Aller au contenu
forum sidasante

sourdon

Membres
  • Compteur de contenus

    10
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de sourdon

  • Rang
    Débutant
  1. Salut Jibrail et les autres. Le sevrage se poursuit sans nocivité. Quatre mois c'est court car, entre le début du sevrage bloc d'épivir retrovir que je m'étais infligé entre 98 et 99, et qui à mon sens m'a rendu malade, 8 mois se sont écoulés avant que je sois hospitalisé, durant lesquels la dégradation de mon état est demeurée assez subtile pour ne pas m'alerter. Ensuite, pneumo, encéphalite et CMV, le tout dans la foulée durant 4 mois d'hosto. Acceptant finalement la quadri-thérapie dont je paie le prix aujourd'hui, le contre-poison fit son oeuvre en me conservant vivant, empêchant que
  2. Salut à tous. Ce petit post pour vous donner signe de vie. Depuis deux mois je réduis mon traitement et ne peux en tirer de conclusion pertinentes. D'une part, une grippe dont toute la famille a subi les maux m'a affaibli et fausse le bilan de ce début de sevrage, d'autre part, le recul est insuffisant. Notez que j'ai commencé part casser un quart sur mes isentress du matin et soir, un quart d'un de mes deux prezista et un quart du norvir durant 2 mois. Ensuite, et depuis 15 jours, au lieu du quart, je préleve un demi sur les comprimés énoncés. En réduisant de quart en quart tous
  3. Salut Félix 95, et à tous les autres. Excuse la réponse tardive, j'ai été pris par la vie... D'abord bravo Félix car vu le nombre d'intervenants ici, il semble difficile aux séropos de se dévoiler tant la honte et la crainte de la mise à l'écart jouent des rôles cruciaux dans l'histoire du sida. L'adhésion à un labeur visant à l'expression de la vérité, nécessite de se faire connaitre, et, la plupart d'entres-nous y renonçons par crainte de voir notre entourage se détourner. Ainsi l'orthodoxie ne rencontre que peu de dissidents prêts à franchir le cap comme tu l'as fait au vu du nombre
  4. Merci jardinier. J'ai commencé à espacer les prises de jour en jour. Ces traitements contiennent à mon sens le poison et l'antidote, et sont prévus pour être chroniques et engendrer une dépendance au manque mortel. Je vais rester à l'écoute de mon corps et le ménager mais ne m'appuierai pas sur leurs analyses pour me faire une idée. Dailleurs, depuis dix ans je ne me suis plus enquis de mes résultats d'analyses et écoute distrètement mon toubib lorsqu'il parade en me les lisant. Je m'en fous et me tiens loin d'eux le plus possible. Aprés un infarctus et la pause de 2 stens,
  5. Je suis pas finot. Je viens de me rendre compte au bout de 2 jours qu'à la marge des posts était annoté "chercheur de lumière,... de vérité" etc. Je n'avais pas encore vu que jibrail était ton pseudo. A plus. J'épluche les témoignages... supers instructifs, enrichissants et plein d'espoir.
  6. Salut chercheur de lumière. Durant cette période de notre histoire obscure, avec tous ces gens qui pensent tout savoir, ton pseudo est pertinent. Merci de ton accueil et tes conseils. Liens et témoignages vont m'aider. Viramune viracept videx et zerit est la quadrithérapie que j'ai pris 6 ans de 2000 à 2006 ( générant un infarctus du myocarde en 2004 et un deuxième traitement chronique pour le coeur ). En 1999, sans symptomes, j'avais pris épivir rétrovir durant 7 à 8 mois qui n'enraillaient pas une charge virale soi-disante élevée j'entrepris donc un sevrage bloc qui m'a plié. De
  7. Salut à tous. Les traitements ne sont-ils- pas créés pour être chroniques tout simplement ? N'avons-nous pas trouvé dans nos labos le moyen de faire ingérer un poison sous la forme d'un remède qui nécessite à vie l'absorbtion d'un antidote ? En 99, ma première bithérapie composée d'épivir rétrovir n'a pas fait baisser ma chrge virale en 8 mois de prises. Donc, je décide d'arrêter et m'inflige, avec l'accord du médecin, un sevrage bloc qui débouche en quelques mois sur une pneumo, un cmv dissimulant une encéphalite qui me transforme en légume aprés 4 mois d'hôpital durant lesquels j'avais
  8. Salut à tous. Nouveau venu ici, et pour votre respect, une présentation paraît bienvenue. Je suis Stéphan né à marseille en 60, dit "positif" depuis 85. Ma visite sur ce site est consécutive à la lecture des dossiers sur Nexus magazine, à l'échange de mails d'avec le Dr De Harven et à ma curiosité. Les témoignages d'autres personnes impliquées par le sujet, patients, traitants et autres concernés, peuvent peut-être m'aider à arrêter les thérapies induites par le sida car je crains d'être confronté à une dégénéréscence comme cela m'est déjà arrivé. Toxicos à la mari de 13 à 18 ans, puis
×
×
  • Créer...