Il nous faut des poèmes, des blagues et des chansons dont les refrains seraient : " Loin des toubibs, ta santé va, d'aller chez le docteur, tu en meurs !" Hormis la chirurgie réparatrice, notre système de santé est une esbroufe qui se résume à utiliser la population comme cobaye et à occuper les professionnels vivant grâce à la mauvaise foi d'un univers malsain que seule la tromperie entretien. La quasi totalité des remèdes deviennent obsolètes et, avec le temps, se révèlent plus nocifs que bénéfiques pour les malades ainsi entretenues. A part comme poison, rares seront les traitements de nos labos actuels qui traverseront les âges aussi bien que les remèdes dits de "grand-mère". Nous vivons une purge, un écrémage effectué par certains d'entre-nous détenant le pouvoir d'opérer un tri des populations selon leur "philosophie": stérilisations physique et psychique insensiblement prodiguées aux populations ignorantes des effets des ogm pesticides et autres vaccins. La bonne santé va de soi naturellement. Le corps sait comment aller bien. Nos troubles sont d'un autre ordre et, loin de vouloir les corriger, les entretenir voire les accentuer est l'ordre du jour des dirigeants. L'humain n'est plus une denrée rare mais un sujet encombrant. Les seules mains secourables se trouvent aux bouts de nos propres manches. Partout ailleurs le déclin est à l'oeuvre et la prospérité violemment combattue. Dans le documentaire "La puissance de l'esprit pour guérir le corps", un scientifique soutient que la bonne santé de l'humain repose en premier lieu sur trois croyances: 1- une bonne confiance en soi;2- la confiance en les autres et enfin 3-, le sentiment que nous faisons partie d'un monde qui va en s'arrangeant. Hors, il est clair que la découverte de la puissance de ses sentiments, ainsi que leur entretien et leur culture, ont été bannis de nos enseignements, et sont remplacés par l'école de la défiance, de l'égoïsme, où nos esprits sont nourris de peurs, de doutes et de culpabilité paralysants. Pourtant, l'aventure de la vie reste exaltante, les possibilités d'actions demeurent infinies et notre potentiel est intact, au rendez-vous fixé par la Nature, nous sommes présents et prêts pour savourer la suite en continuant à parfaire notre amour propre et donc, le respect du vivant. Les pleutres s'éliminent d'eux-mêmes et l'idée selon laquelle la terre reviendra aux "doux" (sous-entendu aux vrais puissants) me paraît logique, naturelle et incontournable. La peur, souvent garante de la survie, s'apprivoise avec rapidité et, si elle contraint à la défiance encore la majorité d'entre-nous qui ne peuvent faire autrement que de s'avilir en nuisant à soi et aux autres, elle sera bientôt une émotion contrôlée, transformable en outil d'adaptation mieux affûté et ajusté qu'il ne l'est aujourd'hui. Le sphénoïde continu à accentuer sa courbure et, associé à l'environnement favorable dont nous dote la Nature, nous sommes prêts pour les défis futurs, avec l'envie d'ouvrager à bon escient, avec la raison pour guide. Paradoxal que nous en soyons arrivés à considérer l'oeuvre de la Nature comme un miracle subjuguant à la beauté infinie, d'une perfection hallucinante, tout en tempérant cette vision enthousiasmante lorsqu'il s'agit d'inclure l'humain à cet univers magnifique. L'enseignement que nous nous dispensons sous-tend que la Nature est parfaite sauf l'humain !?! Elle se serait planté juste au moment de nous concevoir...!?! Et c'est l'humain qui le dit, enfin, certains d'entre-eux qui ont compris le profit qu'ils pouvaient tirer de semblables honteux, culpabilisants, perdus, cherchant des signes ou/et un guide qui donnera espoir. Santé... pas plus. Toujours debout sans tri ni infection mais, accompagné de la certitude d'être le seul a pouvoir utiliser mon potentiel. C'est une responsabilité aussi terrifiante qu'enthousiasmante et, comme le risque et la souffrance sont preuves de vie aux mêmes titres que le respect et l'amour, j'ose les chemins de traverse et me plaît à tenter la difficulté. Imaginons que dans le futur, immortels, nous ayons atteint le stade où éprouver des émotions fortes ne se fait plus en train-fantôme ou en grand 8, par le biais du théâtre ou du cinéma mais, seraient remplacés par un "tour" de manège consistant à se glisser dans la peau d'un humain, dans un environnement dans lequel nous sommes à tour de rôle acteurs, spectateurs, scénaristes ou réalisateurs, pouvant ou non influer sur l'histoire humaine qui se déroule sur terre. L'effet ne vaudrait qu'en perdant la conscience de ce que nous sommes vraiment durant l'expérience (comme lorsque nous rêvons) et, selon si la séance nous plaît ou pas, avoir le pouvoir de la quitter avant la fin ( se suicider) pour changer de film et aller visiter un autre univers virtuel, ou décider de la revoir en y renaissant à nouveau (comme quand aujourd'hui nous allons voir plusieurs fois voir le même film, là, nous nous réincarnerions) et en s'y adaptant mieux à chaque séance qui durerait 2 heures en paraissant 100 ans. La vie sur terre et la condition humaine font peut-être parties des nombreuses distractions que nous avons imaginées pour rompre la "monotonie" d'une vie sans fin dont nous sommes déjà dotés. Éprouver la peur de mourir avec les émotions d'un humain ignorant son destin ... quelle intrigue, quel suspense, quelles émotions, mieux qu'un grand cirque. Les enjeux de la vie terrestre se résument peut-être à explorer une expérience sans autre obligation que celle de se connaître mieux en diverses circonstances. Jouir de la vie réclame à priori d'être le plus possible en accord avec soi ou, plutôt avec le double en nous qui souvent nous fourvoie et nous fait avoir une attitude différente que celle préconisée par notre raison. Tout serait donc permis et autorisé mais les plus grands plaisirs naîtraient d'intentions fondées sur la beauté d'être et de l'exprimer. Des délires sans fin plus fantastiques les uns que les autres sont capables de naître au cœur de nos pensées auxquels nos actes peuvent donner vie. Seules les entreprises humaines qui ne sont pas tentées essuient 100 % d'échecs. Pendant des millénaires nous avons survécus grâce à bien des choses indispensables et, la médecine qui l'a permis nous a été livré avec notre corps capable de se rendre malade comme de survivre dans des conditions extrêmes par notre seule volonté. J'aime raffermir en moi cette certitude car elle m'aide à m'apaiser et à m'accomplir bien que le chemin paraisse n'avoir pas de fin. A tous salut et bontoujours.
  8. Salut à tous. Merci et bravo pour la fidélité des membres actifs de ce site qui malgré cette période de purge humanitaire continuent à œuvrer à la construction saine de notre espèce. Pas de T4... ni d'infection ! Toujours dépendant de 0,8 mg de subu, je ne peux tirer de conclusion sur l'état de santé dans lequel me laissent le sevrage et l'arrêt des traitements hiv et cardiologiques. Physiquement, la fonte musculaire a cessé ( j'ai même pris 2 kilos ), mes articulations ne sont plus douloureuses, et manger est de nouveau un plaisir. Dans la tête c'est pas gagner et mon instinct m'incite à ne pas baisser la garde. Désorganisation, confusion et inhibition m'encombrent encore mais refluent et me donnent de bonnes raisons de croire en la réussite du projet visant à me libérer du joug des couards . L'arrêt du subu reste mon dernier défi pour ce qui concerne ma dépendance au système de "santé" orthodoxe. Il annihile les désirs d'entreprendre et la sexualité, en bousillant les systèmes reproducteurs physique et psychique . Le sevrage de cet outil de soumission est une oeuvre épuisante car les idées noires sont si destructrices que souventes fois, le suicide apparaît comme une solution. La prudence est de mise et, mon équilibre trop fragile dépend encore de ce caca avilissant. Toxicos ou ex-toxicos ayant déjà vécus le manque d'héro, d'alcool, de barbituriques ou d'amphés, sont plus à même de juguler la détresse et l'angoisse générées par ces "traitements"; Mais, le désarroi de ceux qui y sont confrontés sans exercice, génère un nombre de suicides qui ne cesse d'augmenter au rythme des prescriptions. Bientôt 2 ans que je tente de m'en défaire sans succès... Je rame en ayant bloqué à 0,8 mg / jour ,sans encore trouver la force d'y renoncer. Malgré cet écueil, ma détermination demeure et je crois en mes chances d'évolution vers une vie saine et une santé retrouvée qui permettent de jouir de l'existence plutôt que d'en pâtir. La Nature nous a confié des outils si puissants qu'ils nous effrayeront tant que nous ne les auront pas maîtrisés. Notre métamorphose semble devoir passer par des phases difficiles et l'abandon progressif de notre mode d'existence de primates ( alors qu'il fait ses preuves depuis 70 millions d'années ) nous angoisse car le vertige qui nous saisit à l'examen de notre situation dans l'univers avec notre nouvelle conscience, est propre à terroriser comme à nous sublimer. Qu'attend la Nature de notre nouvelle espèce ? A plus et bontoujours à tous.
  9. Salut à tous. Merci pour ces vidéos. J'avais jamais vu la première. La plupart des documentaires et témoignades censés lancer des alertes ne valent pas le film "Le Dr Knock" de ... 1951 !???! Dans ce film, la médecine ridiculisée tient son rôle le plus réaliste au travers de Jouvet. La maléabilité de notre cerveau et l'ignorance sont utilisées par les érudits pour manipuler et contraindre les peuples depuis la nuit des temps. Toutes les races ont un jour été esclaves d'une autre et, de tout le vivant connu naît toujours un rapport de proies à prédateurs, même au niveau cosmologique nous constatons que des trous noirs siphonent des galaxies ! La médecine, au même titre que la religion, la politique et les lobies de l'agro-alimentaire, sont les nouvelles armées que l'Homme a conçu pour se contraindre et s'obliger. Détenir le pouvoir consiste encore pour nous à nous faire peur et à tuer si besoin est. Nous nous surprendrons encore longtemps en découvrant nos capacités à être lâches ou téméraires. Plus efficaces que les couteaux et les bombes, moins dangereuses et moins hônéreuses, ces nouvelles armées installent plus durablement la vassalité, génèrent moins de sabotage que le fouet, engendrent moins de risques et de pertes humaines, en faisant croire aux peuples que leur esclavage s'inscrit dans la quête de la paix, revendiquée aux travers de la poursuite d'idéaux démagogiques et analgisants. Les hasards font que certains d'entre-nous, plus pleutres et veules, donc, plus avides et mieux armés, profitent de l'insouciance des non-initiés pour affermir leur pouvoir et continuer à décider pour notre espèce. Leur peur est telle qu'ils peuvent s'autoriser tous les moyens pour y parvenir et l'empoisonnement lent est presque la preuve que nous devenons plus compatissants car il y a encore peu de temps, s'entre-dévorer était courant. Convaincre les humains de se "capoter" quand nous dépassons les 7 milliards doit être prioritaire dans leur plan pour rendre l'espèce humaine pérenne. Si cela doit se faire sur la foi de mensonges éhontés (qui au passage rapportent bien), ce n'est à leur yeux qu'un détail et certainement davantage un bienfait pour la planète qu'un prix à payer. Pourtant, nous sommes tous dans la même nasse, alternativement forts, faibles ou neutres et un jour, morts. "La lumière revient déjà, et le film est terminé.... c'était la dernière scéance..."( Eddy Mitchel) Il sera alors le moment de s'éveiller et de reprendre possession de notre âme et le cours de notre destinée universelle. A tous bontoujours.
  10. Le système médical équipé pour des analyses va t'annoncer qu'un virus t'a atteint. Toi tu n'as aucun moyen de le vérifier aucun équipement. Donc tu ne peux infirmer l'annonce de la séropositivité en revanche, c'est à toi qu'il appartient de te dire ou non malade. L'incendiaire qui met le feu au corps c'est toi et, pour déclencher le process qui va te rendre malade, rien de tel que de te terroriser, de te paniquer et de te victimiser jusqu'à ce que fébrilité et fièvre te gagnent. Nous sommes dotés du moyen de nous rendre malades comme nous possédons le pouvoir de rester sains. Les capacités à se rendre malade ou à guérir varient selon un infinité d'évènements universels que des fois nous subissons pitoyablement ou, à d'autres que nous contrôlons avec gloire. Chaque seconde donne naissance à un univers nouveaux. La demi-mesure n'est pas mon fort et je cite les écritures quand elles sont porteuses d'éveil ce qui me semble être le cas dans les paroles que Jésus adressa à je sais plus qui, affirmant: "Je te veux chaud ou froid mais tiède, je te vomis de ma bouche !". Il paraît qu'elles sont les paroles les plus dures prononcéés par "le messie" auquel je donne raison, au moins pour cette idée. Louvoyer pour conseiller ou non à Davidperdu de ne surtout pas commencer de thérapie est lâche a mon sens. Nous en savons suffisament pour être radicaux, audacieux et nous mouiller en lui disant direct: "Tu es tombé dans un traquenard ! Continu ta vie normalement et tu ne seras pas malade d'un sida qui n'existe que comme stérilisant psychologique. " La compilation des infos, de ce site, et la pertince qu'elles induisrnt doivent faire que nous ne pouvons plus être trompés dés l'instant où nous savons lire. Bontoujours à tous et salut.
  11. Davidperdu. Salut à toi. Sais-tu simplement que les tests pour nous déclarer séro+ donnent des résultats différents d'un labo à l'autre ou encore, que d'un jour sur l'autre qu'ils peuvent se contredire ? Avant de t'inquiéter, ton médecin t'a-t-il appris qu'avec la même sérologie tu pouvais être être séro + pour un labo français et séro - en Australie ? Et oui, le virus du sida mute dés la frontière franchie et selon le pays où il est... disons,détecté (car il échappe à la vue), choisit de rendre ton test positif ou non! La moindre des choses ne consisterait-elle pas à t'avertir du fait que ton ou tes tests ne sont pas fillables au lieu de prendre la mine embarrassée pour t'annoncer que ça y est, tu meurs bientôt ? J'ai conté mon parcours de sidéens ici et ai vécu ton désaroi. Si tu devais retenir un truc, c'est d'apprendre à appliquer le conseil du post précédent d'elixandre: écoute ton corps et, je rajouterais: fait toi confiance,suis ton instinct car tu te connais mieux que ton médecin qui te voit comme un fond de commerce. Ce sont pourtant des vérités pasées sous silence. Alors que bien des éléments devraient légitimement faire douter des résultats et de leurs significations, le médecin français t'estampille séro + et se précipite pour te préparer à ta nouvelle vie de sidéen qui ne pourra pas échapper à un traitement un jour ou l'autre et, à la mort induite par la maladie quand elle va se déclarer. Ces seules pratiques qui remplacent le questionnement légitime par des certitudes de mauvaise foi, portent en elles les stigmates de la manipulation effrontée et auraient dû te suffire pour prendre tes jambes à ton coup et t'éloigner des oiseaux de mauvaises augures. Le vrai blèm, est que même averti, tout est fait pour t'alpaguer. J'en suis la preuve, encore vivante car lorsque tu es bien hypnotisé, tu es à la merci d'agir contre ta propre volonté, à l'opposé de tes intérêts. Si tu parviens à analyser objectivement et avec pertinence le contenu de ce site, tu te sortiras sans dommage de cette tentative d'homicide par empoisonnement !
  12. Salut à tous et bienvenue à Linou. Linou, la mère à mon fils a "pris le risque" d'avoir 10 ans de rapports non protégés alors que j'étais séro+ et, dans les années 90 c'était héroïque quand nous voyons avec quelle intensité les médias diffusaient la terreur. Elle nous a ainsi permis d'avoir Marvin (séro- comme elle, sans jamais aucun traitement ni surveillance médicale ce qui les a sauvés car moi, je me suis laissé abuser en 99 plus tard et empoisonné). Il mesure1.86 m pour 78 kg et, à 22 ans, n'a été atteint par aucune maladie hormis les classiques saisonnières que le corps sait réparer seul. Une beauté, mon précieux et unique enfant que certains voulaient ne pas voir naître; désiraient me priver en m'imposant un préservatif pour de fausses raisons. Le monde animal pérennise depuis toujours sans toubib ni hôpitaux. Notre mèdecine est un leurre, un instrument de domination né de faiblesses que nos peurs immaîtrisables engendrent au même titre que la religion. "L'enfer est pavé de bonnes intentions." Bien se nourrir suffit, avec l'exercice, à une bonne santé mentale comme physique. Le prânisme laisse même penser que la nourriture la plus équilibrante pour l'humain n'est pas constitué de matière solide. La capacité à capter le souffle de la vie, (les énergies comme le soleil, le vent, l'orage, les symphonies composées par les éléments...), est suceptible de constituer une nourriture plus adaptée aux humains qui ne seraient plus contraints à une prédation avilissante pour l'esprit, indigne de la noblesse dont nous ambittionnons de nous drapper. Nous n'en sommes qu'au début, les pyramides Kéops et autres temples antiques, tant par leur gigantisme que dans le détail de leurs finitions, nous contraignent à rechercher notre noblesse d'antan sous-tendue par ces oeuvres difficiles à expliquer autrement qu'en pensant que nous avons dégénéré. Pourtant tout est imscrit dans nos cellules, de la plus pitoyable à la plus glorieuse des attitudes, et il nous appartient de redorer l'une ou l'autre. A + et bontoujours à tous.
  13. Salut à tous; S'cusez mon silence dû à la stagnation de mon état. Depuis la denière fois il n'y a pas grand chose à dire. Obligé de faire le dos rond et de patienter car mon endurance à l'effort est perturbée par une fébrilité comme... grippale. Effets déjà vécus en 2000 lors de ma tentative de sevrage bloc d'une bi-thérapie Epivir Retrovir qui a évolué en encéphalite, CMV et pneumocystose. Elle s'installe insidieusement aprés l'effort. Je l'attribue au contre-coup engendré par 13 ans d'empoisonnement composé de prises de thérapies imaginées pour purger l'humanité d'une partie d'entre-nous. Nos ressources terrestres sont en inadéquation avec nos appétits, et la solution des puissants du moment est de contrôler la démographie pour parvenir à l'édification d'un monde plus paisible (à voir !), dans lequel le confort sera obtenu sans autre effort que celui de naître, et également réparti. La pénibilité des ouvrages incombants dans l'avenir à des robots autonomes comme nous le sommes pour travailler. Le hic est que les peuples subissent ce plan au lieu de participer à son élaboration car, l'éternel conflit racial dont la peur est la source, nous anime encore et les puissants mènent donc ce plan en relative catimini pour pouvoir sélectionner entre eux les élus et les condamnés sans être contestés. Les efforts déployés pour nous faire décliner payent. Les naissances vont dégringoler durant ce 21 ième siècle. La stérilisation physique et psychique à l'échelle globale est un plan qui comprend l'appui et le financement de tous ce qui est propre à nous faire décliner ainsi que la confiscation de ce qui nous permet de pérenniser. Ainsi la soi-disante folie de la politique globale actuelle n'est pas une fatalité mais un plan qui se déroule comme prévu. L'éducation et les infos fabriquent un inconscient collectif en complet décalage avec les réalités. L'humanité est à un tournant cardinal. Bientôt, travailler sera inutile, les énergies seront gratuites, mèdecines et éducation seront tournées vers la construction de l'être au lieu de servir la culture de son déclin. La compétition pour posséder et dominer sera appréhendée comme une pathologie (qu'au demeurant nous savons déjà prévenir et guérir mais sans en avoir la volonté). Nous sommes ainsi confinés dans l'ignorance des vrais enjeux, distraits de façon à ne pas être en mesure de revendiquer une position décente, laissant se disputer entre quelques poignées d'âmes, le pouvoir de contrôler le monde. Plus prosaïquement, j'arrive à un stade où les évolutions bénéfiques prennent davantage de temps. Ainsi, toujours 0,8 de subu/jour me contraignent... une addiction tenace et un sevrage accompagné d'idées noires et inhibitrices, compliqués à gérer sans structures aidantes pertinentes (hormis celles prévues par l'orthodoxie qui pérennisent les maux plus qu'elles ne les soignent, comme les hôpitaux psy) pour être accompagné. Si vous avez un truc à vendre qui déprécit, avilit l'humain ou lui donne une piètre estime de lui-même (armes, sexe, jeux, drogues, chansons musiques films et livres déprimants et poussent au crime, vous aurez autant de facilités à trouver des investisseurs et des grands médias pour vous permettre de prospérer, que vous rencontrerez de difficultés si votre produit à diffuser parle de respect et d'amour. Les puissants voient en ses sentiments le plus grand danger Que cherche à réaliser la Nature en nous faisant penser, agir et être ainsi ? Ah ! Tant de questions dont je me demande à quel point elles sont destinées à nous éloigner de l'essentiel qui ne s'emcombre pas à mon sens, de fusées et de microscopes, mais réclame une libération intérieure, une introspection afin de savoir apprivoiser nos peurs pour libérer la puissance que nous recelons. Un ouvrage en devenir. Salut à tous et bontoujours.
  14. Salut à tous. Le boulot de sevrage se corse lorsqu'il s'agit d'arrêter le subu et d'enrailler une routine installée depuis des années. Bien que malsaines, la attitudes auto-destructrices sont tenaces et mettent à mal ma volonté en réveillant la peur d'être devant le fait que je suis seul à pouvoir utiliser mon potentiel et que les mains secourables les plus pertinentes se trouvent aux bouts de mes propres manches. Donc, seul 1,6 mg de subu me lient encore au système de santé et malgré que tout cela se passe dans la tête, s'en défaire n'en est pas plus facile. T4 en baisse mais sans aucune conséquence physique négative, ou infection... En revanche, je suis encore désorgannisé et inhibé, imprégné de 14 ans de thérapies empoisonnantes qu'il me faudra éponger encore des mois pour espérer me soulager des stigmates induits. Me concentrer pour écrire m'est pénible en cette période et ne m'en veuillez pas du peu d'assiduité dont je fais preuve sur ce site qui pourtant me tient à coeur. Mais quand il n'y a pas d'évolution significative, je trouve inutile de témoigner si ce n'est de la difficulté rencontrée qui se résume à si peu... Néanmoins, ne donner aucune nouvelle me semble irrespectueux vis à vis de ceux qui s'activent louablement à dénoncer et à étudier les faiblesses d'humains couards contraints à l'avilissement pour dominer, afin de trouver les ressorts susceptibles de les repérer dés l'enfance pour les soigner et ainsi apaiser l'ensemble de notre espèce. A eux et à tous les autres, bontoujours et à +.
  15. Salut à tous. Pour ceux qui suivent et que ça peut intéresser, durant les 13 ans de traitements absorbés, mes T4 étaient stables aux alentours de 700 et sont passés là à 300. Entre cette analyse et la dernière, environ 14 mois se sont écoulés. Mon toubib m'a demandé si je ne sautais pas des prises... et, désolé, il n'avait pas ma charge virale. Il veut contrôler et peut-être changer le traitement... Nous verrons à mon retour du Maroc, m'a-t-il dit, où durant 2 mois je vais en finir avec le subu, me soigner des chicos et m'alimenter sainement selon Irène Grosjean. Dois-je m'inquiéter malgré mon état de forme bien meilleur sans traitements, notamment au niveau des articulations, des reins et de mon moral regaillardis ? Je ne ressens aucune raison de m'en faire. En effet, durant cet hiver, des petits rhumes ou maux de gorge passagés se sont résorbés sans complication ni traitement. La machine immunitaire a tenu son rôle et je reste sûr du fait que la fluctuation de mes t4 dépend de l'estime que je m'octroie, de l'environnement et des attitudes dont je choisis la nocivité ou la bienfaisance. Notre qualité de vie est à mon sens le reflet de ce que nous pensons mériter. Ma conscience me fait me punir ou me récompense selon mon mérite et, l'impartialité de ce jugement paraît infaillible. Seul blèm ces derniers temps, il y a environ 2 mois, en bâchant la benne de ma bétaillière J7 peugeot à l'aide d'un sandow, ce dernier s'est décroché de son point d'ancrage pour se détendre sur 3 métres et venir me claquer l'oeil, la tempe et la base du nez. Et si mon oeil récupère doucement ( l'iris reste dillaté, encombré d'un caillot qui voile ma vision ), j'ai cru finir borgne et le traumas m'a pousuivi des semaines. Ce dimanche là, heureusement que mon frère était à mes cotés aux urgences car une étudiante voulait me recoudre la paupière, l'arcade et m'hospitaliser alors que l'avis de mon frère était que je pouvais l'éviter. Mais l'étudiante ne lachaît pas l'affaire: il lui fallait un acte et devant mon refus, la voilà me vendant l'idée d'au moins me suturer à l'aide d'un silicone avec lequel finalement, elle s'est manqué et m'a collé les deux paupières ! Une semaine après, la progression de mon état était encourageant, la vision revenait, encore trés floue mais à vitesse prometteuse. Seul le silicone maladroitement appliqué me créait une gêne physique irritante ! L'hosto m'apparaît de plus en plus comme une menace à éviter par tous les moyens. A tous, bontoujours.
×
×
  • Créer...