Aller au contenu
forum sidasante

brume de l'abro

Membres
  • Compteur de contenus

    319
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par brume de l'abro


  1. Bonjour Arc, c'est bien de voir ton pseudo de nouveau et d'apprendre que tu vas bien. En ce qui concerne ton dernier test, j'attendrais de voir si ça se confirme. Tes CD's se maintiennent, et ne sont pas au ras des pâquerettes, donc ça c'est déjà une très bonne chose, pour la CV, il peut y avoir des raisons diverses, des ponctuelles ou des raisons sur le long cours. Sans un prochain test, c'est difficile de savoir.

    Sinon, plusieurs personnes ont repris une tri, mon ami par exemple, et il va bien, donc selon, c'est une chose que tu peux garder en tête pour au cas où.

    Pour ma part je pense, aujourd'hui, que c'est mieux, dans la mesure du possible, d'éviter une situation extrême, même si on ne peut pas exclure la possibilité que dans ces cas le mal serait majoritairement du au stress qui accompagne le fait de voir ses nombres sérieusement dans le rouge. Dans ce sens Olivier et d'autres peuvent avoir raison. Mais sinon, il semblerait plutôt que chacun réagit différemment, donc il se peut aussi que Olivier a en quelque sorte de la chance, une chance que d'autres n'ont pas nécessairement.

    Bref, personnellement je nage toujours autant quant à savoir ce qui se passe réellement, on connait les facteurs qui jouent incontestablement un rôle, stress oxydatif, peroxinitites, balance cortisol/cortisone, ph..., sans doute tous liés entre-eux, et tous liés aussi avec un stress psychologique voire sociale, mais ça n'aide pas forcément à prendre une décision "sur le terrain", quand quelqu'un est face à des nombres gravement dans le rouge et/ou une santé qui se détériore au delà d'un quelconque truc passager style grippe, et/ou une fatigue chronique au delà du vivable. Heureusement t'es loin de tout ça, mais je pense qu'il est utile, voire rassurant, de garder en tête l'option de reprendre une tri à plein pot pendant un temps, si jamais les choses prenaient une tournure imprévue.

    Voilà, mes deux sous.

    J'en profiter pour saluer tout le monde, il n'y a pas vraiment eu du nouveau ces derniers temps, donc pas de quoi être actif sur le forum.


  2. je ne dois pas être sur la même longueur d'onde, je ne comprends pas le rapport, ici... (mise à part le rapport de tout avec tout, toujours icon_wink.gif

    j'en suis toujours en phase d'essayer de comprendre ce qui se passe réellement, étant donné qu'on ne peut pas nier qu'il y a quelque chose qui se passe à la base, - le terrain conjugué à un diable -, totalement hors (ou pré) toute considération politique ou sociale, purement côté santé, donc je faisais un peu mon potager à inspiration, même si la récolte ne s'annonce pas bien prometteuse icon_wink.gif


  3. Olivier92 :

    Faire des analyses de sang !!!

    Le modèle des corps dissous

    Je te dois des excuses, j'avais lu (donc mal lu) que t'avais fait des tests, mais pour une raison x ne donnais pas les résultats.

    Donc désolée pour ce coup-là.

    Sinon, de manière générale, c'est évidemment à chacun de savoir si oui ou non il/elle fait des tests, mais dans l'ensemble de cette "problématique vih/sida", on a tellement peu de choses qu'on peut concrètement comparer, que pour moi ces "nombres" restent malgré tout des choses intéressantes - à défaut de mieux, car il serait certes mieux de pouvoir comparer des tests comme ohm en a fait (merci par moi aussi, au passage, pour ton témoignage intéressant de ton vécu, ohm), mais bon, il faudrait avoir les rons pour les faire régulièrement, ce qui est quasi exclu à la base...

    A titre d'exemple, les résultats que Yacre a postés régulièrement, ont aidé mon ami à réfléchir sur son parcours. Je les ai même un jour montrés (avec l'accord préalable de Yacre, et évidemment de manière anonyme), au spécialiste de mon ami. Je veux dire, tout ça fait "matière" à discuter et à réfléchir - faute de mieux.

    Et il y a encore un élément. La vision qu'on a de la "genèse" du vih, endogène ou exogène, joue un rôle clé ici. Si on considère qu'il y au moins un facteur exogène (et donc transmissible dans certains cas/situations/états de santé), il semblerait que plus la CV est élevée, plus il y a risque de faire tôt ou tard profiter son prochain d'un test positif, pour ainsi dire. Je considère que là on entre dans le domaine de la responsabilité envers autrui.


  4. (wow, je découvre 16 nouveaux posts, quelle activité !)

    Aixur, Jerman,

    Je suis d'accord que de mauvais nombres n'indiquent pas forcément une mauvaise santé, du moins pas sur le moment. Et il va de soi que d'être entre les mains du monde médical après un diagnostic de séropo pose beaucoup de problèmes quant au droit et la nécessité de bénéficier d'une approche "impartiale", et ça peut avoir des conséquences désastreuses (aussi par "sur-médication sauvage").

    Des AIT's ne semblent pas a priori liés au hiv. Quoi qu'il en soit, désolée d'apprendre que ton amie à eu ces problèmes et j'espère pour elle et pour toi qu'il n'y aura pas de nouveaux incidents de ce type.

    Nagon,

    grand merci pour ton témoignage "chiffré".

    Et en ce qui me concerne, je n'ai pas le dixième de connaissances qu'il faudrait... C'est juste, comme Jerman le dit aussi (à peu près), devenu un genre d'obsession de savoir ce qui est réellement derrière tout ça, donc je lis, et lis et lis, mais ne retiens pas tout, hélas, et ne sans pas vraiment plus avancé qu'au départ : ça reste un grand mystère.


  5. Bonjour Cheminot,

    Je connais bien sûr la controverse entre Perth et Duesberg (et d'autres...), donc t'as raison. Je parlais plutôt d'un énième "point de vue" niant tout en bloc et accusant tout en bloc les méchants toubibs & big pharma. Non pas que j'ai une haute opinion de l'industrie pharmaceutique, je n'ai pas besoin de le préciser, mais les points de vue à l'emporte pièce commencent à me taper sur les nerfs (ce qui est parfaitement inutile, ça c'est sûr).

    Pour le reste, j'ai toujours trouvé ta théorie sur les peroxinitrites plus que intéressante (et sans doute qu'il y a un lien avec le cortisol). Mais en regardant la question sous l'angle des peroxinitrites, une question clé reste si oui ou non on considère qu'il y ait un hiv exogène ou si tout se joue sur le terrain endogène - même si dans les deux cas, le stress oxidatif joue incontestablement un rôle important.

    Disons que je reste coincé dans ces éléments :

    L'optique "tout endogène" (donc pas de virus ou quoi que ce soit d'externe), comment se fait-il que beaucoup de personnes qui selon toute logique doivent être bourrées de peroxinitrites n'ont "rien" ?

    Donc, il y doit y avoir un facteur viral ou autre.

    Pourquoi certains le chopent, d'autres non ? (ou qui sait : le chopent à un certain moment, ne l'auraient pas chopé à un autre moment) > Donc ça doit être une question de terrain.

    Qu'est ce que les peroxinitrites peuvent faire pour "préparer" le terrain ? Assommer des défenses.

    Ton post de 6 nov 2010 (je n'arrive pas à copier un lien du post) :

    Il indique donc que sa protéine Gc, appelée aussi "vitamin D3-binding protein", est la source de son MAF. Or il se trouve que cette protéine GC est régulée par la thioredoxine (Review p C 855), qui elle même est désactivée par le peroxynitrite (Circulation).

    De là à penser que c'est finalement celui-ci qui est responsable de la non production de MAF...

    Puis les peroxinitrites anti-anti-protease, comme je viens de les découvrir...

    Et une fois le virus (ou ce que c'est) acquis, bien sûr, les peroxinitrites continuent à jouer un rôle, mais à un autre niveau, d'une autre manière.

    (plus ou moins idem pour le cortisol, problement).

    Je commence à radoter, ça fait trop pour la journée. Il faut encore que je lise ce qui est écrit sur carevox, mais ton argumentation est convaincante, comme toujours (mais n'enlève donc pas tout à fait mes points d’interrogations).


  6. - (§ 5) "Même si on arrête la trithérapie d'un coup, il semble que les effets physiologiques négatifs ne durent que 3 ou 4 mois (c'est ce qui s'est passé pour un dissident de AidsMyth Exposed) et qu'après, *tout rentre plus ou moins dans l'ordre (y compris bien sur le taux de cd4 et la charge virale)*.

    Ce qui est entre *-* n'est tout simplement pas vrai, hélas. Mais par commodité on ne peut pas/plus faire comme si.

    Ben, j'aimerais avoir des exemples dans ce cas.

    Cela dit, il doit y avoir plein de cas qui ne sont pas purs du tout. La personne qui se sent mal va souvent prendre des médicaments qui augmentent le taux de cortisol. Elle va ensuite les arrêter. Et pouf, on est reparti pour 2 mois de plus de symptômes de faible taux de cortisol. Prenons une personne qui arrête d'un coup les arvs. Elle souffre pendant 2 mois. Décide de prendre un médicament contre telle ou telle douleur pendant 1 mois. Ca va mieux pendant 1 mois. Mais, ça rajoute 2 mois de faible taux de cortisol. Du coup, paf, on allonge le truc à 5 mois. Et bien sûr, ça peut se reproduire. Donc, la phase d'atterrissage apparaitra comme beaucoup plus longue que 4 mois à cause de ça.

    Et puis, je n'exclus pas que certaines personnes qui on pris des arvs pendant 10 ans et qui les arrêtent d'un coup aient tendance pendant un certain temps à faire un peu le yoyo même au délà de la périodes des 4 mois. Genre la personne a une rechute au bout d'un an pendant 1 mois. Mais vu les témoignages glanés ça et là, ça a l'air d'être très rare. Je ne considère pas qu'une personne qui a un problème au bout de 2 ans entre dans cette catégorie.

    Il me semble que les exemples ne manquent pas, notamment de celle qui probablement est la référence de virusmyth. Mais effectivement, chaque cas est différent et il y a beaucoup d'éléments qui interviennent, donc aucun cas n'est "pur". Toute discussion à ce sujet pourrait s'arrêter là...

    Sinon,

    Emery (que n'avait jamais pris des médocs) a bien posté ses résultats cd4 et charge virale sur pas mal d'années, on voyait, hormis quelques yoyo's, une tendance indéniable de baisse de cd4 et hausse de charge virale. (Je n'ai d'ailleurs jamais compris comment ça pouvait être posté comme une sorte de preuve que tout allait bien, car ça collait d'emblée avec le pronostic orthodoxe - on sait tous qu'ils ont toujours fait état d'un temps de latence d'une moyenne de 10 années. Mon ami, par exemple, 1 année avant d'être malade, aurait pu dire que : vous voyais bien : séropo, pas de médocs, mais je me porte comme un charme.)

    En tout cas, même sans jamais avoir pris des médicaments, on ne peut vraiment pas dire que pour Emery "...tout rentre plus ou moins dans l'ordre (y compris bien sur le taux de cd4 et la charge virale)."

    Karri ? Pas vraiment un bon exemple non plus. Même s'il y a certainement eu d'autres conditions de santé au départ et tout le long de son triste parcours.

    Bruno Berthelot - sauf erreur de ma part, je crois bien qu'il est décédé.

    Enfin, on va pas jouer à ce jeu là. Par contre si tu connais des cas des personnes dont les "nombres" se sont améliorés après arrêt d'une tri ?

    Puis y il a aussi des personnes qui ont arrêté d'un coup et qui se portent bien pour l'instant, parfois après de nombreuses années, et pour certain(e)s sans période transitoire de problèmes de santé aggravés - mais ceux/celles dont j'ai connaissance, ne se sont plus jamais fait tester après, donc pas moyen de savoir comment leurs "nombres" se portent.

    (Au passage soit dit que je ne vais pas en conclure que de ne pas se faire tester soit en soi le remède miracle - que ça puisse contribuer pour certains/certaines à plus de tranquillité d'esprit, et par là avoir une incidence sur la santé, ça d'accord, mais pas au point d'être décisif.)

    Avec une énorme maîtrise de soi (qui doit en quelque sorte être naturelle - car on ne peut pas vraiment la forcer si on ne l'a pas - je crois), notamment au niveau psychologique, et d'autre part une alimentation et hygiène de vie exemplaires, je pense que certains/certaines peuvent effectivement faire des miracles. Mais d'autres, non. On peut reprendre ces cas sans doute en expliquant les choses par la réduction du stress oxidatif et/ou par des variations du taux de cortisol. Et que les deux jouent un rôle, oui. Mais à quel(s) stade(s) du "processus" ? Pour moi ni les peroxinitrites ni le cortisol ne couvrent la totalité du problème. Ca vient peut-être du fait que (bien que je garde mes doutes) j'ai tendance à croire qu'il y a quelque chose qui peut se transmettre. Si on part du point du vue que tout le problème est un problème interne, de la personne, et qu'il n'y a pas de élément extérieur transmissible (et donc "acquisible") on voit tout dans une autre perspective.


  7. Je me permets d'ouvrir un autre topic juste pour ne pas embrouiller les deux qui viennent d'être ouverts, puis juste à titre de brainstorming, car il n'y a ici rien de pertinent.

    Suite au lien sur les anti-protéases dans le texte de Aixur, et allant beaucoup trop vite et sans rigueur aucune, je ne pouvais m’empêcher de me poser la question si l'inactivation accidentelle (par un état de santé/médicaments/autres causes externes) de ce "anti-protéase naturel", SLPI, pouvait expliquer certains cas de "transmission".

    Je n'ai pas trouvé de sources en français, même pas pour le slpi, désolé.

    D'une part :

    slpi - wikipedia

    Secretory leukocyte protease inhibitor (SLPI) is a highly cationic single-chain protein with eight intramolecular disulfide bonds. It is found in large quantities in bronchial, cervical, and nasal mucosa, saliva, and seminal fluids.

    What makes SLPI such a topic of interest is that it exhibits anti-HIV properties in physiological conditions, rather than artificial ones.

    D'autre part :

    article de 1997

    "These findings suggest that the synthesis of peroxynitrite is the major mechanism by which AMs may inactivate

    antiproteases."

    C'est peut-être reinventer l'eau chaude (comme dirait Jibrail icon_wink.gif, à cause d'évidences que d'autres ont pigés depuis belle lurette, mais j'ai envie de creuser plus.


  8. Merci pour les précisions, Aixur.

    Ca ne me fait pas vraiment changer d'avis, pourtant. Je pense qu'il y a des éléments valables, mais que les conclusions vont beaucoup trop loin, sans de solides et explicites preuves à la base. Donc à mes yeux ça affaiblit même les points qui pourraient être valides dans l'ensemble. Mais tu l'appelles une théorie, donc soit, une théorie, pourquoi pas.

    Je suis incapable de formuler tout ce qui m'est passé par la tête en lisant ton article, mais quelques points :

    - il y a un rôle majeur attribué au sang différemment "dilué" dans le centre du corps (le tronc/les parties vitales) et les membres. J'ai du mal à suivre ça comme argument clé, étant donné que le sang circule à une vitesse grand V, même s'il peut y avoir des différences selon la dilatation des artères, la pression sanguine, l'afflux à partir de et vers les petits vaisseaux, la perméabilité des vaisseaux (sous influence de médicaments ou de l'état de santé général), mais je pense qu'au final les propriétés du sang sont valables pour le corps dans son ensemble, sans différences notoires entre tronc/membres. Il pourrait y avoir un tel type de différence 'tronc/membres" pour le système lymphatique (et les tissus interstitiels), ça oui.

    Mais écrit tel quel, pour moi, ça invalide tout argument basé sur les prises de sang dans le bras.

    - les tests cd4 (§ 3,3) ne mesurerait que les particules de la taille de cd4, sans aucune spécificité. Pour autant je ne sais pas ce qui est finalement mesuré par les tests cd4, il semblerait qu'il y ait bien plus de mesuré que la taille : cytométrie et un exemple au pif.

    - (§ 5) "Même si on arrête la trithérapie d'un coup, il semble que les effets physiologiques négatifs ne durent que 3 ou 4 mois (c'est ce qui s'est passé pour un dissident de AidsMyth Exposed) et qu'après, *tout rentre plus ou moins dans l'ordre (y compris bien sur le taux de cd4 et la charge virale)*.

    Ce qui est entre *-* n'est tout simplement pas vrai, hélas. Mais par commodité on ne peut pas/plus faire comme si.

    - (§ 3,2) "...et la possible toux sèche par exemple, vont être interprétés comme une pneumonie, ou une tuberculose." On peut avoir beaucoup de critiques sur le monde médical - et je ne suis pas la dernière à en avoir beaucoup -, mais de là à dire qu'ils ne font que "interpréter", c'est intenable comme argumentation.

    - l'étude que tu indiques comme exemple de "certaines anti-protéases ont un effet anti-inflammatoire" est très intéressante, surtout parce qu'elle semble dire accessoirement que la salive contient naturellement un anti-protéase. (Mais il faut que je la relise de près, pas sûr que j'ai tout pigé au premier coup.)

    - Ce que tu dis dans ta réponse, que le cortisol est impliqué dans beaucoup de maladies/états de santé et qu'on le retrouve un peu partout, ça oui, je le crois aussi, mais pour moi il n'y a par contre rien de "clair et net" (c'est mon problème, d'accord). (Certainement il faut voir ça aussi en lien avec ce que dit Cheminot - un post que je regarderai plus en détail plus tard, d'ailleurs).

    Voilà pour maintenant...


  9. je devrais apprendre à la fermer. je fais du progrès, n’empêche, ça a été pire icon_wink.gif

    pour le reste, que dire, mon opinion sur la question s'est modifié à force d'avoir le nez dessus, et je crois sincèrement qu'on chasse toujours le mauvais lièvre, même si on comprend plus ou moins certains des "mécanismes" impliqués.

    mais comme je ne sais pas quelle lièvre on devrait chasser, le plus sage serait effectivement de ne rien dire du tout, de continuer à chercher...

    des fois je tombe sur des consensus stupides, primaires, côté dissidence, comme hier (pas sur ce forum, d'ailleurs), puis ça m'énerve tellement qu'il faut que ça sorte.

    voili, sur ce je vais chercher des plantes à sécher pour ma collection plantes médicinales, ailleurs que chez moi, car cette année pleins de plantes ici, y compris par exemple les feuilles de frêne, sont couverts par un truc genre champignons/mycoses, peut-être le mildew, je n'ai pas encore trouvé le nom, mais ça fait penser à une maladie généralisé

    bon week-end


  10. Aixur,

    j'aimerais bien que tu revois ta propre pensée à la hausse, disons que tu la remettes à jour, car je crois que tu touches quelque chose avec le cortisol, mais que t'es trop focalisé dessus, et du coup c'est incompréhensible pour le commun des mortels.

    Je tombe régulièrement sur des choses qui invoquent entre-autres le cortisol et qui me font penser à tes écrits,

    , par exemple,

    donc je pense que "il y a un truc", que tu devrais développer.

    Par contre, quitte à en arriver au clash qui me virerait du forum, quand tu expédies des "cas" comme nuls et non avenants, puisqu'ils ne se situent/adoptent pas ton point de vue, comme tu l'as fais à plusieurs reprises, je ne suis pas d'accord. Je ne suis pas d'accord tout court, mais en plus je ne suis pas d'accord parce que je pense que tu tiens un truc (juste 1) avec ce cortisol, mais que tu ne le détailles pas. Tu le fais sur ton blog (que j'ai découvert par hasard), mais là aussi, tu n'as qu'une paire de lunettes pour l'ensemble des problèmes de santé. Ca ne peut pas aller, non ?

    Et pourtant, tu en sais plus que la plupart des autres, sur le cortisol, et je ne sais pas exactement quel rôle joue le cortisol, mais c'est clair qu'il joue un rôle dans le "sida" aussi (1, peut-être plusieurs, mais pour commencer 1 role).

    Tu te le dois de reformuler, je pense.

    Hier j'ai vu sur le "profil"(facebook) de Karri, que sa fille a repris le profil (deuxième reprise du profil de Karri après son décès, ce que je trouve en soi gênant, voire gerbant, bien que compréhensible), ce que je trouve déjà en soi un problème. Mais passons. Et puis oui, la fille de Karri a évidemment des choses lourdes et douloureuses à dire. J'en ai eu les larmes aux yeux, mais ça n'empêche pas que la manière de poser le problème est faussée.

    On le sait tous (j'en suis certaine que tout le monde sait ça on fond de soi), et je veux sortir de ce truc de politesse/fausses pistes.

    Je comprends de ta part que t'en es fatigué de re-assener les mêmes opinions sur des cas particuliers. Mais tu crois vraiment que le cortisol explique tout ? Au point de dire que ceux qui (à bout d'avoir testé sur leur corps les idées dissidentes, il faut bien le préciser, car moi je ne suis pas seropo, et toi non plus pour autant que je sache) ont repris des arv's "n'avaient qu'a" ? Tu sais bien que ce n'est pas aussi simple.

    Pour ma part en tout cas j'en suis las du consensus dissident, qui ne vaut guère mieux, au bout du compte, que le consensus orthodoxe. La vérité est ailleurs, on ne la tient toujours pas - mais au moins les dissidents cherchent, c'est pourquoi je continue à me considérer dissidente dans ce contexte. Je continue à chercher, tous les jours. Mais les faux raisonnements, j'en raz de par dessus la tronche. Vraiment, c'est la pire des services qu'on peut rendre à la "dissidence". Je vais même aussi loin que de dire que, hormis quelques exceptions, les arv's peuvent sauver (oui, s a u v e r) des personnes (comme beaucoup de dissidents savent et heureusement pratiquent), en attendant que nous autres on aura compris le truc qu'on n'a toujours pas compris dans le "hiv/sida" et proposerons d'autres approches, remis au jour d'aujourd'hui (et pour autant j'en suis certaine que le cortisol jouera un rôle important dans la "vue d'ensemble à venir", j'en suis certaine aussi que le "vih/sida" ne se résumera jamais au seul cortisol.

    Amen.


  11. désolée, j'ai trop bu (juste pour faire tampon à ce que je pourrais dire, pour prévenir quoi)

    Olivier, je suis hyper contente de te voir de retour sur le forum (pour de vrai).

    (je t'ai même un jour envoyé une question cuisante à ton adresse perso, jamais eu de réponse, mais je ne mets pas une seconde en doute que c'était en raison des aléas des adresses e-mail et tout ça.)

    N’empêche que je n'en peux plus de la politique d'autruche de la dissidence dans son ensemble. Même toi. Oui, t'as fait des test. Et les résultats? Tu sais parfaitement bien quelle importance ont les résultats de ce tests pour les autres (pour comparer, pour essayer de comprendre).

    Il y a plein de faux raisonnements côté dissidence. Hélas.

    Moi je reste "dissidente" bien que :

    mon ami a eu un second "effet lazarus". Il était à deux doigts d'y passer et là il pête la forme, c'en est presque indécent (je veux dire, dans un contexte de dissidence). Certes, ça lui niquera sans doute quelques années, le foie, les reins, dans l'avenir. Mais sans ça il était mort déjà.

    Mais il était tellement persuadé (plus même que moi, qui a inititié les doutes) sur le bien fondé des idées dissidentes. Il a poussé jusqu'au bout, juste avant de crever, quoi. Et la, les arv's l'ont remis sur pied une deuxième fois. J'en suis témoin. Comment je pourrais nier ça ?

    Pourtant je reste "dissidente".

    Il faut autre chose, une autre piste. Il faut qu'on prenne un autre chemin, car là on va dans le mur.

    Je le dis, mais je n'ai pas d'options. Juste je ne peux plus blairer une vision simpliste qui se revèle être dans la pratique, mensongère.

    Il faut tout reprendre.

    Olivier, on aurait besoin de résultats de tes tests, et encore bien d'autres teste que t'as fait.

    Ne pensais pas que je m'en prenne à qui que ce soit personnellement. Je pense qu'on fait fausse route, sans pourtant avoir tort sur le fond. Mais tout ce qui est engagé aujourd'hui semblent des pistes mortes. Pourtant, je suis convaincue que quelque part il doit y avoir la bonne piste. C'est un territoire inconnu à découvrir, donc on ne doit pas se laisser aller à chercher à rentrer dans les rangs avec la dissidence "internationale". Soyons honnêtes, elle a prouvé faire des victimes.

    Il doit y avoir une autre piste, une autre verité?. Je vais pour celle-là, même si je ne la connais pas.

    Amen (et un peu bu, sinon je ne réagis même plus).

    Gros bisous à vous tous/toutes.


  12. Je n'ai pas une réponse bien "assise", mais j'éviterai avec des enfants de pousser les choses trop à l'extrême. Il doit y avoir un juste milieu quelque part, entre saturées et insaturées, et selon les théories on favorise un côté ou l'autre. J'éviterai simplement de faire cuire/frire dans des graisses insaturées, au maximum, puis à l'autre bout les margarines qui sont toujours trafiquées, le tout sans en faire une religion. Tout ces trucs sont basés sur des théories, puis un beau jour la théorie change et t'as fait le con pendant 20 ans en pensant bien faire. De cette manière je pense avoir donné trop de produits à base de soja à ma plus jeune fille, jusqu'à 10 ou plus. Puis après on tombe sur des théories autres, qui disent ne pas "overdoser" en soja, mais c'est un peu tard. Il n'y a pas de cata, car je n'ai pas overdosé non plus, mais avec le recul, je lui en aurais donnée moins.

    Voilà, mes 2 centimes.


  13. Film intéressant, d'une certaine manière un bon complément à House of Numbers (même si ça ne fait quasi inévitablement que creuser les questions, les réponses fuient, comme toujours).

    Beaucoup d'espagnol parlé, un peu d'autres langues aussi, sous-titré en anglais.


  14. Ben, en guise de témoignage rapporté (puisqu'il ne s'agit pas de moi-même) un truc que je voulais écrire depuis un moment, mais comme je réfléchis en même temps sur la question de savoir si j'ai encore ma place ici, car je dois avouer que j'ai bien le cul entre deux chaises (et non pas que mes questions ont disparues, mais plutôt la question de savoir quelle responsabilité on peut avoir, même passivement, dans le choix des gens et les conséquences qui sont pour leur pomme, pas pour la mienne), je ne l'avais pas encore écrit. Mais en fait je peux pour l'instant simplement dire:

    Mon ami, arv's arrêtés en juillet 2010, à l'époque indétectable et près de 250 CD4. Décembre: à peu près 45 cd4 et 950.000 charge virale. Tout allait bien, apparemment et peut-être pour de vrai. Comme il avait simultanément un chantier en maçonnerie à la fois physiquement très dur et mentalement très stressant, il est difficile de faire le tri, de savoir quoi a pu venir de quoi. En tout cas, il était très fatigué, le dernier mois du chantier (et aussi de l'arrêt de la tri), il tombait sur la banquette après le boulot et n'en décollait plus avant de retourner le lendemain au travail. Vraiment épuisé, mais bon, je pense que 4 personnes sur 5 l'auraient été juste par le boulot et le stress.

    Puis il découvre un "drôle de truc" sur sa peau, quelque chose ressemblant un début de zona, et comme il en a déjà eu il y 10 ans, et que c'est supposé être éventuellement une infection opportuniste, il a eu la trouille et a recommencé de prendre ses médocs (sustiva et kivexa). Trois jours plus tard rv avec son spécialiste, prises de sang, résultats: charge virale un peu plus de 800.000 et CD4 à 60, et pas de trace de cmv ou de toxoplasmose. Le médecin l'a mis directe du prezista + norvir en plus du sustiva et kivexa, en attendant de tester si oui ou non sa façon d'arrêter les 2 en même temps ne l'a pas rendu résistent au sustiva. Plus 3 médocs préventifs contre les trucs opportunistes. Une vraie pharmacie ambulante, quoi.

    Simultanément, son chantier était enfin terminé, donc il pouvait se reposer.

    ll va nettement mieux, là, mais là non plus, il est difficile de dire quelle est la part du chantier et quelle part des médicaments.

    Dans tout ce processus j'ai bien vu aussi la trouille à l’œuvre, et j'avais la trouille aussi, pour lui. Bien que je ne suis pas trop d'accord avec Aixur sur sa vision de l'ensemble du vih, le paragraphe dans son dernier post sur le méchanisme psycho, je ne peux que le souscrire. Mais personnellement je ne pense pas, ou plus, que tout se résume à ça.

    Peut-être que des personnes qui arrivent vraiment à vivre "bien", super sainement, et qui sont très forts intérieurement, y arrivent, à tenir le vih ou ce que c'est, sous controle, par exemple comme je m'imagine l'amie de Jerman, ou Bamboo. Mais même si c'est le cas pour certains, ce n'est pas forcément donné à tout le monde, c'est une réalité aussi.

    En tout cas, en bon "traître" peut-être, avec 5 CD4 et ta grande fatigue, j'envisagerais sérieusement un retour aux arv's. En plus ça n'oblige pas à les reprendre à vie. Ici sur ce forum il y avait quelqu'un (sais plus le nom, c'est un vieux post) qui disait arrêter jusqu'à ce que ses "nombres" devenaient trop inquiétant, puis de reprendre des arv's jusqu'à ce qu'ils étaient de nouveau "corrects". Apparemment il avait fait ça plusieurs fois sans problèmes.

    Je pense qu'on doit à tout prix éviter des "prises de position de principe". Prendre oui ou non des arv's ne doit pas être une question de principe, ou d'honneur voire de honte. On cherche, et un jour sans doute on trouvera, mais ce jour n'est pas encore arrivé, et en attendant il y en a qui mettent plus dans la balance que d'autres, toi tu mets ta santé dans la balance, moi seulement mes idées. Et ce clivage inévitable traverse inévitablement tout ce forum - il ne faut pas le perdre de vue.

    Pour l'instant je me dis que les questions restent entières, ou quasi, mais que les arv's aident dans beaucoup de cas à retrouver du punch, même si on ne sait pas exactement comment (fonction antioxidante...), qu'il y a certes des effets secondaires, mais qu'elles sont probablement dans beaucoup de cas préférables et plus gérables que par exemple une toxoplasmose, malgré tout, et qu'il y a beaucoup de gens aussi que prennent des arv's depuis bientôt 15 ans, certains même après une période de azt, sans trop de problèmes. Disons que j'en suis à relativiser beaucoup de choses, et je pense que de prendre des arv's, même pendant une période limitée, est préférable à pas mal d'autres scenario's.

    Et pour finir, mon ami supporte ses arv's, plus tous les autres médocs temporairement ajoutés, drôlement bien... Je regrette presque de le dire. C'est sur que ce n'est pas top pour son corps, que des effets secondaires existent, même s'il ne s'en aperçoit pas là. Mais il se sent mieux, là. Et je peux dire la même chose pour une "facebook copine" qui a repris aussi récemment, après un arrêt de 9 ou 10 mois, qui avait aussi des nombres un peu comme toi (cd4 7), crevée à ne plus pouvoir se lever, en permanence, et qui se sent mieux maintenant. Et il y en a d'autres comme qui ont suivis le même parcours.

    Donc en mettant tout ça dans la balance, je pense que mon ami a fait le bon choix, là, dans cette phase de sa vie et de sa santé.

    Il est très déçu, frustré, par contre. Il y croyait dur comme fer, de pouvoir s'en tirer sans. Mais rien n'empêche de faire mieux une prochaine fois.

    Voilà, un peu dans le désordre comme d'hab mon point de vue, et celui de mon ami.

    Bon courage.


  15. Eh bien, Emery Taylor a attendu sans rien faire que les symptômes passent, si je ne me trompe il a appliqué la politique d'autruche à 100% (jamais d'arv's, ni toubibs ou très rarement - de sorte que le mot kaposi n'est tombé qu'après coup, à tort ou à raison), apparemment et hélas, ça ne l'a pas tiré d'affaire.

    Excuses-moi, mais de nier en bloc toute maladie ou de ne pas voir qu'il y a des moments où il n'y a plus d'autre choix que d'aller voir un toubib (ou de faire venir un toubib car on ne peut plus se déplacer, et idem pour des médocs), ça m'est vraiment trop simpliste, et dans le contexte actuel, après 2 personnes décédées dans la fleur de l'âge dans un cadre hiv/arv's/dissidence, peu importe sous quelle loupe on regarde l'énigme, ça me dépasse et même, je le trouve de mauvais goût de le dire aussi légèrement - vis à vis des morts, que ça ne gênera plus, mais vis à vis des vivants qui se débattent au quotidien avec tous les aspects de ces questions.

    Il y a des maladies qui tuent, et parfois pour tuer le tueur, il faut sortir la grosse artillerie, sinon on meurt, ce qui après tout est naturel - donc si on ne veut pas de ce "naturel" là, ou si on veut le retarder - ce qui est généralement le cas. Je ne comprends pas comment le fait de nier ça, ou comment d'invoquer une seule et unique cause ou co-cause ou corrélation pour toute maladie (par exemple le taux de cortisol - qui joue sans doute aussi son rôle, je n'en doute pas), aide à avancer dans "la dissidence".

    Voilà, pour le : "qui ne dit mot, consent". Je ne consens pas, là. Non pas que ce soit d'une quelconque importance.


  16. Au risque d'être complètement à côté de la plaque... Ca ne peut pas être "simplement" de la déshydratation et/ou/combiné avec un problème circulatoire/veineux ? Ou manque/perte excessive de magnésium (comme on peut l'avoir pour la spasmo) ? Je veux dire, t'as exploré ces pistes (je m'imagine qui oui, donc excuse moi pour ces mots inutiles, mais c'est ce qui m'est venu à la tête en lisant ton post). Bon courage en tout cas.

×
×
  • Créer...